La FFB s’inquiète du recul des marges malgré le maintien de l’activité

La FFB s’inquiète du recul des marges malgré le maintien de l’activité

Pas de doute, les carnets de commandes sont toujours bien garnis, constate la Fédération française du Bâtiment, qui s’inquiète néanmoins de l’érosion des marges des entreprises du secteur.






Si les permis et mises en chantier de logement reculent, de 6,9 % et 4,9 % en glissement annuel sur cinq mois à fin mai 2019, les ventes s’affichent quasiment stables, à ?0,4 % dans la promotion immobilière, au premier trimestre 2019 rapporté au premier trimestre 2018.

 

Selon l’organisation professionnelle, ces ventes s’inscrivent même en hausse de 1,6 % dans l‘individuel diffus, en glissement annuel sur les cinq premiers mois de 2019. L’inflexion, "assez inattendue dans un contexte de rabotage des aides au logement", doit beaucoup au net élargissement du marché du crédit, estime la FFB. Or, en ce domaine, la décision de l’Autorité bancaire européenne de durcir les règles de provisionnement des établissements de crédit renforce l’inquiétude.

 

Quant au non résidentiel neuf, hors locaux agricoles, en glissement annuel sur les cinq premiers mois de 2019, le marché reste globalement dynamique. De fait, grâce au segment des bâtiments industriels et assimilés, les surfaces autorisées progressent de 14,0 % et les surfaces commencées se stabilisent à - 0,4 %.

 

De bonnes perspectives à venir sur le marché de l'amélioration-entretien

 

Enfin, sur le marché de l’amélioration-entretien, l’activité reste hésitante, constate la FFB. Le trou d’air s’est poursuivi au premier trimestre 2019, à -2,1 % en volume par rapport au premier trimestre 2018, avec un nouveau plongeon de 2,7 % dans le logement. Toutefois à la fin mars, les perspectives sur le deuxième trimestre 2019 s’amélioreraient, analyse l’organisation professionnelle.

 

La bonne résistance de l’activité se traduit en termes d’effectif par la création de 32 600 postes entre les premiers trimestres 2018 et 2019, y compris intérim en équivalent-emplois à temps plein, révélant des tensions sur l’appareil de production plus importantes qu’analysées fin 2018. Les perspectives d’emploi restent très bien orientées les prochains mois.

 

Pour autant, les marges souffrent toujours d’un effet de ciseau redoutable. De fait, au 1er trimestre 2019 les prix ont augmenté de 2,2 % par rapport au premier trimestre 2018, alors que les coûts supportés par les entreprises progressaient de 2,4 %.

 

Les marges des entreprises mises à mal

 

Le président de la FFB, Jacques Chanut tire la sonnette d’alarme à ce sujet, en affirmant que « la suppression de l’accès au gasoil non routier (GNR) et de la déduction forfaitaire spécifique (DFS) risquent clairement d’envoyer de nombreux artisans et entrepreneurs au tapis. D’autant que la menace d’un nouveau rabotage du CITE et de la suppression du PTZ hors grandes agglomérations reste d’actualité ».

 

 Cet ensemble ne peut que conduire à aggraver la fracture territoriale et fait une nouvelle fois peser, de manière particulièrement injuste sur notre seul secteur, l’essentiel des économies promises sur le budget de l’Etat. »

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (345 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



La ferronerie d'art