Accord signé pour un projet d'usines d'éoliennes au Havre

Accord signé pour un projet d'usines d'éoliennes au Havre

Siemens Gamesa et le Grand Port Maritime du Havre (GPMH) ont conclu un accord pour développer des usines dédiées à l'éolien en mer, a annoncé le groupe.



"Après plusieurs mois d'incertitudes, cet accord signe une reprise effective des travaux de développement de notre projet", s'est félicité Filippo Cimitan, directeur général de Siemens Gamesa en France.

 

"L'objectif de l'accord est de fournir un cadre pour les prochaines étapes de développement du complexe industriel Siemens Gamesa dans le port du Havre pour fabriquer des éoliennes offshore. L'accord comprend également les travaux nécessaires à la préparation de la zone portuaire à l'implantation d'usines", détaille l'entreprise mettant un terme aux incertitudes qui entouraient le projet havrais.

 

En avril dernier, le gouvernement avait annoncé vouloir renégocier les tarifs de rachat de l'électricité des six champs éoliens en projet en France. La construction de deux usines de pièces d'éoliennes offshore avec 750 emplois à la clé au Havre était, à l'époque, menacée. En juin, le gouvernement a finalement maintenu l'intégralité des projets de champs éolien, mais en réduisant de 40% la subvention publique apportée et de 30% les tarifs de rachat de l'électricité produite.

 

Alimentation de plusieurs parcs éoliens en mer

 

Le complexe industriel havrais "alimentera les parcs éoliens en mer de Dieppe-Le Tréport, Saint-Brieuc et Yeu-Noirmoutier, ainsi que les futurs projets éoliens en mer en France et en Europe", selon la société. "Ces investissements s'inscrivent dans un cadre d'opportunités industrielles durables pour l'éolien en mer à confirmer dans la prochaine programmation pluriannuelle de l'énergie", indique également l'entreprise.

 

En France, sur les six parcs concernés, trois sont développés par EDF, au large de Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), deux par Engie au large du Tréport (Seine-Maritime) et des îles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée), et un par l'espagnol Iberdrola, près de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Ils représentent chacun une puissance d'environ 500 mégawatts (MW).



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2272 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Garde-corps de bâtiments


Les enduits de façade - NF DTU 26.1