L'aéroport de Nice-Côte d'Azur va s'agrandir

L'aéroport de Nice-Côte d'Azur va s'agrandir

L'aéroport de Nice-Côte d'Azur, qui va flirter avec la barre des 14 millions de passagers en 2018 et sera à terme à 20 minutes du centre de Nice par le tramway, prévoit de s'agrandir.





L'extension sur deux niveaux du Terminal 2, livrable mi-2021, pourra accueillir 4 millions de passagers de plus par an selon cet appel d'offre, une information révélée à l'origine par l'hebdomadaire économique La Tribune Bulletin Côte d'Azur. L'aéroport n'a pas souhaité faire de commentaire.

 

L'aérogare agrandi, le Terminal 2.3, comporterait à terme 35 nouveaux comptoirs d'enregistrement, une zone commerciale supplémentaire de 200m2 et six salles de préembarquement, détaille l'appel d'offre.

 

Sept années de croissance pour l'aéroport de Nice

 

Fin mars, le nombre de passagers affichait une hausse de 10% sur les douze mois écoulés, selon l'aéroport qui a enchaîné sept années de croissance. Deuxième de France après Aéroports de Paris (Roissy et Orly), Nice dessert 117 destinations dans 40 pays, via 54 compagnies régulières.

 

En dehors de Paris, il est le seul aéroport français à proposer une ligne quotidienne sur New York, Doha et Dubaï. En mars 2017, l'aéroport de Nice est également devenu le premier de province à être desservi par le gros porteur A380.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (717 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique