Le salon de l’alternance et de l’apprentissage de Paris sous tension

Le salon de l’alternance et de l’apprentissage de Paris sous tension

Alors que le salon de l’apprentissage ouvre ses portes à Paris, les organisations professionnnelles, dont la FFB, espèrent convaincre les jeunes d'entrer dans les métiers du BTP, actuellement sous tension...





A l'occasion du salon, l’Union des Fédérations du Bâtiment Ile de France (UFB) accueillera les visiteurs sur son stand afin de présenter le milieu du bâtiment, un secteur en pleine évolution, dont les formations sont aussi diverses que méconnues pour certaines, selon Cécile Pont, Chargée de communication de la FFB Grand Paris.

 

La présence de l'organisation professionnelle répond à un double objectif :

  • Se faire connaitre auprès des jeunes et les inciter à s’engager dans une filière avec des métiers d’avenir où les emplois ne peuvent pas être délocalisables
  • Inciter les professionnels du BTP à s’engager en tant que formateur ou maitre d’apprentissage.

 

L’apprentissage pour une insertion réussie

 

"Les besoins en apprentis se ressentent à tous les niveaux, que ce soit sur les chantiers, en atelier ou dans les bureaux d’études" explique Cecile Porte. A l’heure actuelle, on compte environ 9 000 apprentis dans toute l’Ile de France avec un fort taux d’insertion après leur diplôme.

 

Mais l’embauche d’apprentis est malheureusement freinée par des démarches lourdes malgré l’aide apportée par les Centres de formation des apprentis, selon les représentants de l'UFB. De plus, former un apprenti nécessite du temps ce qui est difficile pour les petites structures, qui recherchent avant tout du personnel opérationnel immédiatement.

 

La réforme de l'apprentissage, promise par le gouvernement en ce début d'année, devrait en principe lever certains freins. Les professionnels espèrent un système simplifié pour l'embauche d'apprentis ainsi que la révision de certains interdits comme l'âge minimum légal pour effectuer des travaux en hauteur, qui compliquent l'enseignement technique et le travail en entreprise.


"Les femmes sont aussi bien représentées et contistuent un véritable atout, selon Cécile Porte. Elles occupent essentiellement des postes à responsabilité ou d’encadrement d’équipe mais sont aussi présentes sur le terrain".

 

Du CAP à l’ingénierie

 

Les filières de formations du BTP sont aussi diverses que méconnues. On y retrouve tout type de profils et de personnalités quel que soit le niveau. "Il y a de la place pour tout le monde." reprend Cécile Porte

 

La durée de l’apprentissage varie en fonction du diplôme visé allant de 2 ans pour un CAP à 5 ans pour un diplôme d’ingénieur. Il est possible de faire son apprentissage chez le même employeur pendant la durée de la formation ou d’avoir plusieurs maitres d’apprentissage pour diversifier son expérience. Enfin, de nombreuses passerelles existent entre les filières générales et techniques à tous les niveaux.

 

Le BTP, un secteur en tension

 

Et si le BTP cherche à recruter plus que jamais et donc à former son futur personnel, c'est qu'il connaît de fortes tensions actuellement. En effet, la pyramide des âges dans le BTP vieillit. D’ici 2020, le besoin à renouveler s’élèvera à 92500 postes. Il est donc urgent de former la relève et de rajeunir le secteur.

 

Par ailleurs, la reprise économique ainsi que la dynamique du Grand Paris, l’application de la loi Grenelle sur la rénovation énergétique, couplé au développement naturel du secteur, ont fait évoluer les besoins du milieu.

 

Certains domaines comme la métallerie sont sous tension, lié à la méconnaissance de ces métiers, tout comme la charpente/couverture dont les besoins sont immenses, notamment à Paris avec la rénovation des bâtiments du patrimoine francilien.

 

Or, le Bâtiment, qui souhaite recruter, a fait beaucoup de "progrès" depuis une grosse décennie : les normes et la sécurité sont mieux pris en compte dans les entreprises. Ainsi, la diminution du poids des sacs de matériaux (ciment, colles à carrelage, chaux,...), le retrait des solvants de peintures nocifs pour la santé des peintres et le fort développement des outils de manutention attestent de la volonté des acteurs du BTP de diminuer les risques liés à la santé et à la sécurité de leurs salariés.

 

Notons que la FFB a réalisé des campagnes de prévention à propos des Troubles Musculosquelettiques, des chutes et de la pénibilité.

 

Info pratiques à propos du salon

 

Retrouvez l'UFB sur son stand : Hall 2- Niveau 1 - stand CPI21 avec ses partenaires :

  • La Chambre des Professionnels du Bois de l'EA Campus Genevilliers,
  • Le CFA Gestes Formation,
  • Le CFA Délépine
  • Le CFA de Saint Lambert
  • La Chambre Syndicale Régionale de l'Etanchéité avec le CMFBTP,
  • La Chambre Professionnelle de Métallerie et Serrurerie du Grand Paris
  • Le Syndicat Français de l'Echaffaudage du Coffrage et de l'Etaiement

 

  • Dates : 2 et 3 février 2018
  • Lieu : Parc des exposition Porte de Versailes à Paris

 

Pour plus d'informations : http://www.letudiant.fr/etudes/salons/salon-apprentissage-et-alternance.html



 

Source : batirama.com / Aurélia de Courtois

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (612 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique