Matignon laisse deux semaines aux bailleurs HLM pour un compromis sur leurs économies

Matignon laisse deux semaines aux bailleurs HLM pour un compromis sur leurs économies

Le monde HLM, qui demande à réduire les économies imposées au secteur par le gouvernement depuis l'an dernier, a obtenu un délai de 15 jours de la part de Matignon pour formuler un compromis.



©Opac du Rhône

 

"Le Premier ministre a dit qu'il était préoccupé de la situation : il a ouvert la porte à revoir la trajectoire si l'on fait une proposition, soutenable pour (les) finances publiques, d'ici 15 jours", a déclaré Marianne Louis, directrice générale de l'Union sociale de l'habitat (USH), à l'issue d'une réunion avec Edouard Philippe.

 

Depuis 2018, le monde HLM se voit imposer de réduire ses loyers afin de compenser une baisse des aides au logement (APL) versées aux locataires du secteur. Cette réduction organisée, dite "réduction de loyer de solidarité" (RLS), représente environ 900 millions d'euros cette année et doit atteindre 1,5 milliard à partir de 2020.

 

Depuis le début de l'année, le monde HLM a accéléré ses prises de parole pour demander à amender une mesure qu'elle juge potentiellement dramatique pour le rythme de construction des logements sociaux : pour l'heure, celui-ci a légèrement ralenti en 2018. Si l'USH demande d'alléger la note, elle avait aussi affiché ses craintes d'un alourdissement, visant explicitement les intentions supposées de Bercy.

 

Un délai de 15 jours pour trouver un compromis

 

Alors que la réunion "conclusive" devait la fixer sur les sujet, elle débouche finalement sur un nouveau délai. "Maintenant on a 15 jours pour trouver un compromis avec Julien Denormandie", le ministre du Logement en présence duquel a eu lieu la réunion, a expliqué Mme Louis.

 

"Le pire pour nous aurait été d'entendre: ce sera 1,5 milliard, je ne bougerai pas", a-t-elle assuré, jugeant positivement le fait que le délai expire avant l'envoi des lettres de cadrage budgétaire par Matignon.

 

"Ca nous indique que rien n'est décidé, ni dans un sens ni dans l'autre", a-t-elle expliqué.Reste le cas d'un autre sujet budgétaire sensible pour le secteur: la hausse depuis 2018 du taux de TVA préférentiel dont les bailleurs sociaux bénéficient pour leurs travaux de construction.

 

Cette mesure, dont le secteur estime le coût à quelque 800 millions d'euros annuels, n'était à l'origine prévue que jusqu'à la fin de cette année, mais le gouvernement reste flou sur sa pérennité éventuelle.  "Ca reste un peu un angle mort", a admis Mme Louis, rapportant que les discussions s'étaient fixées sur la réduction des loyers.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1415 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Techniques et pratique de la chaux