Alerte aux collisions d'oiseaux contre les façades vitrées

Alerte aux collisions d'oiseaux contre les façades vitrées

La Ligue pour la protection des oiseaux a de nouveau alerté les architectes sur le risque de collision des oiseaux contre les façades des bâtiments. Les solutions simples existent mais il faut agir en amont.



Photo d'ouverture : Trace laissée par des oiseaux sur une vitre suite au cours d’une collision, ici une tourterelle © Henriette Bercot

 

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) alerte depuis de nombreuses années les professionnels du bâtiment et le grand public sur les risques de collision des volatiles dans les façades. « Ils peuvent entrer en collision avec des surfaces vitrées ou métalliques qu’ils ne perçoivent pas visuellement. On les récupère parfois en centres de soins ou alors les particuliers nous sollicitent pour recueillir des informations » explique Anne-Laure Dugué, responsable du programme « Faune en détresse ».

 

Combien d’oiseaux en sont victimes chaque année ? « C’est une donnée difficile à quantifier car il faudrait mener une étude avec un protocole complexe qui tiendrait compte de plusieurs typologies de bâtiments et de la disparition rapide des preuves sous l’action des prédateurs. Mais on sait de façon factuelle, que 15 % des oiseaux blessés recueillis le sont suite à des collisions majoritairement sur des façades de bâtiments » répond Anne-Laure Dugué.

 

La LPO Ile-de-France et 4 centres de soins LPO ont ainsi recensé 200 appels en 2017 à ce sujet. « Au Canada, en 2016, 2 400 cadavres d’oiseaux migrateurs ont été retrouvés aux pieds des immeubles de verre de Toronto » reprend la responsable. Oiseaux des champs, des villes ou rapaces, toutes les espèces sont en effet concernées et particulièrement lorsqu’ils migrent….

 

 

Derrière la vitre, la huppe fasciée ©Fabrice Cahez

 

De nombreux oiseaux tués sur les baies vitrées ou vérandas

 

Cette donnée demeure par ailleurs difficile à chiffrer car les particuliers ne déclarent pas en règle générale le nombre d’oiseaux assommés ou tués par une simple baie vitrée ou une véranda. Or, ces équipements, qui répondent au désir de transparence et de clarté dans l’habitat, se multiplient dans les logements neufs actuels.

 

De la même façon, les surfaces vitrées très prisées des architectes et aménageurs ont tendance à se développer et la reprise de l’activité dans le Bâtiment va accentuer le phénomène. « Rien qu’à Paris, il y a par exemple ce projet de construction de murs en verre autour de la Tour Eiffel ou encore le projet de la tour Montparnasse avec une façade vitrée » s’inquiète Anne-Laure Dugué qui termine : « si l’on ne prend pas en compte cette problématique dès le départ, il y aura des collisions inévitablement »

 

Face au risque de l’amplification du phénomène de collisions, la LPO sollicite depuis quelques années les professionnels aménageurs et architectes. Le 5 décembre dernier, elle a notamment animé la 17e réunion de son club de réflexion Urbanisme, Bâti et Biodiversité « Club U2B »*, autour de la problématique de la collision des oiseaux dans les façades réfléchissantes ou transparentes des bâtiments.

 

 

Les surfaces vitrées de certains bâtiments sont couvertes ou sérigraphiées ce qui les rend inoffensives pour les oiseaux. Ici, le siège du journal Le Monde © LPO Loire

 

 

Autre façade sérigraphiée, celle de l’Institut du Monde Arabe à Paris © LPO Loire

 

Attention aux surfaces vitrées trop transparentes ou réfléchissantes

 

Une spécialiste Eva Inderwildi, de l’association de protection des oiseaux suisses, a ainsi rappelé que les oiseaux n’ont pas la capacité de voir les surfaces vitrées trop transparentes et les surfaces métalliques ou vitrées qui reflètent le ciel ou la végétation.

 

De fait, des solutions existent pour traiter les façades existantes (films plastiques avec formes et couleurs variées). Un constructeur de vérandas (2) partenaire de la LPO propose ainsi à ses clients un kit d’information et des échantillons de stickers pour éviter les collisions des oiseaux. "Nous formons leurs équipes de poseurs et leurs commerciaux" précise Anne-Laure Dugué.

 

Mais la LPO souhaite avant tout sensibiliser les acteurs de l’acte de construire sur les précautions à prendre au moment du projet. « Il s’agit de mettre en œuvre des matériaux bien visibles des oiseaux, comme le verre coloré, sérigraphie, sablé, métal déformé » explique Delphine Morin, responsable du programme Urbanisme, Bâti et Biodiversité (U2B). Il faut avant tout éviter les solutions réfléchissantes ou trop transparentes reprend la responsable et informer les acteurs des dangers pour les oiseaux….

 

 

Façades en verre sablé ou sérigraphié © Vogelwarte

 

*Quelque 25 structures différentes, dont le ministère du Logement ont ainsi participé à cette réunion. Parmi les partenaires officiels du Club U2B, notons Bouygues Construction, Bouygues immobilier, Cemex, DHUP, EPADESA, Nacarat, Gecina, UNEP et Vinci construction

 

En savoir plus 

Site institutionnel : http://lpo.fr

Site du programme urbanisme, bâti et biodiversité de la LPO : https://urbanisme-bati-biodiversite.fr/

 

(2) Akena Verandas



Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Marguerite
  • 0
  • 0

Mince, alors cela fait 2 fois que mon commentaire disparaît !! je n'ai pas eu le temps de finir, il a disparu au moment de l'apparition de la pub sur l'écran.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2247 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1

La fabrication du bâtiment 1