Vers un nouveau pôle mondial de réalité virtuelle à Charenton-Bercy

Vers un nouveau pôle mondial de réalité virtuelle à Charenton-Bercy

Lauréat de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris », le quartier Charenton-Bercy à Charenton-le-Pont (94) va bénéficier d’une totale réinvention urbaine. Un projet étonnant...



Le quartier de Charenton-Bercy à Charenton-le-Pont bénéficie d’un site exceptionnel, sauvagement aménagé au cours des années pour décourager toute vie piétonne. Il se situe en face du Parc de Bercy et de Bercy Village, mais il en est séparé par le boulevard des Maréchaux, par d’anciennes voies de chemin de fer abandonnées, par le boulevard périphérique et par un épais échangeur entre ces deux boulevards et l’autoroute A4 qui atteint Paris à cet endroit.

 

Le quartier de Charenton-Bercy longe la Seine, mais il en est hermétiquement isolé par les 8 voies de l’autoroute A4. Il est également tout proche du Bois de Vincennes, mais il en est efficacement séparé par les voies SNCF desservant la Gare de Bercy et la Gare de Lyon, seulement traversées par l’étroite Passerelle de Valmy.

 

Bref, un site enviable, mais invivable, qui abrite dès aujourd’hui le Centre Commercial Bercy 2, les étonnants Jardins du Cardinal de Richelieu, des bureaux et des entrepôts logistiques (UPS, APHP, etc.).

 

 

 

Voici l’emplacement du nouveau quartier Charenton-Bercy ; tout près de Paris, mais entouré par la double barrière du périphérique et du boulevard des Maréchaux à l’ouest, par la Seine et l’Autoroute A4 au sud et par les voies de la Gare de Lyon et de la Gare de Bercy et par les ateliers SNCF au Nord. ©UrbanEra

 

L’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris »

 

La municipalité de Charenton-le-Pont a eu l’idée d’inscrire ce site à l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Initié par la Métropole du Grand Paris, coorganisé avec l’Etat et la Société du Grand Paris, celle qui construit le Métro Grand Paris Express, cet appel a projets urbains innovants a été lancé en octobre 2016.

 

En quelques mois, 420 candidatures ont été reçues. Le 18 octobre 2017, 51 projets lauréats ont été dévoilés, dont celui de Charenton-Bercy. Pour l’aider, la ville de Charenton-le-Pont a confié à Grand Paris Aménagement, l’instruction technique, juridique et financière des projets proposés pour ce site.

 

Grand Paris Aménagement est né en 1962 sous un autre nom : AFTRP pour Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne. En 2015, l’AFTRP devient Grand Paris Aménagement (GPA) et, en 2017, fusionne avec l’EPA (Etablissement Public d’Aménagement) Plaine de France et avec l’EPA Orly Rungis Seine Amont. Aujourd’hui GPA est un établissement public d’aménagement qui intervient sur toute l’Île-de-France.

 

 

 

Au nord de la zone à aménager, les voies de la SNCF, ses ateliers de réparation et d’entretien des TGV du réseau Sud-Européen et les entrepôts de Porto Cruz forment une barrière dans la direction du bois de Vincennes. ©PP

 

 

 

 

Le projet de UrbanEra

 

Le 15 février dernier, après 15 mois de travail, la Ville de Charenton-le-Pont et GPA ont finalement retenu le projet de UrbanEra, l’entité de Bouygues Immobilier qui porte les écoquartiers. L’équipe réunie par UrbanEra pour ce projet rassemble le cabinet d’architecture Skidmore, Owings & Merrill LLP (SOM), le cabinet d’architecture, d’urbanisme et de paysages Ateliers 2/3/4, AREP et Le Grand Réservoir, « créateur de lieux de vie urbains, innovants et décalés ».

 

Début 2018, le quartier Charenton-Bercy, s’étend sur 12 hectares, soit environ 10% de la surface de la commune de Charenton-le-Pont, compte 3000 habitants et environ 1500 emplois. Pour le transformer, il faudra démolir avant de reconstruire.

 

Les bâtiments à démolir appartiennent à des Maîtres d’Ouvrages publics et privés : Carrefour, Kiehau Capital (Gestion d’actifs), APHP, SNCF. Le Centre Commercial Bercy 2 sera démoli, mais pas avant 2021. Les 4 années 2018 à 2021 serviront à « instruire les étapes administratives et réglementaires obligatoires », comme le dit le communiqué de la Métropole du Grand Paris. Il faut sans doute comprendre qu’il faudra bien 4 ans de négociation pour convaincre l’APHP, la SNCF ou encore UPS de vider les lieux.

 

 

 

Les entrepôts d’UPS seront démolis. La plupart des immeubles de logements de la zone, datant des années 70 à 90, sont conservés. ©PP

 

 

 

 

 

 

Conçu par Renzo Piano, le Centre commercial Bercy 2 sera démoli pour faire place à Neo, un bâtiment arrondi destiné à accueillir un cluster consacré aux industries de la réalité virtuelle. ©PP

 

 

 

De nombreuses parties prenantes

 

Les partenaires du projet sont nombreux. Pour commencer, la Ville de Charenton, l’établissement public territorial Paris-Est-Marne et Bois, l’Etat, Grand Paris Aménagement ont signé un Contrat d’Intérêt Nation (CIN) en novembre 2016. Un CIN est une nouvelle procédure, destinée à associer très tôt toutes les parties prenantes à la mutation d’un site urbain.

 

Grand Paris Aménagement demeure l’aménageur de l’opération. UrbanEra, filiale de Bouygues Immobilier, est l’opérateur de l’aménagement et s’appuie sur Atelier 2/3/4 et SOM qui se chargent de l’élaboration du projet. Tandis que le Grand Réservoir conçoit et aménage l’un des bâtiments phares du projet : le cluster des Univers Virtuels de Charenton-Bercy.

 

Arep filiale de la SNCF, agence d’architecture et Bureau d’Etudes, assure l’aménagement des accès vers le bois de Vincennes, au-dessus des voies SNCF. Le groupe Valophis, avec ses deux filiales Expansiel Promotion et Valophis Habitat (bailleur social) assure une partie de l’aménagement commercial de la zone et la construction de logements sociaux. Le Bureau d’Etudes Ingérop participe également à l’opération.

 

 

 

Sur cette maquette du futur projet présentée au dernir MIPIM de Cannes, l’autoroute A4 a disparu le long de la Seine, au profit d’une promenade et de deux piscines. La description du projet dont nous disposons ne permet pas d’expliquer ce miracle. ©UrbanEra

 

 

 

 

 

La Passerelle Valmy qui franchit les voies SNCF vers le bois de Vincennes sera élargie (en déplaçant les caténaires ?) pour atteindre 20 m de large en moyenne et jusqu’à 60 m par endroits. L’AREP est chargé de cet aménagement. ©PP, UrbanEra

 

 

 

 

 

 

La rue Baron-Le-Roy qui court au nord de Bercy Village sera prolongée à travers deux ensembles de voies SNCF, le périphérique et le boulevard des Maréchaux pour fournir un agréable et rapide accès vers Paris. ©PP

 

 

Deux bâtiments emblématiques

 

Le projet d’aménagement prévoit la construction de 360 000 m² de nouvelles surfaces, dont 115 000 m² de logements, répartis entre 1000 logements dont 30% de logements sociaux et des résidences spécialisées (étudiants, personnes âgées), 167 000 m² de bureaux, 43 000 m² de commerces, dont un hypermarché et un centre aqualudique, 6 000 m² d’équipements publics (école et crèche).

 

Parmi toutes ces constructions, deux nouveaux bâtiments exemplaires sont prévus. Le premier est une tour de 180 m de haut conçue par l’agence américaine SOM qui regroupera un hôtel et des logements. Selon Yasemin Kologlu, Directeur Associée chez SOM, cette tour devrait être l’un des bâtiments les plus verts d’Europe. Elle sera certifiée Well Community Standard, une certification qui se préoccupe du bien-être au travail et de l’intégration des bâtiments dans leur environnement dans le but de maximiser le bien-être des habitants du quartier.

 

SOM annonce aussi une récupération de l’eau de pluie, une récupération de chaleur sur les eaux grises, un recyclage des eaux grises et une transformation des déchets en énergie. C’est-à-dire, si l’on comprend bien, une unité de méthanisation des déchets sur site. Cette tour devrait être aussi à énergie quasi-nulle.

 

Sachant que les travaux ne commenceront pas avant 2021, il ne peut pas en être autrement, puisque la Directive Européenne sur l’Efficacité Energétique des Bâtiment l’exige pour toute la construction neuve, au plus tard à compter du 1er janvier 2021. Ceci dit, il n’existe encore aucune tour à énergie quasi-nulle, voire franchement Bepos en Europe.

 

 

 

La nouvelle Tour de 180 m de haut et Neo, le futur Cluster consacré à la réalité virtuelle. ©SOM

 

Un Cluster consacré à la réalité virtuelle

 

Neo, le second bâtiment exemplaire, sera construit à l’emplacement du centre commercial Bercy 2. Ce sera une sphère aplatie, fendue en deux et ouverte au milieu à partir de son troisième ou cinquième niveau.

 

Neo portera une façade interactive équipée de LEDs. Le bâtiment abritera un Cluster consacré à la réalité virtuelle, dans tous les domaines, depuis le médical jusqu’au jeux. Il devrait devenir le centre consacré aux industries de la création virtuelle le plus important en Europe. Le bâtiment sera conçu par Atelier 2/3/4 et animé par Le Grand Réservoir.

 

Tous les partenaires du projet espère que le quartier de Charenton-Bercy deviendra un nouveau pôle mondial dans l’univers de la réalité virtuelle, dont le marché, évalué à 2 milliards de dollars en 2016, devrait être multiplié par 100 d’ici 2030. Le Grand Réservoir indique que Neo accueillera une centaine d’entreprises et devrait contribuer à la création de 15 000 emplois que l’on espère non-virtuels et  ardemment réels. Le reste de l’aménagement porte sur la création de logements et surtout de nouvelles voies d’accès piétonne pour désenclaver le quartier.

 

 

La tour sera à énergie quasi-nulle, le Cluster Neo accuillera 100 entreprises et suscitera la création de 15 000 emplois. Les commerces déplacés par la démolition du centre commercial Bercy 2, seront réimplantés en pieds d’immeubles, notamment dans le prolongement de la rue Baron-Le-Roy. ©SOM

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1416 votants)
Oui
Non