IFA 2019 : les offres des spécialistes du Smarthome

IFA 2019 : les offres des spécialistes du Smarthome

Focus sur les dernières évolutions des protocoles de communication et des solutions globales de Smarthome au salon IFA à Berlin.



A IFA, on voit de tout : des réfrigérateurs en couleur et des offres de nouveaux protocoles de communication pour le smarthome et le tertiaire. Voici un petit compte-rendu de l’évolution des offres dans ces domaines. Nous constatons immédiatement un comportement différent des acteurs, selon leur place sur la carte de la smartitude.

 

 

 

Eurotronic Technology propose des têtes thermostatiques motorisées à piles, fonctionnant sous une grande variété de protocoles de communication sans fil, du Bluetooth à Lora. ©PP

 

 

 

 

Des composants polyglottes

 

Les fabricants de composants, comme Eurotronic Technology, spécialiste des têtes de robinets thermostatiques motorisées et connectées, proposent des solutions polyglottes. Leur but est de rendre leurs produits compatibles avec le plus grand nombre de solutions possibles. Chez Eurotronic le choix est vaste.

 

Pour les installateurs et les utilisateurs qui veulent une solution programmée, mais non-connectée, leurs gammes Genius LCD100 Genius LED100 offrent une solution simple et pratique. Une application sur smartphone sert à préparer une programmation, robinet par robinet ou pour un groupe de robinets. Sur chaque robinet, on enlève son capuchon, ce qui expose les deux piles – trois ans d’autonomie – et un petit capteur discret. On plaque l’écran du smartphone sur le capteur, le smartphone envoie une séquence de lumières. La programmation est faite. Pas de bouton à pousser.

 

Pour les autres, Eurotronic propose des têtes de robinets compatibles avec les écrous de toutes les marques européennes, capables de communiquer en Bluetooth Mesh, en Zigbee, en 6LowPan, en ULE et, bientôt, en Lora. Bluetooth ne requiert pas de box, tous les smartphones sont capables, avec l’application Eurotronic ou avec une application domotique globale compatible Bluetooth, de piloter ces têtes.

 

Le Zigbee requiert une box, mais n’importe quelle boxe parlant Zigbee. Elles sont nombreuses. La solution Netatmo pour Legrand, par exemple, conviendrait parfaitement. 6LowPan, longtemps ignoré mais qui émerge cette année à IFA chez plusieurs industriels, rend plus facilement transportables les messages gourmands en octets. Spécifiquement, il découpe les en-têtes IPv6 en petits bouts facilement transportables et les re-assemble à leur destination.

 

Lora, comme chacun sait, est un protocole bas débit et longue portée. Eurotronic souligne que ses têtes motorisées Lora seront capables de transmettre et de recevoir des messages jusqu’à 15 km en rase campagne et à 2 km en environnement urbain dense et dans un bâtiment. Imaginez un énorme hôpital : un seul émetteur/récepteur Lora suffirait pour piloter des milliers de têtes de robinetterie motorisées.

 

 

 

Dect ULE existe depuis cinquante ans, mais retrouve une nouvelle jeunesse en solution de communication sans fil pour Smarthome, peu coûteuse et capable de traverser des mètres et des mètres de béton armé. ©PP

 

 

Dect ULE, un ancêtre ressurgit

 

ULE, ou plus précisément Dect ULE, existe depuis une cinquantaine d’années. C’est le protocole qui a permis le développement des téléphones sans fils : base + combiné sans fil communicants dans les deux sens. Par construction, Dect ULE (Ultra-Low Energy), depuis sa conception, est fait pour transporter voix et données. Il savait afficher sur le combiné le numéro appelant, etc.

 

Des centaines de millions d’objets dans le monde sont compatibles Dect ULE. ULE fonctionne, dans le monde entier, sur la fréquence 1,9 MHz qui lui est réservée de longue date. Et, par construction, ULE est compatible avec la voix : dans une application domotique, il sait piloter Alexa, Google Assistant, Apple HomeKit et tous les autres.

 

L’Alliance ULE est née en 2013 est née en 2013 pour promouvoir l’utilisation de ce protocole en Iot, pour connecter capteurs et actionneurs dans des systèmes de smarthome. Les débuts ont été lents. Mais, en 2016, l’Alliance ULE a annoncé que son vieux protocole était désormais compatible IPv6, grâce à l’inclusion de la couche 6LowPan.

 

Ensuite, les industriels se sont mis à produire des composants compatibles ULE : VTech, Sercomm, Crow Electronic Engineering, SGW, Panasonic et Huawei ont déjà fait certifier des systèmes et des composants. L’Alliance ULE compte environ 120 membres, dont Intel, Orange, …  et Adesto, le nouveau propriétaire d’Echelon, inventeur du protocole LonWorks.

 

Enfin, les grands distributeurs d’accès internet, dont l’allemand T. (ex-Deutsch Telecom) depuis deux ans, mais aussi Orange depuis quelques semaines, ce sont rendus compte que leurs boxes comportaient déjà la puce de communication ULE pour le raccordement des téléphones sans fil.

 

Orange, dont la précédente offre domotique reposait sur une implémentation bizarre de Z-Wave, a désormais adopté Dect ULE et promeut une nouvelle offre domotique avec ce protocole.

 

 

 

Orange a dévoilé à IFA le 5 septembre, la veille de l’ouverture du salon, sa nouvelle offre domotique fonctionnant en Dect ULE. La Livebox Orange était déjà compatible ULE. Orange a ajouté, pour l’instant, des ampoules LEDs, un détecteur de présence, une prise connectée (on/off + comptage) et un contact de feuillure. D’autres produits devraient être ajoutés avant Noël. ©PP

 

 

Echonet, un nouveau venu qui a déjà bien vécu

 

Au détour d’une allée dans le Hall 27, on tombe sur le stand Echonet https://echonet.jp/english/. Coup d’œil rapide : c’est un protocole de communication de plus et on passe notre chemin. Heureusement, les deux personnes qui tiennent le stand tiennent à expliquer ce que c’est. On s’arrête et bien nous en a pris.

 

Echonet est un protocole de communication japonais qui se limite aux couches 5, 6 et 7 des protocoles, celles qui concernent les applications et la sécurité des données. Il ne s’intéresse pas au transport des données, géré par les couches 1 à 4.

 

Du coup, on peut mettre de l’Echonet sur du WiFi, sur du TCP/IP, sur Thread, sur du Zigbee Pro, etc. La spécification EchonetLite est née en 2011, sous l’impulsion du Ministère de l’Industrie japonais, le fameux MITI, qui voulait mettre fin à la cacophonie des langages différents en domotique.

 

En 2015, EchonetLite qui se focalise sur le smarthome, est devenu norme ouverte internationale : ISO/IEC 14543-4-3 et IEC 63394. Et surtout, tous les industriels japonais ont été forcés de l’adopter. Quand le MITI demande quelque chose, les industriels japonais s’exécutent.

 

Ce protocole qu’on ne connaissait pas, est donc dès à présent compatible avec des centaines de milliers d’appareils domestiques japonais, depuis des autocuiseurs de riz, jusqu’à des piles à combustible, en passant par des climatiseurs multisplits à détente directe.

 

Panasonic, Mitsubishi electric, Sharp, Kyocera, Hitachi, Rinnai, Fujitsu General, Denso, Omron, Daikin, Toshiba Lighting & Technology, mais aussi Toshiba Carrier Corp, Toshiba Energy Systems, NEC et des dizaines d’autres industriels proposent des produits compatibles. Le MITI a réussi en moins de 10 ans à imposer au Japon un langage domotique commun. Aujourd’hui, Echonet veut se faire connaître dans le reste du monde.

 

 

 

 

Z-Wave Europe expose à IFA de nouveaux produits de ses adhérents. Pour la première fois, apparaît une passerelle Z-Wave. Proposée par Aeotec  et baptisée AutoPilot, elle embarque le nouveau chipset Z-Wave 700, offre le protocole Z-Wave sans fil en amont pour adresser des appareils compatibles, WiFi et Ethernet en amont. ©PP

 

 

 

 

De nouveaux contacts de feuillure pour fenêtres et porte fenêtres sont capables à la fois de détecter l’ouverture, mais aussi l’inclinaison de la fenêtre ou de la porte fenêtre. ©PP

 

 

 

Voici une prise extérieure étanche télécommandée en Z-Wave. ©PP

 

 

Une prise Z-Wave, assurant comptage, coupure et réarmement jusqu’à 40 A. ©PP

 

Les offres domotiques globales restent impérialistes

 

Lorsqu’on s’éloigne des composants et des associations défendant un protocole de communication ouvert, on se rend compte que la plupart des offres domotiques restent fermées et utilisent des protocoles de communication propriétaires. L’interopérabilité entre les systèmes de fabricants différents se règle alors de Cloud à Cloud en passant par internet.

 

Tado, par exemple, le spécialiste du pilotage du chauffage à eau chaude utilise le 6LowPanen 868 MHz avec sa propre couche applicative. Netatmo emploie Zigbee, mais avec sa propore couche applicative pour les appareils sous sa propre marque. Tandis que les solutions « Legrand with Netatmo » communiquent en Zigbee 3.0. Ce qui les rend compatibles avec d’autres appareils Zigbee.

 

 

 

Les produits Netatmo communiquent en Zigbee + couche propriétaire, qui les rend incompatibles avec les produits Zigbee d’autres fabricants. A IFA, Netatmo présente sa nouvelle sirène intérieure intelligente et sa nouvelle caméra IP extérieure, intelligente aussi naturellement. ©PP

 

 

 

 

Tado propose une solution efficace pour le pilotage du chauffage à eau chaude : thermostat intelligent connecté (grâce à une base qui parle WiFi et le langage Tado) + têtes thermostatiques motorisées à piles, pilotées sans fil par le thermostat. Depuis quelques mois, Tado propose également une solution de pilotage de la climatisation à détente directe en apprenant et en reproduisant les signaux infrarouges des climatiseurs. ©PP

 

 

 

 

L’allemand Hometronic dispose d’une solution domotique propriétaire depuis 30 ans, avec un protocole filaire ou sans fil. Il s’intéresse désormais au marché français et pense introduire son énorme catalogue de composants compatibles Hometronic en France dès 2020. ©PP

 

 

 

Le chinois Tuya propose à tout fabricant une solution pour connecter ses appareils : puce de communication sans fil en protocole propriétaire, en Bluetooth, en Zigbee en WiFi, GPRS … + services dans le Cloud + aide au développement d’application. Cette recette rencontre un succès important. Les appareils équipés de la plateforme Tuya Smart se comptent par millions et sont utilisés dans plus de 190 pays du monde. A IFA, Tuya a annoncé une prochaine évolution de sa plateforme qui ajoutera la 5G pour la communication et des possibilités accrue d’apprentissage et d’analyse dans le Cloud, de manière à proposer non-seulement des solutions connectées, mais aussi de nouvelles possibilités de pilotage reposant sur l’intelligence artificielle. Tuya s’interdit de fabriquer les appareils terminaux, se contentant de proposer la connectivité et l’intelligence. ©PP

 

 

 

 

 

 

Abus dévoile à IFA une solution domotique complète, sans fil, reposant sur l’IP pour les caméras, portiers vidéos, … et sur Z-Wave pour les actionneurs divers, dont la serrure connectée. ©PP

 

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique