Les entreprises des travaux publics poussent un cri d'alarme

Les entreprises des travaux publics poussent un cri d'alarme

La Fédération nationale des travaux publics s'inquiète des conséquences désastreuses d'une réduction des dépenses publiques de 100 milliards d'€ sur le prochain quinquennat.





"Nous voulons dire aux candidats : ne faites pas une baisse des dépenses publiques purement comptable, ne sacrifiez pas l'investissement. Notre secteur est capable de recréer de l'emploi dès 2017: il nous faut cinq ans de visibilité, de calme", affirme Bruno Cavagné, le président de la fédération patronale.

 

Le secteur des travaux publics, dont l'activité dépend à 70% de la commande publique, a vu son chiffre d'affaires se contracter d'un quart depuis 2008, provoquant la perte de 30.000 emplois, selon la FNTP.

 

Malgré un retour à une croissance de l'activité de 3% en 2016, le secteur, qui table sur une stagnation des appels d'offre publics dans les mois à venir, aura encore perdu 5.600 postes.

 

Prix très insuffisants pour rétablir les marges

 

"Résultat du niveau faible d'activité et de cette absence de visibilité, les entreprises utilisent l'intérim pour répondre au surcroît de commandes et continuent à pratiquer des prix très insuffisants pour rétablir leurs marges", observe la fédération.

 

Notant que la plupart des candidats à la primaire de droite et du centre promettent une baisse des dépenses publiques de 100 milliards d'euros sur le quinquennat, la FNTP anticipe un "scénario noir".

 

"Une nouvelle baisse généralisée des dotations aux collectivités locales aurait un impact redoutable sur leur capacité à investir", dit-elle, tandis que le secteur privé, subirait "l'impact macro-économique de la baisse de l'investissement public".

 

Chute du chiffre d'affaires prévisible de 13 %

 

Le chiffre d'affaires du secteur qui compte 8.000 entreprises, chuterait de 13%, sous les 33 milliards d'euros, et 34.000 emplois supplémentaires seraient perdus, anticipe la FNTP.

 

Une nouvelle contraction de la dépense publique aboutirait à une "détérioration de la qualité des infrastructures" et à "l'incapacité à mener dans les délais les grands projets, du plan fibre au Grand Paris en passant par (le canal) Seine Nord ou (la ligne ferroviaire à grande vitesse) Lyon-Turin", avance-t-elle.

 

A l'inverse, un niveau d'investissement dans les infrastructures et la transition écologique "supérieur de 8 à 10 milliards d'euros à ce qu'il est actuellement", générerait 33.000 emplois, calcule la fédération.

 

Demande d'engagement des candidats à la présidentielle

 

Cela impliquerait que l'Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF) voie son budget atteindre 2,8 milliards en 2021 et que l'investissement des grands opérateurs - Grand Paris, grands projets européens, investissements des concessionnaires autoroutiers - "monte en puissance".

 

La FNTP organisera le 23 février au Carrousel du Louvre, une rencontre sur le thème des infrastructures et proposera aux candidats à la présidentielle, de signer une charte les engageant à lancer un plan d'investissement dans les réseaux et les infrastructures.



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (716 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les volets roulants

Maisons et bâtiments à ossature bois

Ouvrages en plaques de plâtre avec ou sans isolation