NF DTU 36.3 – Escaliers en bois et garde-corps associés

NF DTU 36.3 – Escaliers en bois et garde-corps associés

Retrouvez les informations relatives au NF DTU 36.3 – Escaliers en bois et garde-corps associés



Domaine d’application

Le NF DTU 36.3 « Escaliers en bois et garde-corps associés » donne les spécifications de mise en œuvre des escaliers, ou parties d’escaliers, en bois et matériaux à base de bois ainsi que de leurs garde-corps associés, que ces ouvrages soient réalisés en intérieur ou en extérieur.

 

Le NF DTU 36.3 s’applique :

  • aux bâtiments d’usage courant tels que les bâtiments d’habitation, de bureaux, scolaires, hospitaliers, etc. ;
  • pour des travaux neufs ou de réhabilitation ;
  • à toutes les zones climatiques ou naturelles de France.

 

Le NF DTU 36.3 ne traite pas :

  • des escaliers en bois destinés aux locaux possédant un sol lavable à grande eau ;
  • des garde-corps démontables ou non associés à des escaliers.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de septembre 2014.

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre des escaliers en bois et de leurs garde-corps associés (matériaux en bois ou à base de bois, colles, composants métalliques de fixation ou d’assemblage des parties structurelles, produits de finition, etc.) sont précisées dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 36.3.

 

Mise en œuvre : l’essentiel


Avant mise en œuvre de l’escalier

L’entreprise doit, entre autres, vérifier :

  • la visibilité des traits de niveau des différents étages sur le support ;
  • la conformité des tolérances :
    • des supports aux NF DTU respectifs ;
    • des trémies finies aux dessins d’exécution (aplomb, hauteur à monter sol fini à sol fini, écart d’implantation, dimensions linéaires) ;
  • la conformité des côtes et de l’état des réservations finies aux dessins d’exécution ;
  • la conformité aux documents particuliers du marché, celle des dimensions et de l’humidité des bois de l’escalier livré.

 

L’escalier doit être manutentionné et stocké de manière à ne subir aucune sollicitation pour laquelle il n’aurait pas été prévu.

Il doit être stocké dans un local clos, couvert, propre, ventilé et sec, isolé du sol.

Dans le cas d’un escalier intérieur, les conditions de mise en œuvre sont notamment :

  • les supports (béton, plâtre, maçonnerie) ne doivent pas contenir plus de 5% d’eau ;
  • le local destiné à la pose de l’escalier doit être abrité des intempéries ;
  • la température du local doit être entre 10°C et 25°C en France Métropolitaine.

 

Mise en œuvre de l’escalier

Sauf indications contraires, la mise en œuvre ne comprend que la pose de l’escalier, sans les finitions (habillage, plinthes, calfeutrements, etc.). Elle doit être conforme à l’étude de conception, notamment concernant l’échappée qui ne doit pas être inférieure à 1,90 m.


Les fixations à réaliser doivent permettre la reprise des efforts qui seront exercés sur l’escalier en utilisation normale. De manière générale, elles se font au niveau :

  • de la marche de départ et/ou d’arrivée ;
  • du poteau ;
  • du limon et/ou de la crémaillère ;
  • de la contremarche.

 

Dans le cas d’un escalier non autoporteur, des fixations intermédiaires seront à prévoir.

 

Concernant les garde-corps horizontaux et rampants, leur nécessité et leurs caractéristiques sont précisées dans la norme NF P 01-012. Leur fonction première est d’éviter les chutes.

Autre élément à ne pas oublier : la main courante murale qui sera fixée par appui/console ou entretoise fixée dans la cloison ou le mur.

Les marches des escaliers extérieurs doivent posséder des dispositifs antidérapants (valeur minimale 110).

Les escaliers intérieurs bruts peuvent recevoir les finitions suivantes :

  • ponçage fin à l’aide d’un abrasif de grain 100 minimum ;
  • mise en teinte (impérativement suivie d’un encaustiquage, vernissage ou application d’un fond dur) ;
  • application d’un fond dur ou pré encaustiquage ;
  • vernissage ou vitrification ;
  • encaustiquage ;
  • mise en cire ;
  • huilage.

 

Qu’il s’agisse d’un escalier intérieur ou extérieur, la finition choisie par le maître d’ouvrage, ou son représentant, doit être précisée dans les documents particuliers du marché et réalisée selon les prescriptions données dans l’article 8 de la partie 1-1 « Cahier des clauses techniques types » du NF DTU 36.3.


Pour la pérennité de l’ouvrage, un escalier en bois doit être régulièrement entretenu. L’annexe A de la partie 1-1 « Cahier des clauses techniques types » du NF DTU 36.3 définit l’entretien minimal à réaliser.

 

Tolérances


Les principales tolérances que doit respecter l’ouvrage terminé sont données dans le tableau ci-dessous :

 

  Tolérance à respecter

Hauteur de la première marche, par rapport au sol fini

 Entre + 10 mm et – 30 mm

Ecart d’horizontalité de la surface des marches

 ≤ 1%

Défauts de verticalité des éléments verticaux

 ≤ 1%

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 36.3. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2253 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique