Environnement: le Sénat approuve l'accord trouvé avec l'Assemblée nationale

Environnement: le Sénat approuve l'accord trouvé avec l'Assemblée nationale

Le Sénat a approuvé l'accord trouvé avec l'Assemblée nationale sur deux ordonnances destinées à améliorer le dialogue environnemental, dont l'une, qui prévoit un "droit d'initiative" citoyenne.



Les conclusions de la commission mixte paritaire, sept députés et sept sénateurs, doivent encore être votées dans les mêmes termes par l'Assemblée pour être adoptées définitivement. "L'objectif de ces deux ordonnances du 6 août 2016 est de moderniser des outils et procédures essentiels à la démocratie environnementale: la concertation préalable, l'évaluation environnementale ou la participation du public au stade des procédures d'autorisation", a déclaré le président de la commission de l'Aménagement du territoire et du Développement durable Hervé Maurey (UC).

 

Très techniques, elles touchent à des domaines fondamentaux du droit de l'environnement en conjuguant l'exigence de protection de l'environnement et la simplification des contraintes et procédures.

 

L'ordonnance relative à l'évaluation environnementale limite les études d'impact aux projets considérés comme ayant le plus d'impact et garantit une association renforcée des collectivités territoriales et du public.

 

L'ordonnance relative aux procédures destinées à assurer l'information et la participation du public vise à renforcer cette participation, notamment en fixant des droits associés comme l'accès aux informations pertinentes, et à moderniser la participation.

 

En commission mixte paritaire, sur les deux articles restant en discussion, députés et sénateurs ont notamment précisé une disposition adoptée par le Sénat afin d'analyser l'impact sur le foncier agricole des projets d'infrastructures et de leurs mesures d'évitement, de réduction et de compensation.

 

Ils ont aussi rétabli une disposition adoptée par l'Assemblée nationale en première lecture, pour encadrer directement dans la loi le niveau du seuil de dépenses publiques au-delà duquel un projet relève du nouveau droit d'initiative, celui-ci ne pouvant excéder 5 millions d'euros.




Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
Hors-série BATIMAT

Produits



Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (41 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique

Renforcement parasismique des bâtiments