SergeFerrari: bonnes performances malgré un pépin industriel

SergeFerrari: bonnes performances malgré un pépin industriel

Le spécialiste des matériaux souples utilisés en architecture a enregistré en 2019 net rebond de ses performances, malgré l'incendie qui a perturbé en fin d'année l'activité de l'une de ses usines.



Le groupe basé à Saint-Jean-de-Soudain, entre Lyon et Chambéry, a dégagé un bénéfice net (part du groupe) de 4,8 millions d'euros, alors qu'il avait été déficitaire de 0,1 million en 2018, en raison d'importants coûts de restructuration, selon un communiqué. En données comparables, son résultat opérationnel courant a dans le même temps pratiquement triplé, à 7,6 millions d'euros.

 

"Les résultats 2019 valident les choix stratégiques du groupe", qui a choisi de se concentrer sur ses marchés les plus prometteurs, s'est réjoui le PDG Sébastien Ferrari, cité dans le texte. Le chiffre d'affaires de l'entreprise s'est établi à 184,9 millions d'euros.

 

La modestie de sa progression (+1,6%) tient notamment à l'impact de l'incendie survenu en fin d'année dans l'une de ses usines. L'atelier endommagé, situé à La-Tour-du-Pin (Isère), a repris "progressivement" son activité depuis le 1er décembre et est désormais "pleinement opérationnel". L'incident devrait toutefois coûter environ 5 millions de chiffre d'affaires sur le semestre en cours.

 

Prise de participation dans une société taiwanaise

 

Pour l'ensemble de l'année, SergeFerrari vise un chiffre d'affaires de 195 millions d'euros à périmètre constant. Cette progression de l'activité devrait être accompagnée d'une amélioration de la marge opérationnelle, grâce à l'attention portée par le groupe à ses coûts de fonctionnement. Ces résultats vont permettre le versement d'un dividende de 0,16 euro par action, en nette hausse par rapport au 0,05 euro de l'année précédente.

 

Dans un communiqué séparé, SergeFerrari a annoncé une prise de participation de 55% dans une société familiale taiwanaise, F.I.T. Industrial, spécialisée dans la fabrication de membranes incombustibles. Les modalités financières de ce rachat, effectué auprès de membres de la famille fondatrice, n'ont pas été précisées.

 

La finalisation de l'opération est espérée pour le deuxième trimestre. Cette société, qui emploie une centaine de personnes et dispose d'une usine à Chiayi (centre-ouest du pays), a réalisé l'an dernier quelque 12 millions d'euros de ventes.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1338 votants)
Oui
Non
 

Boutique