De nombreuses tours à venir à Paris et en province

De nombreuses tours à venir à Paris et en province

Les tours se développent. Voici les plus récentes en projet, en construction ou en cours de livraison à La Défense, mais aussi à Rennes, à Marseille et à Toulouse.






A Paris - la Défense, le projet Hekla (200 m) avance. Conçu par les Ateliers Jean Nouvel et Ingérop pour Hines et AG Real Estate, il est implanté à Puteaux, en limite du boulevard circulaire.

 

A proximité immédiate, l’EPADESA (Etablissement Public d’Aménagement de la Défense Seine Arche) a confié à l’agence de paysagiste Arriola & Fiol (Barcelone), la transformation d’un échangeur autoroutier en jardin suspendu.

 

 

 

Les deux Tours Hekla à La Défense sont en cours. La plus petite est bientôt terminée. La plus grande devrait commencer cette année. ©Lautreimage

 

 

 

Tour Hekla à La Défense

 

Le projet Hekla se compose de deux tours : une petite de 22 étages et une grande de 49 niveaux. La plus petite – baptisée Campuséa, une marque de résidences étudiantes lancée par Gecina et qui compte déjà 15 résidences et 2 400 lits – atteint 75 m et sera bientôt achevée.

 

Construite par Spie Batignolles, elle abritera une résidence étudiante de 10 000 m² et 480 studios, exploités par Campuséa (Gécina). Ses premiers occupants devraient pourvoir s’installer à la rentrée 2019, un an après la date initialement prévue. Cette tour vise une certification NF HQE Habitat – niveau Excellent et un BREEAM – niveau Very Good.

 

La construction de la plus haute des deux tours n’a pas encore débuté. Elle abritera 79 000 m² de bureaux et devait être livrée en 2022 pour un coût total de 248 millions d’Euros. La tour atteindra 220 m de hauteur. Mais sa position sur la butte de Chantecoq dans le secteur de la Rose de Cherbourg, placera son sommet à 252 m au-dessus des quais de la Seine, face à l’Esplanade de la Défense.

 

 

 

Les deux tours Hekla sont a proximité immédiate du Boulevard Circulaire qui sera peu à peu transformé en espace piéton et végétalisé. ©Lautreimage

 

 

 

La Tour Alto monte

 

Toujours à La Défense, la construction de la Tour Alto, financée par Abu Dhabi Investment Council, conçue par SRA Architects et IF Architectes, pilotée en promotion immobilière par Linkcity Ile-de-France, a commencé au printemps, après démolition de l’immeuble de bureau « Les Saison » qui occupait la parcelle.

 

Bouygues Bâtiment est chargé de sa construction. La livraison est attendue en 2020. Elle atteindra 150 m de hauteur, 38 étages et offrira 51 000 m² de bureaux. La tour Alto présente une particularité : sa forme évasée avec 700 m² de plancher au RDC et 1500 m² au dernier niveau plein. Sa façade en double peau isolante devrait être un atout pour atteindre les certification HQE Exceptionnel et BREEAM Excellent.

 

Ce projet s’inscrit lui aussi dans la reconquête piétonne du boulevard circulaire. L’espace devant la tour sera aménagé par l’Epadesa pour faciliter la circulation des piétons entre le quartier de l’ancre à Courbevoie et La Défense.

 

 

 

La Tour Alto offre une forme évasée. Elle sera certifiée HQE Exceptionnel et BREEAM Excellent. Si les tours de l’Ermitage se construisent, elles domineront tout le quartier de La Défense, écrasant les autres tours de 300 m de hauteur. ©LinkCity

 

 

 

 

 

 

 

Bâti-Armor à Rennes

 

Le Groupe Breton Samsic va investir 120 millions d’Euros dans le développement d’un vaste projet immobilier à proximité de la Gare TGV de Rennes. Soutenu par Nathalie Apperé, la Maire de Rennes, et par Emmanuel Couet, président de l’Agglomération Rennes Métropole, ce projet de 30 000 m² se répartira entre 5 bâtiments différents, dont une tour de 26 étages.

 

Les bâtiments abriteront un hôtel, des logements, sociaux et libres, des bureaux et des commerces. Samsic a annoncé vouloir lui-même occuper 7 000 à 12 000 m² de bureaux. Certains des logements pourront être réservés à ses salariés. Un appel à candidature destiné aux architectes a été lancé le 21 septembre.

 

 

 

30 000 m² seront construits par Samsic à Rennes. Le groupe en occupera une partie. ©Samsic

 

 

 

A Marseille, la zone Euromed1 et, plus précisément, les Quais d’Arenc vont voir la construction de plusieurs nouvelles tours à proximité immédiate de la tour CMA-CGM de Zaha Haddid. La Marseillaise est déjà livrée. H99 est en projet et sa commercialisation a commencé. ©Euroméditerranée

 

Jean Nouvel livre la Tour la Marseillaise

 

La tour de bureaux La Marseillaise, construite sur les Quais d’Arenc à Marseille, atteint 135 m pour 31 niveaux pour un coût total de 180 millions d’Euros. Elle a été livrée le 31 juillet dernier, après plus de 3 ans de travaux et sera officiellement inaugurée fin octobre.

 

Financée par la Caisse d'Epargne Provence-Alpes-Corse, la Caisse des Dépôts Consignation, Constructa et Vinci, elle a été construite en conception -réalisation piloté par Dumez Méditerranée (Vinci).

 

Sa façade est habillée de 3500 pièces brise-soleil en béton fibré à ultra-hautes performances (BFUHP) colorés en bleu, brique, blanc et 23 autres nuances. Cette résille pare-soleil prend place devant les 16 000 m² de surfaces vitrées de la tour.

 

 

 

La Tour La Marseillaise de Jean Nouvel fait appel à une résille BFUHP en grise de brise-soleil. 3500 pièces uniques – couleur et dimension – ont été réalisées. ©Euromediterranée

 

 

 

 

 

La tour H99 – 99 m de hauteur – sera la première tour de logements construite en France depuis les années 70. ©Constructa

 

 

 

 

La tour H99 est divisée en trois zones, dont les logements sont de plus en plus luxuueux, au fur et à mesure que l’on s’élève. ©Constructa

 

 

 

H99, une tour de logements à Marseille

 

Dans le Quartier Euroméditerranée à Marseille, sur les Quais d’Arenc, pas loin de la Tour CMA-CGM (145 m) de Zaha Haddid, tout près de la Tour La Marseillaise de Jean Nouvel, l’architecte Jean-Baptiste Pietri a conçu la tour H99. Ce sera la première tour de logement construite en France depuis les années 70.

 

Organisée en trois parties – City View du R+1 au R+9 avec des T1 au T3 de 52 à 96m², Sea View du R+11 au R+19, ses T3 et T4 sont situés entre 43 et 70 de hauteur, Sky View du R+20 au R+26 -, elle atteindra 99 m de hauteur et abritera 149 logements.

 

H99 et la Tour La Marseillaise seront chauffées et rafraîchies par Thassalia, une centrale de géothermie marine construite par Cofely (Engie) sur le môle d’Arenc

 

 

 

Thassalia est un nouveau type de centrale de chauffage et de froid urbains. Construite part Engie Cofely et Climespace, elle utilise avant tout des groupes thermodynamiques eau/eau avec puisage dans la mer. ©EngieCofely

 

Une centrale de géothermie marine

 

D’un coût total de 35 millions d’Euros (3,344 M€ Ademe, 1,6 M€ Feder, 1 M€ Région, 0,5 M€ département des Bouches du Rhône, 0,250 M€ Ville de Marseille, 0,250 M€ Métropole Marseille-Provence), Thassalia est une centrale de « géothermie marine » construite et exploitée par Engie Cofely et Climespace, toutes deux filiales d’Engie.

 

Les travaux ont commencé en septembre 2014. La mise en service de la centrale a eu lieu en juillet 2016. Thassalia est équipée de 3 thermo-frigopompes, de trois groupes froids eau/eau avec puisage dans la mer et de deux chaudières gaz en appoint. Leur COP annuel annoncé atteindra 4.

 

Elle alimentera 500 000 m² d’Euromed 1 grâce à un réseau urbain de 3 km de longueur, initialement. Le réseau de chauffage est à basse température avec un départ à 60°C seulement. Le départ d’eau glacée est à 5°C avec un retour à 14°C. Six pompes KSB CPKN puisent l’eau de mer à 5 m de profondeur. Ce qui assure une température de puisage variant seulement entre 14 et 22°C dans l’année.

 

 

 

Le projet de tour Occitanie est lauréat d’un concours lancé conjointement par Toulouse et SNCF Immobilier. La Compagnie de Phalsbourg a remporté l’appel à projet grâce à un bâtiment très végétalisé. ©Compagnie de Phalsbourg

 

 

 

Tour Occitanie à Toulouse

 

A Toulouse, la Compagne de Phalsbourg a déposé le 23 juillet dernier, un permis de construire pour une tour de 150 m de hauteur, 38 niveaux et 30 000 m² de planchers. La Compagnie de Phalsbourg a remporté l’appel a projet lancé conjointement par la Ville de Toulouse et par SNCF Immobilier.

 

Le site, vendu à la Compagnie de Phalsbourg par la SNCF, se trouve au bord du nouveau quartier d’affaires Teso (Toulouse EuroSudOuest) et à proximité du Canal du Midi. Il abritait auparavant un site de tri postal, près de la Gare Matabiau. Il sera desservi par la future ligne de métro n°3.

 

Le projet, conçu par les architectes Studio Lieskind et Kardham Cardet Huet Architecture (Toulouse) prévoit une tour largement végétalisée. Cet aspect est confié à Nicolas Gilsoul. Les travaux pourraient commercer mi-2019, pour une livraison en 2022. L

 

a tour contiendra des bureaux (11 000 m²), des logements (≥ 100), des commerces, un hôtel (2 000 m²), des locaux SNCF (1 500 m²) et une terrasse accessible au Public au dernier étage avec bar et restaurant panoramiques. La tour Occitanie sera le plus haut bâtiment de Toulouse.

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (86 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE