Traitement des bois : quand la ressource biosourcée s’invite

Traitement des bois : quand la ressource biosourcée s’invite

Le développement de la construction bois et celle des nouvelles chimies de traitement ont évolué parallèlement. Les prescripteurs se voient proposer des traitements fongicides et insecticides très efficaces.



Au fil de la décennie écoulée, le bois a marqué la construction de son empreinte. Cette patiente remise en main tient pour beaucoup aux efforts pour répondre aux principales pathologies du matériau bois dans la construction : champignons et xylophages, avec en tête, la lutte contre le termite, très implanté dans l’arc sud – sud-ouest.

 

Le travail réglementaire sur ce sujet s’est intensifié avec la loi 99-471 du 8 juin 1999 sur la prévention et la lutte contre les xylophages. Il a continué jusqu’au milieu des années 2010 ; il continue d’alimenter les sessions de formations du centre technique industriel FCBA de Champs sur Marne – hors période de confinement, cela va de soi.

 

Problématiques environnementales

 

Parallèlement, l’offre de chimies pour le traitement des bois s’est adaptée à cette nouvelle donne en tenant aussi compte de problématiques environnementales à la fois émergentes et fortes. Le travail européen sur les substances chimiques et leur impact sanitaire a obligé tous les fournisseurs à revoir leurs formulations.

 

Substances actives, dosages, choix de solvant… Les catalogues ont intégralement été revus. Certains chimistes ont d’ailleurs mis au point des substances actives issues de la biomasse. La ressource biosourcée permet à cette industrie de revendiquer de caractère renouvelable de sa production tout en garantissant une efficacité équivalente.

 

Depuis peu, le bois s’exprimant architecturalement plus fortement, en structure et en façade, les professionnels du bâtiment ont remarqué l’extension des gammes dans deux nouvelles directions : l’esthétique des parements, avec des produits pour les dégriser et entretenir leur aspect chatoyant, et la protection renforcée contre, d’une part les champignons et les xylophages avec des solutions à la fois plus simples à appliquer et plus efficace – du gel capable de pénétrer le bois sur plusieurs centimètres –, et d’autre part des traitements intusmescents pour répondre à la construction tertiaire et en hauteur.

 

Avis d’expert : Claude Genty, directeur général d’Adkalis, Groupe Berkem

« L’évolution de la construction demande de poursuivre notre développement technique. »

© Genty

 

Cet industriel bordelais propose des solutions de traitement pour l’ensemble de la filière bois, des scieurs aux fournisseurs de produits manufacturés.

 

Batirama : Quelles évolutions récentes retenez-vous parmi les plus marquantes ?

 

Claude Genty  : En vingt ans, les industriels ont réduit les taux de biocides dans les formules de traitement pour les bois. Cette évolution est liée à la réglementation sur les biocides menée par l’Europe. Les nouveaux textes nous demandent, d’une part, de prouver l’efficacité des molécules, et d’autre part, de réduire les impacts sur l’environnement et les humains. Cette action a eu deux conséquences. La première : les formules sont moins concentrées en biocides tout en offrant la même efficacité. La seconde : certains professionnels ont mis au point des solutions de chimie fine biosourcée, c’est-à-dire issues de la biomasse.

 

Ainsi nous obtenons des produits, certes plus coûteux, mais aussi efficaces et performants. Ces évolutions ont été bien accueillies par la profession. Même si ces références récentes ne forment pas la majorité de leur volume d’achats, les grands scieurs s’y sont progressivement convertis.

 

Comment les évolutions récentes du bois dans la construction impactent-elles votre activité ?

 

Que l’on ne s’y trompe pas ! Globalement, le marché du bois dans la construction régresse. Si l’on retient la menuiserie, la part de marché du bois a chuté de 70 % il y a 30 ans à 15 % aujourd’hui. On remarque bien une reprise de la construction bois, mais pas au rythme de la régression des PME du secteur. Les produits de structure comme les panneaux de CLT, cross laminated timber, sont en pleine croissance, mais cette industrie est principalement extérieure à la France. Les investissements des industriels français dans ces gammes sont récents.

 

Quels nouveaux besoins s’expriment ?

 

L’évolution de la construction demande de poursuivre notre développement technique. Il y a plus de 20 ans, nous avons participé à la mise au point du greffage de molécules fongicides ou insecticides sur des supports en matières PVC ou polyéthylène. Ce qui s’est concrétisé par les films-barrières anti-termites bien connus.

 

Pour lutter contre les champignons et insectes, la technologie des gels exploitée depuis plus de 10 ans a conduit à proposer des produits efficaces jusqu’à 4 à 8 cm de profondeur, contre 3 mm en traitement de surface. Avec l’essor de la construction bois, nous sommes interpellés pour répondre à la protection incendie. Dans un premier temps, les concepteurs y ont répondu par la section ; maintenant, l’ignifugation peut-être assurée par le trempage, aspersion, imprégnation pour parvenir à un niveau Bs1-d0, équivalent à M1.

 

 

Traitement : à adapter aux classes de bois

 

L’emploi du bois en construction est cadré par des classes. Les professionnels s’en tiennent aux classes d’emploi 2, 3 et 4 (pour mémoire, la classe d’emploi 1 est dédié au mobilier intérieur et à la décoration). Ces distinctions sont fixées par les normes EN 335 et NF B 50-105-3. Elles classent les bois selon leurs performances naturelles, le traitement appliqué, voire les deux.

 

Classe d’emploi Caractéristiques Mode de traitement contre les champignons et xylophages
Classe 2 Ces bois sont le plus souvent exploités en charpente.
. Leur humidité d’équilibre est de 12 % à 20 % ; ils supportent une humidité temporaire et accidentelle.
. Les bois de chêne, châtaigner, mélèze et douglas, purgés de l’aubier, sont admis comme durables sans traitement.
. Les prescripteurs tiendront compte de la situation géographique et notamment des arrêtés préfectoraux délimitant les infestations de termites…
. en industrie : application par brosse, aspersion ou trempage court ;
. sur chantier : aspersion ou injection pour un traitement curatif.
Classe 3 Ces bois sont destinés à être exposés à l’humidité et au sol. On les utilise pour des menuiseries (portes, fenêtres, volets et portails), des ossatures, des planchers, des poutraisons, des bardages ou des platelages. La norme les partage entre :
. La classe 3.1 : matériaux qui n’entrent jamais en contact avec le sol extérieur mais sont soumis aux intempéries.
. La classe 3.2 : bois fortement exposés, en contact avec le sol et dont l’humidité peut être de plus de 20 % durant de longues périodes.
Essences à retenir : chêne, châtaigner, mélèze, douglas et bois tropicaux, purgés de l’aubier ; bois dits imprégnables, traités.
. Le traitement anti-termites s’apprécie au regard de la situation géographique.
. en industrie : pour la classe 3.1, trempage long ou autoclave ; pour la classe 3.2, autoclave.
. sur chantier, aspersion multi-couche en préventif et curatif, injection en curatif.
Classe 4 Bois pour terrasses, claustras, pergolas ou garde-corps, retenues de terre…
. Directement en contact avec de la terre ou de l’eau.
. Au choix : bois exotiques denses purgés d’aubier ou essences très imprégnables et traités (pin…).
. Problème « termite » à apprécier localement.
En industrie : en autoclave avec des produits certifiés CTBA+

 

 

 

 

Réglementation : quelques repères

 

Loi 99-471 du 8 juin 1999 sur les conditions de prévention et de lutte contre les termites et xylophages. Par ce texte, le propriétaire d’un immeuble contaminé est tenu d’en faire la déclaration en mairie. En cas de vente, le vendeur fournit à l’acquéreur un état parasitaire de moins de trois mois. Décret n° 2006-591 relatif à l’article 7 de la loi termite et arrêté du 27 juin 2006, modifié par l’arrêté du 16 février 2010

 

Ces textes modifient les articles L.112-17 et R.112-2 à R.112-4 du code de la Construction et de l’Habitation en imposant des mesures de protection des bâtiments neufs contre les insectes à larves xylophages sur l’ensemble du territoire national.

 

Ils prévoient :

 

  • depuis le 1er novembre 2006, la protection des bois et matériaux à base de bois participant à la solidité des bâtiments contre les insectes à larves xylophages (capricornes, vrillettes, etc.) sur l’ensemble du territoire et contre les termites dans les zones délimitées par arrêté préfectoral ;

 

  • depuis le 1er novembre 2007, la protection de l’interface sol/bâtiment contre les termites souterrains dans les zones délimitées par arrêté préfectoral.

 

  • L’arrêté du 16 février 2010 applique ces mesures à tous les projets de construction depuis le 1er juin 2010.

 

Décret n°2014-1427 du 28 novembre 2014

 

Ce texte modifie les articles. R.112-3, 112-4 et 133-4 du code de la construction et de l’habitation, rendant le traitement antitermites préventif obligatoire et applicable par commune. Un zonage, défini depuis janvier 2016, répertorie 54 départements concernés, dont 29 entièrement. Au total, près de 4 000 communes sont concernées.



Source : batirama.com / Bernard Reinteau

Sélection Produits



Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1345 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE

Construction d'une cheminée - NF DTU 24.1& NF DTU 24.2

Isolation en sous face des planchers bas - NF DTU 27.1