Porte de Versailles : après le retour de la force, la finesse s’impose

Porte de Versailles : après le retour de la force, la finesse s’impose

La transformation du Pavillon 7 du site d’exposition de la Porte de Versailles à Paris est une opération toute en finesse, même s’il s’agit de béton et d’acier.



Pour le compte de Viparis, propriétaire du site de la Porte de Versailles, le cabinet d’architectes Valode & Pistre ainsi qu’Eiffage Construction Grands Projets à la tête d’un groupement d’entreprises du Groupe Eiffage, dont Eiffage Energie et le façadier Goyer, transforment le vieux pavillon 7 en un centre de "Conflex" (voir notre précédent article), suffisamment glamour pour voler la vedette à Las Vegas, Londres ou Berlin.

 

La tâche n’est pas mince. Le pavillon 7 est structurellement sain. Construit en 1969 en béton armé et béton post-contraint, il pouvait durer encore 50 ans sans difficultés.

 

Vue sur Paris

 

Mais son organisation ne correspond plus aux ambitions de Viparis. 72 000 m² sur une surface totale de 88 000 m² seront profondément rénovés.

 

Il s’agit d’y aménager un lieu de congrès capable d’accueillir 5200 personnes au niveau 7.3, ainsi que 44 000 m² d’exposition associés aux niveaux 7.1 et 7.2, un hall d’accueil en forme d’atrium sur trois niveaux du 7.0 au 7.2 et un jardin-terrasse panoramique.

 

L’emplacement et la hauteur du pavillon 7 offrent en effet une impressionnante vue sur Paris, inexploitée jusqu’ici.

 

 

  1. Le remplissage béton de la fçade sud du pavillon 7 sera déposé, ne laissant que la tructure béton : poutres et poteaux. Doc PP

 

Construire avant de démolir

 

Le projet implique de découper un grand carré de 60 x 80 m dans le plafond du niveau 7.3, de découper des carrés dans le sol des niveaux 7.1 et 7.2 pour laisser se développer l’ampleur de l’atrium, etc. Le hall de service sur la façade nord du pavillon 7 a été bâti à l’aide de planchers-caissons.

 

Leur charge repose sur 4 points d’appuis seulement. Si l’on démolit un plancher-caisson, cela entraîne un risque d’effondrement de la structure. Comme les travaux doivent être effectués sans gêner le bon déroulement des salons prévus aux niveaux 7.1 et 7.2 en 2016, il n’était pas possible de se lancer dans de lourds étaiements, trop longs à installer et à démonter.

 

Eiffage a donc décidé de procéder à l’envers : construire d’abord les renforts structurels que nécessitent les nouveaux aménagements avant de démolir les parties qui doivent disparaître.

 

 

  1. Voici le prototype de l’élément de façade développé par le façadier Goyer, membre du groupe Eiffage. Ils seront préfabriqués, livrés finis sur chantier et vissés à l’ossature primaire de la façade. Doc PP

 

Tout en finesse

 

Imaginez alors, non pas un éléphant dans un magasin de porcelaine, mais un troupeau d’éléphants, s’adonnant à des tâches brutales – couler du béton, scier des poutres en béton, démolir des murs non-porteurs, enlever les revêtements de sol, etc. – avec autant de délicatesse que possible pour déconstruire ce qui doit l’être, désamianter, etc.,

 

Toutes ces opérations doivent être faites en minimisant les nuisances et en faisant en sorte que l’exploitation commerciale du site ne soit pas compromise. Les éléphants n’en ont pas l’habitude, pourtant, ils se sont faits agiles et y sont parvenus.

 

Il a fallu trois mois pour déshabiller le bâtiment, créer de nouvelles fondations spéciales, de nouveaux poteaux, poutres, dalles et voiles qui reprennent les charges et permettent les démolitions.

 

 

  1. L’avancée du toit du niveau 7.3 en forme de toiture plissée est en béton armé. Elle sera découpée jusqu’à la poutre maîtresse transversale. Doc PP

 

Une façade préfabriquée

 

Les travaux de curage du pavillon 7, de construction et de démolition ont commencé en septembre 2015 et seront terminés fin décembre. Y compris le dépôt des éléments en béton de la façade sud. Seule la structure poutres et dalles béton de la façade sont conservées.

 

La destruction de la toiture plissée en béton de la terrasse a commencé à l’aide d’une grue de 16 tonnes, pour la raccourcir et ramener la toiture de la terrasse au nu de sa première poutre structurelle… Pour supporter le poids de la grue de 16 tonnes, les niveaux 7.2 et 7.3 ont été sous-étayés à cet endroit. 

 

Début 2016, le façadier Goyer commencera l’installation de 3600 m² de façade performante à structure aluminium sur la façade sud. Les travaux commencent par le montage de la structure primaire. La façade est conçue en éléments préfabriqués, livrés finis sur le chantier, hissés par des grues et fixés à la structure primaire.

 

Cet ouvrage doit être livré en avril 2016. Au total, 15 000 m3 de béton seront démolis, 1600 m² de verrière, 11 000 m linéaires de cloison mobiles et 3600 m² de façade seront construits.

 

 

  1. Le grignotage de la toiture plissée sera réalisé par un engin de 16 tonnes, il a donc fallu que cette zone de travail soit étayée deux niveaux en-dessous. Doc PP

 

Une série de sprints

 

Durant les 26 mois de travaux prévus pour le pavillon 7, plusieurs grands salons – salon de l’Agriculture, Foire de Paris, etc. – se tiendront Porte de Versailles.

 

Eiffage, Viparis et Auris qui exploite le site ont donc établi un planning rigoureux des phases de travaux. Chaque phase se concluant par la remise en état des locaux et circulations du parc pour laisser place à la logistique d’installation/démontage des salons et à leurs nombreux visiteurs.

 

Partant de ce découpage, Eiffage organise ses tâches en une série de sprints, plutôt qu’en une longue course de fond de 26 mois. La suite des opérations sera dévoilée dans un prochain article.

 

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2029 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE