Bardage bois : retour aux fondamentaux

Bardage bois : retour aux fondamentaux

Le bois massif tire son épingle d’un marché du bardage qui n’échappe pas à la conjoncture. Et ce sont ses caractéristiques intrinsèques de matériau naturel et vivant qui le soutiennent.





Depuis 2012, le marché du bardage affichait plutôt un rythme de croissance. « Mais entre 2014 et 2015, il accuse un recul de 3% en volume », dévoile Philippe Samit, directeur commercial de Gascogne Bois. « Néanmoins, cette baisse est moins sensible pour le bois massif ».

 

Elle est estimée à -2,4%, « avec une nette régression pour tout ce qui est peint », note Frédéric Doucet, directeur commercial de FP Bois/Rabopale. La raison ? Un retour de la demande pour des produits naturels. « On peut même parler de forte tendance », appuie le dirigeant de Gascogne Bois.

 

Conséquence : les bardages juste traités avec un saturateur ou un produit incolore ont la cote, avec une prime « pour les grisés », ajoute Frédéric Doucet.

 

Epicéa et mélèze en tête de pont

 

Pour autant, le bardage bois doit, comme tous, essuyer les plâtres d’une construction à la traîne. D’où un repli de 6% dans le neuf. A contrario, la rénovation repasse dans le vert avec +1%. Apprécié pour son esthétique, « l’offre haut de gamme à l’instar du bardage type pin sans nœud connaît de belles progressions », reprend Philippe Samit.

 

Mais avec des portefeuilles encore frileux du côté de la maîtrise d’ouvrage, le marché est dominé par le moyen de gamme et les essences comme l’épicéa ou le mélèze. Moteur sur ce créneau et leader incontesté du bardage bois avec plus de 35% de parts de marché : Silverwood.

 

Viennent ensuite plusieurs acteurs qui se partagent le reste du gâteau : Metsä Wood France (Norsilk), Piveteau, groupe FP Bois, Protac Ouest, Sivalbp, Gascogne Bois, Lalliard Bois, Simonin, SCA Timber France, Pinus…

 

Distribution : professionnelle avant tout

 

Côté distribution, pas question d’échapper au négoce. « Le bardage bois massif ne s’improvise pas d’autant qu’il se développe dans un fort contexte réglementaire thermique, acoustique et feu », ajoute Philippe Samit.

 

Résultat : le négoce professionnel détient 75% de ce marché, 20% sont vendus en direct aux entreprises, et 5% via la GSB. Une forte représentativité qui n’est pas sans peser sur les évolutions de ce bardage bois.

 

« Le négoce en matériaux propose des référencements parallèles à nos produits en ce qui concerne l’isolation qui sont stratégiques pour eux. Nous n’avons donc pas intérêt à proposer, par exemple, des systèmes tout en un », explique Frédéric Doucet.

 

Reste que ce choix professionnel est un pari gagnant puisque le bois massif (et dérivé), avec 21% de parts de marché, demeure un des leaders juste derrière l’acier.

 

 

COMMENT CONVAINCRE VOS CLIENTS

 

  1. Pourquoi choisir cette solution ?

Les bardages reviennent en façade. Ils sont une réponse à la recherche d’économie d’énergie et à la personnalisation des façades. Mais le bardage bois, lui, est avant tout choisi pour son esthétique unique. Matériau vivant, il est d’ailleurs à nouveau plébiscité dans ses aspects naturels synonymes d’authenticité.

 

En outre, estampillé PEFC* ou FSC* pour promouvoir la gestion durable des forêts, il porte une dimension écologique qui séduit les clients particuliers comme les architectes et maîtres d’œuvre de manière générale pour répondre, par exemple, à un projet HQE.

 

* Programme for the Endorsement of Forest Certification - Forest Stewardship Council

 

  1. Quel budget prévoir ?

Face aux nombreuses essences possibles, aux accessoires à intégrer qui dépendent des solutions proposées par les fabricants, la fourchette est large.
Mais il faut compter, en général, un mètre carré qui démarre à 60 € TTC – par exemple pour un épicéa – jusqu’à 150 € TTC pour un Red Cedar ou des bois exotiques.
Sachant que ces derniers, plutôt haut de gamme, sont coûteux, et ne garantissent pas un réapprovisionnement permanent.

 

 

L’avis d’un représentant d’industriel

 

Gwénolé Lees,
directeur marketing et développement du Groupe ISB Groupe et membre de la Commission bardage de l’association Le Commerce du Bois.


« Le nouveau DTU préfigure une normalisation des bardages claire-voie »

 

Batirama : Quels sont les enjeux pour le bardage bois massif ?


Gwénolé Lees : Le bois, avec 21% de parts de marché du bardage, garde une grande longueur d’avance face à des solutions comme le PVC ou le zinc en progression mais qui cumulent moins de 3% des PDM.

 

Pour résister à leur concurrence, la filière doit mettre en avant son atout bas carbone incomparable et notifié dans les fiches de déclarations environnementales. Il faut aussi rester vigilant sur ses développements par la créativité architecturale.

 

C’est un autre atout formidable du bardage bois par les essences, les profils, les finitions, mais elle ne doit pas l’emporter sur la conformité aux règlementations et la pérennité de la façade et porter préjudice à toute la filière.

 

Quels sont ses marchés de prédilection ?


À 65%, le bardage bois se pose en entretien-rénovation et à 60% dans le résidentiel (collectif, maison individuelle ou en extension). L’ITE est aussi porteuse pour apporter la performance énergétique à l’esthétique.

 

En cumulant aides gouvernementales et économies d’énergie réalisées on s’aperçoit que le coût de l’isolant et de sa pose peuvent être absorbés. Les entreprises doivent le faire valoir pour bénéficier de cet essor.

 

Quel impact va avoir le nouveau DTU 41.2 sur le bardage bois ?


En intégrant l’ITE, il clarifie les solutions à retenir, comme le dimensionnement des ossatures secondaires désormais donné. Des précisions ont aussi été apportées sur la ventilation des ouvrages en parties haute et basse ; avec toitures terrasse qui sont tendance ou lors de la pose verticale qui nécessite de prévoir un double réseau de tasseaux.

 

C’est un point clé. L’humidité stagnante est l’ennemi n°1 du bois et dans 90 plus de 95% des cas, les sinistres sont liés à une absence ou mauvaise ventilation des bardages. En outre, ce nouveau DTU définit les conditions d’utilisation d’essences comme le Douglas ou le mélèze qui doivent être purgées d’aubier en parement de la lame, ou préservées par un traitement de classe 3.

 

Enfin, ce DTU a introduit une annexe sur les bardages claire-voie. Elle décrit notamment la conception drainante ou l’écartement des lames afin que ce ne soit pas le pare-pluie qui assure la fonction de façade. Cette annexe préfigure une normalisation des bardages claire-voie vers une standardisation ou un travail d’ingénierie lors de la conception en amont du chantier.

 

Les entreprises vont pouvoir l’opposer à l’architecte et à la maîtrise d’ouvrage. Tous les acteurs de la conception et la construction doivent donc être sensibilisés et impliqués dans la prescription des bardages bois.

 

 

Ce qu'en dit la réglementation

 

 

© Arthur Pequin/FP Bois/Architectes Marjan Hessamfar & Joe Verons

 

  1. Le nouveau NF DTU 41.2

    . Publié en août 2015, le DTU 41.2 “Revêtements extérieurs en bois” revu a apporté des modifications et surtout des nouveautés pour ce qui concerne les bardages et revêtements extérieurs en bois. Il intègre notamment les bardages à claire-voie (règles générales ; mise en œuvre sur murs en béton ou en maçonnerie enduite par l’extérieur sans ITE ; mise en œuvre de lames horizontales sur murs en béton ou en maçonnerie, avec ITE ; mise en œuvre sur ossature bois avec voile de contreventement côté extérieur - lames horizontales), les ITE (entre les chevrons ; derrière les chevrons en une couche ; en deux couches l’une derrière l’autre entre les chevrons) ; la possibilité d’employer de l’aubier en contreparement ; les limitations en hauteur selon le support (En toute zone de vent jusqu’à 28 m sur béton ou maçonnerie et parois à ossature bois sans baies ; paroi à ossature bois avec baies selon restrictions (à retrouver dans le NF DTU)).

 

  1. Qualité CTB+ certifiée

    . Elle atteste de l’efficacité des produits de préservation des bois lorsqu’ils sont appliqués par un procédé défini et reconnu efficace. Objectif : faire du bois un matériau fiable et sûr dans le respect de la santé humaine et de l’environnement. La marque CTB-P+ s’applique au bois massif, produit à base de bois, produits de traitement antitermites. Les produits certifiés sont destinés à protéger le bois des organismes qui détruisent ou altèrent son aspect ou à enrayer leur attaque.

 

  1. Classes d’emploi

    . Les différences entres les classes d’emploi correspondent à celles d’exposition à l’environnement qui peuvent rendre le bois ou le matériau à base de bois dégradables par des agents biologiques. La classe 3 correspond notamment à des situations dans lesquelles le bois est au-dessus du sol, exposé aux intempéries et à de possibles attaques de champignons, insectes xylophages… Cette classe 3 est subdivisée en 3.1, le bois ne reste pas humide, l’eau ne s’accumule pas, ou 3.2, le bois peut rester humide et l’eau s’accumuler.
     

 

 

Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer / Photo d'ouverture © Rahuel Bois

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (785 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Techniques et pratique de la chaux