Les innovations en Structure & Enveloppe du bâtiment sur Batimat 2017

Les innovations en Structure & Enveloppe du bâtiment sur Batimat 2017

Technologie, élégance et recherche d’un développement durable sont en évidence à travers les produits présentés au concours de l’innovation Batimat dans la catégorie Structure & Enveloppe


Dans la catégorie Structure & Enveloppe du concours de l’innovation Batimat 2017, 27 produits et systèmes ont été soumis au jury expert, réuni à Paris le 12 juillet. Le jury en a nominé 12. A travers l’examen des produits présentés et nominés, plusieurs tendances de fond peuvent être observées.

 

Tout d’abord, le développement de produits à base de matériaux recyclés ou biosourcés est très net. Ensuite, certains produits et systèmes font appel à une technologie complexe pour proposer de nouvelles solutions, plus simples à mettre en œuvre, apportant de nouveaux bénéfices et plus élégantes.

 

 

La coque double courbure de Scidus est une coque en bois à double-courbure autoportante, assemblée et usinée en quelques heures par un robot. Elle est destinée à la réalisation de toitures et de charpentes à effet de vague. Ces coques sont modulaires, requièrent peu de poteaux pour leur support et peuvent être assemblées à plusieurs pour constituer de grandes toitures. ©Scidus

 

Les robots arrivent

 

Troisièmement, l’intervention de robots permet la préfabrication et l’usinage de produits élégants, mais impossibles à réaliser économiquement à la main. Quatrième tendance, la production photovoltaïque en façade se développe.

 

Dans la perspective des bâtiments Bepos  (Bâtiment à Energie Positive) en tertiaire neuf en 2020, la surface de toiture disponible ne suffira pas pour produire sur site suffisamment d’électricité pour compenser les consommations des bâtiments. Il faudra utiliser aussi les façades : les premières solutions esthétiques apparaissent et seront exposées à Batimat 2017 en novembre prochain. Enfin, de plus en plus de systèmes sont conçus en prenant en compte leur fin de vie : démolition des bâtiments et recyclage des produits.

 

 

MIisapor Greenlight 10/63 est un remblai allégé en granulat de verre cellulaire. Sa forte résistance à la compression et sa faible densité (130 kg/m3) en font une bonne solution pour l’isolation thermique des parties enterrées. ©Misapor

 

Construire des bâtiments Bepos

                                        

Toujours dans la perspective des bâtiments Bepos, pour réduire au maximum les déperditions thermiques, il faudra isoler leurs parties enterrées. Misapor Greenlight 10/63 de Misapor fournit une solution. Ce sont des granulats de verre cellulaire, fabriqués en totalité à partir de bouteilles recyclées.

 

Ces granulats offrent une forte résistance mécanique – le bâtiment peut être posé dessus -, une totale insensibilité à l’eau, aux insectes et autres rongeurs, ainsi qu’une résistance thermique non-négligeable.

 

Dans un autre ordre d’idées, Sageglass Saint-Gobain poursuit le développement des emplois de son vitrage électrochrome. Le jury a nominé sa solution Vario : une façade en verre structurel équipée d’une couche électrochrome. Elle minimise les masses vues (diminue la structure porteuse verticale) que les architectes n’aiment pas, supprime les protections solaires visibles, tout en offrant un contrôle solaire variable.

 

 

 

SageGlass poursuit le développement de son verre électrochrome. Il est cette fois-ci associé à la façade de verre structurelle Vario de Saint-Gobain Glass. Ce qui devrait satisfaire les architectes : diminution des masses vues de la structure de la façade, disparition des protections solaires intérieures et extérieures. ©Sage Glass

 

 

 

Sunpartner Technologies est l’un des acteurs français de l’intégration du photovoltaïque en façade. Son bardage photovoltaïque WYSIPS© Cameleon est disponible en différentes couleurs et motifs. ©Sunpartner Technologies

 

Produire de l’électricité en façades

 

Sunpartner Technologies est l’un des principaux acteurs dans le développement de solutions de production d’électricité photovoltaïque en façade. Son système WYSIPS© Cameleon est un bardage photovoltaïque sur ossature métallique pour façade ventilée.

 

Le panneau offre un choix de couleurs et de motifs et se compose d’un verre laminé avec une couche photovoltaïque (CIGS) : Verre/couche CIGS/verre avec une boîte de jonction électrique à l’arrière. Ce bardage peut être commandé en différents coloris, avec ou sans motifs. Cette solution se place clairement dans la perspective du Bepos en 2018.

 

 

Au salon BAU en janvier dernier à Munich, Saint-Gobain a présenté une solution d’isolation thermique à base de roseaux. Décidément tourné vers le biosourcing, Saint-Gobain Weber propose cette fois-ci une Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE) en liège, fini par enduit. ©Saint-Gobain Weber

 

L’isolation thermique, naturelle ou techno

 

Saint-Gobain Weber France a proposé Webertherm XM Natura, la première solution d’ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur) sous enduit à base de panneau de liège (λ = 0,040 W/m.K), perméable à la vapeur d’eau, imputrescible, quasi-incombustible.

 

Le panneau PJ Homeskin Panelde Trocellen Italia offre une solution thermique et acoustique très performante et de faible épaisseur pour l’ITI (Isolation Thermique par l’Intérieur). Il se compose d’un panneau triple couche PEX/Aérogel de silice/PEX, auquel s’ajoute en option une couche de masse lourde d’origine minérale pour un affaiblissement acoustique important.

 

L’aérogel de silice offre un λ = 0,015 W/m.K, soit une résistance thermique R = 0,66 m².K/W et par centimètre d’épaisseur. Pour l’isolation thermique des toitures, Simonin propose NLP, une gamme de panneaux isolants (XPS) autoportants, avec des portées de plus de 6 m, porteur de couverture sur le dessus et avec sous-face finie.

 

 

 

L’isolation thermique par l’intérieur a encore de beaux jours devant elle. Pour faire mince et minimiser la perte de surface au sol, Trocellen Italia a développé un panneau à base d’aérogel de silice avec un λ très faible. © Trocellen Italia

 

 

 

Plus de 6 m de portée pour une isolation par l’extérieur des toitures avec le panneau autoportant NLP de Simonin. © Simonin

 

Toiture terrasse : lumière naturelle

 

Pour maximiser l’éclairement naturel, le lanterneau Kingspan Day Lite Kapture d’Ecodis – Kingspan Light + Air offre à la fois une valeur TL (Transmission lumineuse) élevée (80%), un facteur solaire (non-transmission de chaleur) de 0,45 avec une valeur Ug = 2,2 W/m².K et une forme bombée qui permet la capture et la rediffusion vers le local de la lumière rasante en début et fin de journée.

 

Il est disponible en 4 dimensions : 810 x 810, 810 x 1590, 1660 x 1590 et 2875 x 1590 mm. Le classement au feu B-S1-d0 permet de l’installer en ERP.

 

 

 

La forme bombée du lanterneau Kingspan Day Lite Kapture capte jusqu’à la lumière rasante du soir ou du matin pour la rediriger vers le local. Il se comporte de trois parois en polycarbonate. Celle du milieu porte texture nano-prismatique qui se charge de cette redirection et supprime les points chauds. © Ecodis – Kingspan Light + Air

 

Toiture terrasse : étanchéité

 

Pour l’étanchéité des toitures terrasses, Flexirub a imaginé une membrane EPDM en plusieurs épaisseurs, assemblées à chaud et vulcanisées pour les rendre parfaitement étanches. Sa particularité est d’être préfabriquée sur mesures pour chaque toiture.

 

Tout commence par un relèvement de cotes détaillé sur le chantier. Puis Flexirub fabrique une membrane qui sera déroulée sur la toiture à étancher, enfilée sur les traversées de toiture et les autres éléments saillants : une sorte de pull-over étanche pour toiture terrasse. Ce procédé supprime le collage des lais d’étanchéité à la flamme, accélère les chantiers et diminue les risques pour les opérateurs.

 

 

Flexirub présente une étanchéité pour toitures terrasse, préfabriquée en 3D. Une fois prête, elle s’enfile sur la toiture. ©FLEXIRUB

 

Protéger les personnes contre les ondes radio

 

Certaines personnes sont particulièrement sensibles aux ondes radio haute fréquences. Pour empêcher leur propagation et construire des locaux sanctuarisés contre la diffusion des ondes RF Haute Fréquence, AEG Gazbeton a proposé Emiblock, un bloc constructif en béton cellulaire qui absorbe les ondes radios dans les fréquences de 0 à 3 GHz.

 

Il s’utilise comme un bloc béton classique avec toute la résistance mécanique et la performance thermique des blocs de béton cellulaire, mais en plus, il empêche la propagation des ondes radio.

 

 

Ce bloc de béton cellulaire s’emploie manière traditionnelle pour construire des murs structurels ou des cloisons séparatives. Mais en plus, il bloque la propagation des ondes radios dans les fréquences de 0 à 3 GHz. © AEG Gazbeton

 

Prévoir la fin de vie des bâtiments

 

Demodulor de MCD est un système constructif industrialisé démontable et recyclable en fin de vie. Il comporte pour l’instant 4 composants : un mur précontraint en brique et acier, un plancher sec acier/béton/bois, un plancher mixte acier/béton, une façade à ossature bois et languettes acier.

 

De son côté, ATE - Agri Tube Extrusion a proposé Batifibre SN4, un drain de fondations qui demeure accessible pour l’entretien et évite la pose de lits de gravier et de géotextiles.

 

 

Ce drain de fondation Batifibre SN4, d'ATE - Agri Tube Extrusion évite le lit de graviers et les géotextles sous le bâtiment. ©Agri Tube Extrusion

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (1475 votants)
pour
contre
indifférent
 

Boutique