NF DTU 40.37 – Couverture en plaques ondulées en fibres-ciment

NF DTU 40.37 – Couverture en plaques ondulées en fibres-ciment

Lorsqu’elle est nécessaire, l’isolation thermique des plaques ondulées en fibres-ciment doit être réalisée de manière à laisser l’air circuler librement.



Domaine d’application

 

Le NF DTU 40.37 « Couverture en plaques ondulées en fibres-ciment » donne les prescriptions de mise en œuvre des plaques ondulées en fibres-ciment destinées à la réalisation de couverture « sèche », pour des bâtiments de faible ou moyenne hygrométrie, situées en France européenne, à une altitude inférieure ou égale à 900 m.

 

Les structures porteuses admissibles peuvent être en acier ou en bois.

 

Le NF DTU 40.37 ne vise pas :

  • l’emploi des plaques ondulées en fibres-ciment :
    • pour la réalisation de couvertures aptes à recevoir des tuiles canal qui n’assurent qu’une fonction d’aspect ;
    • en climat de montagne (altitude supérieure à 900 m) ou en départements d’Outre-Mer ;
  • l’emploi des plaques d’éclairement, à l’exception des plaques à châssis.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de septembre 2011.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre des couvertures en plaques ondulées en fibres-ciment (plaques ondulées et accessoires en fibres-ciment, fixations, mastics d’étanchéité, accessoires métalliques, etc.) sont données dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 40.37.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Conception des ouvrages

 

Le support des couvertures doit respecter une pente minimale (supérieure à 9%), dépendante de la zone climatique et des longueurs maximales de rampants.

 

De manière générale, le recouvrement :

  • transversal maximal est de 230 ou 260 mm selon que les plaques soient respectivement à coins coupés ou prédécoupés à la fabrication ou sans coins coupés ou prédécoupés en usine ;
  • longitudinal est réalisé par la superposition des rives latérales des plaques.

 

Dans certains cas, précisés dans le tableau 1 de la partie 1-1 du NF DTU 40.37, des compléments d’étanchéité, transversaux ou transversaux et longitudinaux, seront à interposer aux recouvrements.

 

La largeur minimale des appuis doit être de :

  • 40 mm pour les pannes métalliques ;
  • 65 mm pour les pannes en bois.

 

Le choix du format des plaques dépend :

  • de l’entraxe ;
  • des charges appliquées à la couverture ;
  • des charges ascendantes (fonction du nombre de fixations par plaque, de la portée des plaques, de la résistance au déboutonnage de l’assemblage et de la résistance à l’arrachement de la fixation considérée dans le support).

 

Exécution des ouvrages

 

Les plaques ondulées en fibres-ciment sont directement mises en œuvre sur les pannes de la charpente, les ondulations parallèles à la ligne de la plus grande pente du toit, par rangées successives de l’égout vers le faîtage. L’utilisation d’un gabarit de pose peut faciliter cette dernière.

 

Au nœud de quatre plaques, les coins de deux plaques seront à découper, au sol à l’aide d’une scie, d’une griffe ou d’une pince spéciale, pour éviter les superpositions d’épaisseurs.

 

Les plaques sont fixées à l’aide de deux fixations par plaque et par panne d’appui, situées en sommet d’onde et composées d’un élément de liaison et d’un élément d’étanchéité.

 

Si les plaques ne sont pas pré-percées en usine, seul le foret est autorisé pour le perçage des plaques ondulées sur chantier. Une bonne fixation est décrite comme ayant l’élément d’étanchéité légèrement écrasé et l’élément de liaison immobilisé en rotation. Ces derniers peuvent être :

  • des tirefonds à bourrer ou à visser ;
  • des boulons-crochets ;
  • des agrafes-pitons ;
  • des vis autoperceuses et autotaraudeuses.

 

Pour une stabilité de la couverture, les plaques doivent être calées :

  • repos des ondes des plaques ondulées sur les pannes en cas de pose sur deux appuis ;
  • dans le cas de pose sur trois appuis, repos des ondes des plaques ondulées sur les pannes et calage obligatoire si l’écart de planitude est supérieur ou égal à 4 mm.

 

Dans certains cas, un complément d’étanchéité s’avère nécessaire. Il peut être :

  • transversal, d’épaisseur constante et appliqué selon les ondulations des plaques ou de l’accessoire mis en œuvre, en général à 30-50 mm au-dessous des trous de fixation ;
  • longitudinal, placé à une distance inférieure ou égale à 15 mm du bord de l’onde montante de la plaque à recouvrir et raccordé au complément transversal.

 

Concernant les points singuliers, le NF DTU 40.37 traite notamment des :

  • égouts :
    • Le porte-à-faux des plaques par rapport à l’axe de fixation doit être inférieur ou égal à :
      • 35 cm lorsque la toiture ne comporte pas de gouttière ;
      • 20 cm lorsque la toiture comporte une gouttière.
    • La gouttière ne doit pas être directement fixée sur les plaques ondulées en fibres-ciment ;

 

  • faîtières et éléments de raccord frontal :
    • Ils doivent être fixés par deux points sur chaque panne faîtière à l’aide des fixations de la rangée supérieure des plaques ondulées, avec le même recouvrement ;
    • Ils nécessitent la mise en œuvre de compléments d’étanchéité ;

 

  • pénétrations discontinues :
    • Elles sont possibles grâce à :
      • des plaques châssis ;
      • des plaques losangées ;
      • des raccords métalliques adaptés au profil de la plaque ondulée ;

 

  • mis en œuvre sur un support spécifique (chevêtre, voligeage, etc.) ;
    • Elles permettent la mise en œuvre de dispositifs nécessaires à la ventilation, l’éclairement ou le passage de conduits.

 

Si nécessaire, l’isolation thermique de la toiture peut être réalisée à l’aide de procédés sous pannes ou entre pannes, sous conditions de laisser l’air circuler librement.

 

Concernant la ventilation de la sous-face de la couverture, des dispositions particulières sont à mettre en œuvre dans les cas suivants :

  • Couverture avec compléments d’étanchéité mais sans isolation thermique ;
  • Couverture avec isolation thermique.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 40.37. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Stephane
  • 0
  • 0

Bonjour peut-on faire un joint silicone entre la caustier et le châssis parisien

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2159 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Les volets roulants