La livraison de béton frais en ligne se développe

La livraison de béton frais en ligne se développe

La plateforme Béton Direct compte un nouvel actionnaire avec l’arrivée du groupe Fehr, acteur de la préfabrication de béton et de béton prêt à l’emploi. La start-up veut proposer une offre globale dans le e-commerce.



Photo : Pierre Fehr à gauche et Julien Lebourgeois à droite

 

Partenaire depuis 2017, c’est à dire référencé sur la plateforme Béton Direct, avec ses sites de production de BPE (béton prêt-à-l’emploi) et ses livraisons par camions, le groupe Fehr est entré au capital de la start-up. L’acteur alsacien qui compte 9 centrales et 5 sites de préfabrication a investi 650 000 euros pour devenir actionnaire de Béton Direct. Tout en laissant les commandes du projet au président fondateur de la plateforme, Julien Lebourgeois.

 

La start-up Béton Direct nourrit de fortes ambitions sur le marché de la livraison du béton frais en ligne. En simplifiant la démarche d’achat de BPE des internautes (devis immédiats en ligne, livraison et commande in situ sur mesure) et celle des centrales à béton (accès chantier, prise de commande et suivi des livraisons), elle a vite séduit ses différents interlocuteurs. 

 

Elle couvre désormais les deux tiers du territoire avec un réseau de 50 partenaires fabricants de BPE qui représentent 200 sites de production. « Nous nous sommes focalisés sur les 50 aires urbaines les plus dynamiques de France et nous avons doublé notre chiffre d’affaires en 2018 par rapport à 2017, avec 1 million d’euros de CA » explique Julien Lebourgeois.

 

Vers un quadruplement du chiffre d’affaires en 2019

 

Les nouveaux développements prévus en termes de vente de béton frais devraient permettre à la société de quadrupler son chiffre d’affaires en 2019. « Nous menons tout d’abord un travail d’acquisitions de prospects sur le web, en tant que Pureplayer. Parallèlement, nous développons une approche plus traditionnelle, c’est à dire avec le téléphone » précise Julien Lebourgeois.

 

Il s’agit de « capter » une clientèle occasionnelle qui n’a pas le réflexe web et qui continue d’appeler ses fournisseurs béton qui sont en l’occurrence nos partenaires. Ceux-ci nous transfèrent les appels, dans le but de sous-traiter le cycle de vente de ces clients à faible pouvoir d’achat » poursuit Julien Lebourgeois.

 

Intérêt pour les partenaires producteurs de béton : ils peuvent se libérer du temps pour traiter en direct les chantiers plus conséquents ou les clients à plus forte récurrence d’achat nécessitant des conseils et des commerciaux sur le terrain.

 

Le marché des bétonnières dans la ligne de mire de la start-up

 

La plateforme s’adresse en effet aux projets des particuliers et artisans à faible récurrence d’achat, poursuit Julien Lebourgeois. « Nous allons ainsi capter des volumes de vente additionnels par rapport aux centrales à béton : nos partenaires nous confient la gestion de ces ventes car nous avons des taux de transformation supérieurs aux leurs pour ce type de clientèle. »

 

Autre gisement d’activité et d’affaires à développer : celui du marché dit des bétonnières. Il concerne en effet les artisans mais aussi les gros bricoleurs utilisateurs de bétonnière.  « Il s’agit au final de volumes de béton très importants que l’on veut grignoter avec la livraison de béton frais sur commande » explique le responsable qui cite un chiffre : 20 % du tonnage global de sacs de ciments vendus en France sont destinés à la fabrication in situ c’est à dire via les bétonnières.

 

« Le béton, c’est toujours une galère à faire soi-même, il faut 12 tonnes de matériaux bruts pour réaliser une terrasse de 50 m2. Il faut se les faire livrer ou aller les chercher, ensuite les mélanger pour les transporter à la brouette… Alors qu’un coulage se fait en une demi-heure… » plaide-t-il.

 

Vers une offre globale dans le e-commerce

 

La jeune start-up devra bien sûr poursuivre le développement de son réseau de partenaires puisqu’elle vise 400 à 500 sites de production (contre 200 aujourd’hui) pour bénéficier d’une véritable couverture nationale. La densification du réseau est un élément clé de la réussite de de Béton Direct qui doit pouvoir répondre vite et bien aux demandes des clients.

 

Pour ce faire, la société propose des livraisons sur mesure, en petites quantités (à partir de de 250 litres livrables dans des bacs si besoin) en sachant que le panier moyen d’achat de béton frais se situe autour de 1000 € (équivalent à 5 ou 6 m3).

 

« Nous essayons de trouver des solutions de livraison et de déchargement adaptés aux chantiers avec des petits camions » précise le président de la start-up. Par ailleurs une offre complémentaire d’outils (joints, coffrages, consommables, désactivants…) est disponible sur le site qui souhaite proposer une offre globale dans son secteur d’activité ecommerce prometteur…

 

Accompagner les centrales à béton dans leur transformation digitale

 

En parallèle, Béton Direct développe à l’intention des partenaires du BPE une offre destinée à simplifier le parcours d’achat des clients classiques des centrales à béton. L’idée sera de faciliter par exemple les commandes de bétons et la récupération de factures sur les portails internet des fabricants.

 

« Nous souhaitons consolider le réseau de partenaires et les aider à se digitaliser, et c’est l’objet de notre rapprochement avec la société Fehr. En étant pilote de ces projets, nous aurons plus de force pour déployer les projets de vente de béton avec les autres partenaires » termine le responsable.



Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par gegetu
  • 0
  • 0

Nous sommes intéressé par le principe de commande de béton par e.commerce Quels seraient les coordonnées des structures concernées et intervenant dans le Gard?

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2196 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique