Des solutions d’accès innovantes pour rénover 464 logements parisiens

Des solutions d’accès innovantes pour rénover 464 logements parisiens

Deux tours des « Orgues de Flandre » situées à Paris font l’objet d’une réhabilitation thermique. Des plates-formes d'élévation spécifiques ont été nécessaires sur ce chantier





Dans ces deux tours situées dans le XIXe arrondissement de Paris, 4 tours de 82 à 118 m forment les « Orgues de Flandre », plus hauts bâtiments de la capitale.

 

Quelque 464 logements sociaux répartis dans deux de ces tours font l’objet de différents travaux de rénovation : désamiantage, ITE (en PSE sous bardage métallique pour 12 000 m2 de façade et en PSE sous enduits sur 9 400 m2 pour les retours de balcons et les façades des deux immeubles) et remplacement des menuiseries extérieures.

 

Parmi les systèmes d’accès utilisés simultanément, on compte 21 plates-formes de travail se déplaçant sur mâts et accessibles depuis un platelage en échafaudage, 4 plates-formes suspendues à 70 m de hauteur, une zone de desserte et de manutention verticale.

 

S'adapter à une architecture complexe

 

Les principales spécificités de ce chantier résident dans l’architecture atypique de ces tours  classées IGH offrant un profil de façade complexe, un appui au sol impossible en raison de la présence de sous-sols, de logements occupés et de contraintes d’ancrage particulières dues à l’ITE en PSE sous bardage métallique.

 

Par ailleurs, des planchers d’extensions télescopiques ont été ajoutés aux plates-formes pour épouser les décrochés de la façade et des ancrages perdus intégrés dans les joints ont été conçus pour fixer les mâts.

 

En outre, la limite de reprise de charge par la dalle étant contrainte par des sous-sols, il a fallu calculer, concevoir et installer des consoles sur lesquelles reposent les plates-formes. Enfin, un platelage surélevé en échafaudage tout autour des bâtiments servant de zone de stockage, d’accès et de protection a été installé afin de minimiser les nuisances visuelles et sonores, tout en sécurisant les accès des usagers et les issues de secours des bâtiments.

 

Une sécurité renforcée

 

Les systèmes d’élévation et d’accès motorisé, tels que les plateformes suspendues et les plateformes sur mât (PTDM), présentent de nombreux avantages en termes de productivité, de sécurité et de diminution de la pénibilité sur les chantiers de construction, de réhabilitation et d’entretien d’ouvrage.

 

Pour faciliter la tâche des chefs d’entreprise, des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’oeuvre et des coordonnateurs SPS*, un guide de « bonnes pratiques PTDM », rédigé conjointement par le SFECE-FFB, les syndicats utilisateurs et les institutions, est mis à leur disposition de tous les acteurs, détaillant les étapes clés à respecter, de l’examen d’adéquation à l’exploitation.

 

Les enjeux résident dans l’amélioration de la prévention, la sécurité et la diminution de la pénibilité physique des chantiers, mais aussi dans la rapidité d’exécution et la réduction des délais de livraison des ouvrages.

 

Améliorer la prévention

 

En effet, selon les données de la Cnamts**, les trois causes principales d’accidents dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) sont les manutentions (34%), les chutes de plain-pied (21%) et les chutes de hauteur (16%), sans oublier les TMS (troubles musculo-squelettiques).

 

Par ailleurs, les solutions que représentent les systèmes d’élévation, de travail et d’accès motorisés permettent aux maîtres d’ouvrage et donneurs d’ordre de prendre en compte, dès la phase de projet/conception, la problématique de circulation, de transport et de manutention des charges et des personnes conformément à la réglementation.

 

Une productivité  accrue

 

Le recours à ces solutions s’avère également lié à des problématiques de réduction des coûts de manutention. Étant admis que 40 % du temps de main-d’oeuvre sur un chantier standard de construction, de réhabilitation et d’entretien d’ouvrage est dédié à la manutention manuelle, l'optimisation des tâches de transport de personnes et de matériaux avec ces systèmes est importante.

 

Signalons enfin que, selon une étude de l’INRS publiée en 2014 sur une opération de réalisation de 60 logements sociaux neufs (chantier de 4 500 m2), le recours à des plates-formes de transport comme solution logistique a permis d’établir que le temps total de manutention est divisé par 7, tandis que le coût de la manutention est divisé par 3,5 (70% d’économie).

 

De nombreux outils développés  pour les professionnels

 

Partenaire et représentante des professionnels du secteur, la section « Systèmes d’élévation, d’accès et de travail motorisés » du SFECE* met à disposition de ses adhérents de nombreuses informations techniques et réglementaires, toutes disponibles en ligne sur l’espace adhérent du site Internet www.echafaudage-coffrage-etaiement.org.

 

Certains supports d’information sont rendus publics et téléchargeables par l’ensemble des professionnels concernés via la rubrique « Système d’élévation et d’accès motorisés » du site Internet du syndicat.

 

*Syndicat français de l'échafaudage, du coffrage et de l'étaiement

 


Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 500 - Décembre 2021 / Janvier 2022

   

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1128 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


La fabrication du bâtiment 2

Les couvertures en tuiles