Compresseurs stationnaires et mobiles

Compresseurs stationnaires et mobiles

Faire le bon choix d’un un compresseur à air comprimé dépend principalement des travaux à réaliser et de l’environnement dans lequel vous allez vous en servir. Suivez le guide…






Le compresseur est un matériel plus ou moins compact, simple d’utilisation et d’entretien qui permet d’effectuer des travaux très variés : démolition, perçage, carottage, sablage, agrafage, clouage, travaux de peinture.

Il peut être stationnaire et fixe ou mobile et tractable sur roues et essieux. Sur ce marché, les compresseurs fixes sont majoritairement électriques, fonctionnant à pistons et équipés d’une réserve d’air comprimé dans une cuve intégrée ou déportée, de capacité plus ou moins grande. Les compresseurs mobiles de chantier sont généralement thermiques.

 

Fonctionnant le plus souvent à vis lubrifiées, ils produisent de l’air en continu et ne dispose pas de cuve de stockage d’air comprimé. En fonction des fabricants et du type de compresseur, des accessoires de série ou en option équipent les différents modèles pour plus de polyvalence.

 

Les compresseurs thermiques

 

Ils fonctionnent le plus souvent grâce à des moteurs diesel performants à 2, à 3 ou à 4 cylindres, refroidis par air ou par eau. Les moteurs à essence offrent plus de couple et donc plus de puissance mais sont néanmoins plus rares sur le marché.

 

À diesel ou à essence, plus le moteur sera puissant, plus il proposera un débit d’air élevé. Les moteurs mono-étagés permettent d’atteindre une pression de 7 bars, pression suffisante aux travaux les plus courants du Bâtiment. Les moteurs bi-étagés délivrent de la haute pression et sont destinés à des travaux plus spécifiques comme le forage par exemple.

 

Les compresseurs thermiques sont pourvus de deux carters d’huile différente pour lubrifier indépendamment le moteur et le circuit d’air. Pour une plus grande autonomie, certains compresseurs thermiques sont équipés d’un système de régulation automatique qui adapte la vitesse du moteur et donc la vitesse d’air comprimé à la demande pour réduire la consommation de carburant.

 

Les modèles estampillés CE sont tous équipés d’un pare-étincelle en sortie d’échappement pour un travail en toute sécurité.

 

Les compresseurs électriques

 

Ils nécessitent d’être proches d’une prise monophasée ou triphasée selon le modèle ou à défaut, d’être raccordés à un groupe électrogène en complément. Ils permettent de travailler en milieu clos puisqu’ils ne dégagent ni fumée d’échappement ni chaleur.

 

C’est la raison pour laquelle, les ateliers des artisans et autres garages sont équipés en compresseurs stationnaires électriques. En 2014, avec le durcissement annoncé de la norme antipollution sur les émissions polluantes d’échappement, les compresseurs mobiles de chantier alimentés électriquement devraient se développer de plus en plus.

 

La norme Européenne est un gage de sécurité et de fiabilité. Les compresseurs certifiés CE garantissent le respect des normes quant à la sécurité du matériel, au niveau sonore, aux émissions polluantes et à la qualité de la cuve de stockage.

 

L’entretien d’un compresseur à réserve d’air est relativement simple, il n’y a qu’un seul organe qui nécessite une intervention plus spécialisée. Selon les fabricants et les modèles, il est obligatoire de procéder à un contrôle périodique de la cuve du compresseur (en moyenne tous les 4 ans). Cette précaution permet ainsi d’éviter toute fuite et risque d’explosion de cuve.

 

AVIS D'EXPERT

 

Jean-Pierre Grégoire - Chef d’atelier chez Loxam Arcachon - La Teste

 

« La location répond à des besoins ponctuels »

 

Notre offre de location de compresseur est très prisée des professionnels qui n’ont qu’un besoin ponctuel d’air comprimé sur leur chantier. Cela leur évite ainsi d’acquérir du matériel onéreux pour un usage restreint.

 

Avec 4 à 5 compresseurs diesel disponibles dans notre parc, il est très fréquent que 2 à 3 compresseurs soient loués quotidiennement sur une courte durée. Nous pouvons leur proposer des compresseurs de différents débits et tout l’outillage adapté qui répondent à la majorité des travaux courants du Bâtiment.

 

Si c’est pour louer de très gros compresseurs de chantier, nous les orientons vers no­tre agence Loxam Power près de Bordeaux, spécialisée dans ce domaine. Pour les travaux de pulvérisation, nous précisons aux utilisateurs qu’il ne faut pas alimenter directement sur le compresseur les masques de protection respiratoire mais d’utiliser des cartouches filtrantes adaptées.

 

En effet, sans traitement préalable de l’air, la lubrification du système de compression et les émissions polluantes des gaz d’échappement peuvent entraîner des effets nocifs sur la santé en cas d’inhalation. Enfin, nous leur précisons que ces modèles de compresseur sont tous louables en détenant un simple permis de conduire de catégorie B.

 

En effet, leur PTAC étant inférieur à 750 kg, le permis de conduire le plus courant suffit. Pour les modèles de PTAC supérieur, le permis EB est alors nécessaire. Pour cela, avant toute location, nous vérifions auprès de nos clients leur permis de conduire.




Voici les principales questions à se poser même si la liste n’est pas exhaustive :

  • Combien d’outils pneumatiques vont être branchés sur le compresseur et lesquels ? 
  • Le travail nécessite-t-il d’avoir de l’air en continu ?
  • Doit-on déplacer le compresseur ?
  • Quelle tension est disponible ?…

 

Le choix dépend du travail à réaliser. Le premier facteur à prendre en compte est la consommation d’air nécessaire. Le débit d’air proposé, exprimé en litre/min. ou en m3/min., indique la capacité d’aspiration ou d’expiration. Il faut se référer à la consommation d’air de l’outil pneumatique à utiliser.

 

Briser le béton ou saigner l’asphalte ne demande pas le même débit d’air que pour des travaux de sablage ou de peinture. Notez qu’il faut additionner toutes les consommations d’air des outils pneumatiques qu’il faudra brancher simultanément sur le compresseur pour choisir le modèle adéquat.

 

Il faut étudier la pression de service disponible qui détermine la force de travail. L’outillage pneumatique fonctionne avec un débit d’air minimal à une pression donnée. Si plusieurs outils sont raccordés simultanément au même compresseur, la pression doit être suffisante pour chaque outil. Enfin, pour les compresseurs électriques stationnaires, le volume de la cuve indique la capacité de stockage d’air comprimé

 

Les outils au fonctionnement lent ne nécessitent pas beaucoup de puissance, mais dès que la vitesse augmente, l’approvisionnement en air doit considérablement augmenter.
Mieux vaut donc avoir suffisamment d’air en réserve pour travailler plus longtemps en continu.

 

Un outillage adapté à chaque travail

Pour la démolition courante, il suffit par exemple de brancher un marteau pneumatique de 21 kg équipé d’un pic, d’un burin plat ou d’une pelle-bêche. Une carotteuse ou un perforateur à air comprimé permettra de percer les supports les plus durs.

 

En construction, les aiguilles vibrantes branchées sur un compresseur permettront d’homogénéiser le mélange de béton et d’évacuer le surplus d’air pour maximiser la résistance de l’ouvrage. Le branchement d’une sableuse à un compresseur permet de réaliser tous vos travaux de sablage, gommage… sur tout type de support.

 

Avec une pompe plongée dans une bassine de peinture, l’application au pistolet à air comprimé garantie une très belle finition aux supports à peindre.

 

 

 

TABLEAU D'EXEMPLES DE BRANCHEMENT

Débit d'air disponible

Nombre d'outils raccordables

2,5 m3/min
(ou 2.500 l/min.)
1 marteau pneumatique
3,5 m3/min
(ou 3.500 l/min.)
2 marteaux pneumatiques
5 m3/min
(ou 5.000 l/min.)
3 marteaux pneumatiques

 

Précautions

 

Pour les travaux de sablage et de peinture, l’air comprimé doit être le plus sec et sain possible, dépourvu de toute humidité, d’huile et autres impuretés. Il faut que le compresseur mobile de chantier soit équipé de filtres, de réfrigérant et d’un purgeur automatique d’eau.

 

Selon les modèles de compresseur, ces équipements peuvent être intégrés ou non.

 

 

Source : batirama.com / Virginie Bourguet

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (610 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Les escaliers