Matériaux de construction: stabilisation espérée en 2016 après la crise

Matériaux de construction: stabilisation espérée en 2016 après la crise

La fédération professionnelle du secteur français des matériaux de construction (Unicem) espère une stabilisation de son activité en 2016, après un exercice 2015 encore en repli.





L'activité en 2015 a été en recul global de 6,7%, a indiqué jeudi le président de l'Unicem, Michel André (en photo), devant la presse. La baisse a atteint 7,9% pour la production de granulats et 6,0% pour le béton prêt à l'emploi (BPE).

 

Toutefois, l'Unicem a constaté "un redressement en toute fin d'année" avec une croissance globale de 0,8% pour le quatrième trimestre 2015. "J'espère que c'est porteur pour la suite", a dit M. André.

 

L'Unicem table pour 2016 sur une légère baisse de 1% de la production de granulats et une petite hausse de 1% pour le béton prêt à l'emploi. De fait, le président de l'Unicem reste prudent, tout en notant "quelques signaux favorables": "on espère se stabiliser sur l'année 2016", a-t-il dit.

 

Faiblesse des travaux publics

 

M. André souligne en particulier la faiblesse du secteur des travaux publics, avec une commande publique qui "ne repart pas", alors qu'elle pèse globalement pour 60% du chiffre d'affaires, a-t-il rappelé.

 

En revanche, "le logement devrait repartir un peu", grâce notamment au nouveau PTZ (prêt à taux zéro), mais ce sera "le seul moteur de croissance", prévoit M. André, qui ne compte par sur le tertiaire.

 

En 2015, la production de granulats est restée à "un niveau d'activité extrêmement bas" (323 millions de tonnes), environ 15% inférieur à la moyenne de la période 1980-2015. Quant au BPE, avec 34,9 millions de m3 produits, il était à un niveau plus vu depuis 2003.

 

Etats et collectivités doivent "bien" investir

 

Dans ce contexte, la fédération a renouvelé son appel aux pouvoirs publics à "utiliser la commande publique comme levier de croissance et d'emplois". L'Unicem invite aussi l'Etat et les collectivités à "investir bien" en introduisant des critères environnementaux et sociaux dans les appels d'offres pour aider les acteurs locaux.

 

"Seulement 6% des appels d'offres publics prennent en compte des critères non financiers", a indiqué le président de l'Unicem. Interrogé sur la baisse du prix du pétrole, M. André a estimé que ce facteur avait "peu" d'impact pour le secteur, qui est essentiellement consommateur d'électricité, sauf pour sa partie transport.



Source : batirama.com / AFP

 

©Aude Moutarlier

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (714 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique