24 territoires sélectionnés pour le Plan pour le Logement d'abord

24 territoires sélectionnés pour le Plan pour le Logement d'abord

Vingt-quatre territoires, au lieu des 15 initialement prévus, ont été choisis pour une mise en oeuvre accélérée du plan quinquennal pour le Logement d'abord, a annoncé Jacques Mézard.





Au total, 15 agglomérations (dont celles de Lyon, Lille, Nice et Strasbourg), quatre conseils départementaux (Seine-Saint-Denis, Pas-de-Calais, Sarthe, Doubs) et trois communes (Toulouse, Amiens, Mulhouse) ont été sélectionnés. Deux autres projets sont co-portés par une métropole et un conseil départemental.

 

"Ce qu'on a voulu, c'est commencer rapidement en faisant des appels aux territoires pour voir ceux qui étaient volontaires pour accélérer le processus. Au départ, on avait dit 15 territoires mais nous avons reçu 31 réponses formelles", a expliqué Jacques Mézard, en déplacement à Montpellier sur ce sujet.

 

Selon lui, la multiplication des candidatures s'explique par "l'envie d'avancer" des collectivités, confrontées elles aussi au problème du sans-abrisme et à la saturation chronique des centres d'hébergement d'urgence.

 

Créer 40 000 logements très sociaux dès 2018

 

Ce plan quinquennal, présenté en septembre à Toulouse par le chef de l'État, a pour objectif de favoriser l'accès à un logement sans passer au préalable par un centre d'hébergement d'urgence. Il prévoit de porter les logements très sociaux (logements réservés à un public très fragile) à 40.000 par an dès 2018, d'ouvrir sur cinq ans 10.000 places en pensions de famille et de créer 40.000 places supplémentaires sur cinq ans dans le parc locatif privé.

 

"Ce plan ne va pas réussir en six mois, c'est un processus long. On sait que ce sera dur mais on y croit. Nous sommes convaincus que c'est la bonne démarche et on veut réussir", insiste-t-il.

 

Les associations, qui ne cessent de dénoncer un hébergement d'urgence à bout de souffle, soutiennent le projet mais s'interrogent toutefois sur le budget qui lui sera alloué.

 

Début mars, elles fustigeaient "un coup de rabot" de 57 millions d'euros en quatre ans sur les centres d'hébergement et de réinsertion sociale. Mais le ministre l'assure : "On ne va pas prendre de l'argent sur l'hébergement d'urgence pour le mettre sur le Logement d'abord".



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1557 votants)
Oui
Non
 

Boutique

La pathologie des façades


Écrans souples de sous-toiture