L'Europe "abîmée par la fraude au détachement" ?

L'Europe

Bernard Cazeneuve a jugé le projet de l'Union européenne "abîmé par la fraude au détachement" des travailleurs, ajoutant qu'il s'agit d'un terreau funeste pour tous les populismes.




En visite à l'Imprimerie nationale à Flers-en-Escrébieux (Nord), où va être produite la nouvelle carte d'identité professionnelle pour les travailleurs du BTP, le chef du gouvernement a rappelé les actions de la France depuis 2012 contre le travail illégal. Quelque 1.500 contrôles contre la fraude sont effectués par mois désormais.

 

"La fraude doit être combattue à l'échelle de l'Europe, avec le concours de nos partenaires", a-t-il plaidé. "Soit nous parvenons à lutter efficacement ensemble contre les abus en matière de détachement des travailleurs, soit c'est le principe même de libre circulation qui sera sapé dans ses fondements", a mis en garde le chef du gouvernement.

 

Et au-delà, selon lui, "c'est le projet européen lui-même qui est abîmé par la fraude au détachement". "La question du travail détaché est un terreau absolument funeste pour tous les populismes", a insisté M. Cazeneuve.

 

Réviser les règles de 1996

 

Les règles de 1996 "doivent être révisées" pour notamment lutter contre les sociétés dites "boîtes aux lettres" qui "ne sont créées que pour exploiter les différences de régime de protection sociale qui existent entre les pays", a-t-il expliqué.

 

Une directive révisée, proposée en mars 2016 par la Commission européenne, vise à aligner les conditions des travailleurs détachés, souvent employés dans le bâtiment, les abattoirs ou l'agriculture, sur celles des travailleurs locaux, mais elle s'est heurtée au refus de onze pays, en majorité d'Europe de l'Est.

 

"Grâce à l'action déterminée de la France, il est désormais acquis que le projet de révision de la Commission sera discuté" avec "le principe d'un salaire égal pour un même travail et dans un même lieu" et une "limitation de la durée du détachement", a-t-il fait valoir.

 

Un "socle européen des droits sociaux"

 

Autre "enjeu majeur au cours des mois à venir": la mise en place d'un "socle européen des droits sociaux", d'après le Premier ministre."L'enjeu de ces négociations est capital car il s'agit de restaurer la confiance des citoyens dans la capacité de l'Union européenne à mieux les protéger face aux risques de la mondialisation", a insisté M. Cazeneuve.

 

"Ce n'est pas l'Europe en soi qui menace ces droits, mais certains dogmes notamment libéraux qui au sein de l'Europe cherchent à imposer une véritable régression sociale", a-t-il lancé à quatre mois de l'élection présidentielle.




Source : batirama.com / AFP

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (192 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits