Grève de la faim pour protester contre un projet de rocade près de Strasbourg

Grève de la faim pour protester contre un projet de rocade près de Strasbourg

Huit opposants à la construction d'une rocade à l'ouest de Strasbourg ont entamé lundi leur deuxième semaine de grève pour protester contre le début du chantier.






"Nous demandons un moratoire, le temps de nommer un médiateur et d'étudier des alternatives à ce futur couloir à camions", a expliqué à l'AFP Maurice Wintz, vice-président d'Alsace Nature et gréviste. Réunis dans une église protestante en banlieue de Strasbourg, les grévistes "n'ont rien mangé depuis 8 jours" et ont perdu "entre 3 et 8 kilos", ont-ils raconté à l'AFP.

 

Dimanche, "l'un des médecins qui nous suit, appelé en urgence, a demandé à l'un d'entre nous de cesser immédiatement sa grève de la faim, en raison de contre-indications médicales", a précisé Maurice Wintz. Après une semaine de jeûne, Aurélie, trentenaire, ressent "beaucoup de fatigue" et une "grande sensibilité au bruit et au froid". "Le béton n'est pas encore coulé donc rien n'est irréversible. On espère que l'Etat ouvre les yeux", dit-elle.

 

Évoqué dès les années 1970, régulièrement abandonné avant d'être relancé à la fin des années 1990, le chantier Grand contournement ouest (GCO) a débuté en septembre après l'évacuation d'une zone à défendre (ZAD) par quelque 500 gendarmes dans la commune de Kolbsheim (Bas-Rhin).

 

Des opérations de déboisement et de terrassement ont eu lieu en plusieurs endroits du tracé, parfois freinées par des militants se dressant face aux engins de chantier des concessionnaires, une filiale de Vinci et la Sanef. Lors d'une rencontre avec des opposants la semaine dernière, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, ont affirmé que "le projet se poursuivrait" et que "seule une décision de justice suspensive était de nature à faire évoluer la position du gouvernement".Selon ses promoteurs, le projet GCO doit délester l'autoroute A35, régulièrement engorgée, en absorbant le trafic du nord au sud de l'Alsace.

 

La mise en service de cette rocade de 24 km, essentiellement payante, est prévue en 2021. Ses opposants estiment qu'elle entraînera un afflux de camions dans la région, une dégradation de la qualité de l'air, la disparition de nombreuses terres agricoles et la mise en danger d'espèces protégées.Les grévistes appellent à une mobilisation à Strasbourg dimanche, jour de la venue d'Emmanuel Macron.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (185 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La pathologie des façades