Le point sur les aides financières à la rénovation des logements

Le point sur les aides financières à la rénovation des logements

Le Crédit d'impôt à la transition énergétique a vécu, les opérations à 1€ ont disparu, alors vive MaPrimeRenov’ ! Les aides financières à la rénovation des logements ne sont pas simples à suivre. Petit récapitulatif.



Pour bien comprendre, commençons par un petit retour en arrière. Le 14 janvier 2019, François de Rugy et Julien Denormandie annonçaient ensemble le lancement d’un plan pour faire disparaître chaudières fioul installées en France en 10 ans.

 

Leur plan consistait en l’addition d’une nouvelle prime baptisée « Coup de Pouce Chauffage », des CEE bonifiés à cette occasion et des aides de l’Anah « Habiter mieux Agilité ». Le point important de cette réforme est qu’elle permettait aux ménages les plus modestes d’atteindre un reste à charge à 0 €.

 

Le trop grand succès des offres à 1€

 

Très rapidement, les agrégateurs de CEE, comme Effy, Leyton et les distributeurs d’énergie, s’appuyant sur ce nouveau dispositif, multipliaient les offres de chaudières gaz à condensation à 1€, de pompes à chaleur à 1 € et mêmes des chaudières à granulés à 0 €. Résultat, les ventes se sont envolées.

 

L’Afpac (Association française des pompes à chaleur) prévoyait même un marché des pompes à chaleur de 150 000 machines en 2020 ou en 2021 au plus tard, porté par ces aides à la rénovation.

 

Mais voilà, c’était il y a 17 mois, une éternité dans le temps des dispositifs d’aides à la rénovation. Tout a changé, une première fois, en octobre 2019. Le 10 octobre 2019, l’Anah (Agence nationale de l'habitat) annonçait brutalement, sans aucune concertation et avec application immédiate, une baisse importante du plafond de travaux subventionnables dans le cadre de son programme Habiter Mieux Agilité.

 

Souvenons-nous, c’était l’addition de ce programme Habiter Mieux Agilité et des CEE (Certificats d’Economie d’Energie) qui avait permis l’apparition et le succès fulgurant des offres à 1€. En effet, depuis 2018, le montant de travaux subventionnables maximum était de 20 000 € et les montants d’aides étaient compris entre 7 000 et 10 000 €, selon conditions de ressources. Du jour au lendemain, le 10 octobre 2019, le montant de travaux subventionnable était abaissé à 2 400 € HT pour une chaudière gaz à condensation et à 8 000 € pour les autres travaux éligibles.

 

Loi de finances 2020 et le mécanisme de l’écrêtement

 

Publiée fin 2019, la Loi de Finances 2020 entérine ces réductions de subventions, puis donne mandat à l’Anah de créer un nouveau programme d’aides et, enfin, introduit un mécanisme d’écrêtement des aides.

 

Le nouveau programme créé par l’Anah s