La réponse innovante de deux entreprises françaises face à la pénurie de masques

La réponse innovante de deux entreprises françaises face à la pénurie de masques

Face à la pénurie de masques, deux entreprises françaises ont inventé et breveté des visières d’hygiène, pour casques et chantiers, afin de répondre aux besoins des entreprises.





Légende : Laurent Lairy, président de Protecthoms, a mis au point une visière d'hygiène avec une entreprise de sa région, RBL Plastiques

 

Alors que les masques manquent toujours à l’appel, un entrepreneur spécialisé dans la fabrication et la distribution d’EPI, Laurent Lairy, propose des visières d’hygiènes adaptables sur casque de chantier ou casquettes. Une innovation mise au point après la rencontre d’une autre PME, RBL Plastiques, elle aussi basée en Pays de Loire. Mais revenons un peu en arrière…

 

Créée en 1993, et forte d’un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, la société Protecthoms emplois 200 salariés sur 13 sites de production (dont un à la Réunion et un autre en Belgique). Elle fournit des EPI (équipement de protection individuelle) et des services associés (dont la formation) à un grand nombre d’acteurs industriels, le secteur du BTP représentant 30 % de son chiffre d’affaires.

 

Elle propose ainsi 23 000 références au total, réparties dans 6 familles de produits (hors secteur médical), allant de la protection des différentes parties du corps à la désinfection des zones de travail. « 50 % de ce que l’on vend est transformé » précise Laurent Lairy, président de Protecthoms.

 

 

La visière peut être nettoyée à l’eau chaude à 60 % puis séchée. Il est possible de projeter un spray désinfectant sur le polycarbonate. Faute de nettoyage, il est recommandé d’isoler la première visière une journée complète et d’en utiliser une seconde de secours.

 

11 sites de production fermés pour Protecthoms

 

La crise a bien sûr affecté l’entreprise, comme l’ensemble des acteurs économique, dès la mi-mars, après l’annonce des mesures de confinement. « Nous perdons alors 50 % de notre activité et devons fermer 11 sites sur 13 » explique Laurent Lairy.

 

Mais le chef d’entreprise, qui se dit créatif, réagit vite « car nous sommes dans l’école de l’offre » précise-t-il. Il informe alors ses clients qu’il peut couvrir leurs besoins essentiels notamment en leur fournissant du gel, des gants, des masques et des lunettes.

 

Une « offre musclée » basée sur l’importation de produit dits Premium, répondant aux normes européennes (produits marqués CE et EN) est proposée au réseau du distributeur. Ce n’est pas tout, l’entreprise décide également de fabriquer des masques en tissu dans l’une des usines patrimoniale centenaires du groupe, Ascenseur Confection. Elle confectionne depuis 1920 des vêtements de travail certifiés d’origine France. « Nos deux équipes sur place peuvent produire 1200 masques de travail par jour depuis 3 semaines » ajoute le chef d’entreprise.

 

Co-création et coproduction de la visière universelle

 

Une autre création va bientôt voir le jour : la visière universelle d’hygiène pour casque de chantier ou casquette. Elle est le fruit de la réflexion de deux entreprises, celle de Laurent Lairy, et celle de RBL plastiques, une entreprise patrimoniale également basée dans le bassin en Pays de Loire.

 

« Nous avons réfléchi et posé nos savoir-faire sur une table, explique Laurent Lairy. Nous savons qu’il n’y a pas de visière et de lunettes disponibles sur le marché, mais l’un de nous sait distribuer des EPI et l’autre, sait fabriquer des produits ». D’où l’idée de coproduire une visière, première barrière à la contamination, qui soit confortable et facile à utiliser.

 

Cette visière d’hygiène transparente souple se clipse facilement sur tous les casques de chantier et les casquettes, grâce au clip mis au point par Nicolas Masson, président de RBL (140 collaborateurs et 20 Millions d’euros de CA).

 

La paroi en matière plastique (polycarbonate) permet de travailler sans aucune gêne visuelle tout en protégeant, les yeux et le nez. Elle peut donc bloquer la contamination par les voies respiratoires et cutanées du visage. Enfin, elle peut couvrir tous les besoins des entreprises hors santé, précise le dirigeant de Protecthoms.

 

 

Le clip permettant de clipser la visière sur un casque ou une casquette a été mis au point par Nicolas Masson, président de RBL (140 collaborateurs et 20 Millions d’euros de CA)

 

Une visière validée par la Dirrecte et bientôt certifiée

 

Les inventeurs de la visière décident alors de la produire à grande échelle, en circuit court et dans le cadre d’une démarche RSE (responsabilité sociétale et environnementale). La capacité de production des deux entités est de 500 000 kits par semaine. A noter que quelque 300 000 visières ont été vendues en l’espace de 10 jours, au prix imbattable de 1,80 euros (pour les entreprises* disposant d’un K-bis)

 

« Notre visière sera certifiée, mais le temps moyen de réponse de l’administration est de 6 mois » précise le dirigeant qui fournit une documentation technique complète sur ce produit autocertifié. Cela signifie que ce moyen de protection a été validé par la Dirrecte, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.

 

Bien sûr, il ne s’agit ni d’un masque ni d’un équipement conforme aux recommandations du guide de préconisations sanitaires sévères de l’OPPBTP. « De toute façon, l’organisme de prévention est parfaitement dans son rôle et nous, dans le nôtre. A chacun de prendre ses responsabilités » admet Laurent Lairy

 

« Notre visière, est une première barrière à la contamination, que l’on peut porter avec un masque ou pas, et la responsabilité du chef d’entreprise qui a mis en œuvre des solutions fiables pour éviter la contamination ne pourra pas être mise en cause » assure le dirigeant.

 

En attendant la certification, les ventes des visières devraient s’accélérer au moins jusqu’au 11 mai, date annoncée du déconfinement. Les deux entreprises prévoient d’en écouler entre 1,5 à 2 millions puis de stabiliser les ventes après la mi-mai. « Le produit sera certifié et deviendra standard, tout comme nos masques en tissu lavables que les entreprises pourront personnaliser et logotyper (les masques sont uniquement vendus en circuit B to B) » termine le président de la société.

 

 

*Les visières sont en vente sur le site internet du groupe Protecthoms et disponible chez quelques revendeurs, spécialistes en quincaillerie ou en EPI.


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

3 Commentaires


- -
  • par Willou
  • 1
  • 0

MDRRRRRRRRRRRRRR ca fait déjà plus de 3 mois que l'on fabrique et que l'on donne ce système pour les soignants coût des clips 0.05 cts € + une casquette a 2.5 € et enfin une feuilles a 0.10 cts curieux de voir son prix de vente ???????


- -
  • par maii
  • 0
  • 0

encore une entreprise qui a inventé l'eau chaude :p www.visieresolidaire.fr ou son groupe facebook, y a de la visiére bénévole, et achetez vous une simple imprimante 3D et des feuilles transparente !


- -
  • par Machamady2#
  • 0
  • 0

Bonjour Pouvez vous me dire si je peux vous commander des visières de protection contre coronavirus pour petite entreprise St symphorien d ozon 69.. Merci de me répondre Mme mallet FIS

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (901 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Plancher Rayonnant Electrique (PRE)