NF DTU 31.2 – Maisons et bâtiments à ossature en bois

NF DTU 31.2 – Maisons et bâtiments à ossature en bois

Mis à jour en mai 2019, le NF DTU 31.2 traite désormais de l’intégration des encadrements de baies, de l’étanchéité à l’air et de la résistance à la diffusion de vapeur d’eau. Photo : ©DR



Domaine d’application

 

Le NF DTU 31.2 « Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois » donne les prescriptions de mise en œuvre d’ouvrages ou de parties d’ouvrage de constructions à structure en bois, stabilisées avec des diaphragmes.

Il vise :

  • la gestion des interfaces des diaphragmes avec les autres ouvrages et parties d’ouvrages du bâtiment ;
  • les parois séparatives réalisées en ossature bois, porteuses ou non ;
  • les éléments de murs verticaux avec possibilité d’inclinaison (selon nature du revêtement extérieur, du traitement des baies et de leur qualité d’élément porteur, contreventant ou séparatif) pouvant être mis en œuvre par :
    • édification sur site ;
    • préfabrication des éléments puis assemblage sur chantier ;
    • mélange dans un même ouvrage des deux méthodes de construction citées ci-avant ;
  • les parois fabriquées en dehors du site de construction et assemblées sur site, constituées d’éléments d’ossature en bois espacés de 60 cm au plus et de panneaux à base de bois sur un ou deux côtés ;
  • les parties d’ouvrages sous forme de modules tridimensionnels, préfabriqués à partir des types de parois décrits aux deux puces précédentes.

 

Les supports admissibles sont :

 

  • les dallages (NF DTU 13.3, 23.1 et 23.2) ;
  • les ouvrages de maçonnerie (NF DTU 20.1) ;
  • les ouvrages de béton (NF DTU 21) ;
  • les structures bois (NF DTU 31.1) ;
  • les ouvrages de charpente métallique (NF DTU 32.1) ;
  • les ossatures métalliques (NF DTU 32.3).<

 

Le NF DTU 31.2 est applicable :

 

  • aux bâtiments :
    • contenant des locaux à faible ou moyenne hygrométrie ;
    • comportant des revêtements extérieurs avec lame d’air ventilée ;
    • dont la hauteur du plancher bas du dernier niveau est inférieure ou égale à 28 mètres ;
    • situés dans toutes les zones climatiques françaises à l’exclusion des zones de climat tropical ou équatorial ;

 

  • aux locaux ponctuellement et temporairement rafraîchis en période chaude par un système d’appoint associé à la ventilation mécanique, sous réserve que la température entre l’intérieur et l’extérieur soit inférieure ou égale à 5°C.

 

Le NF DTU 31.2 ne traite pas notamment :

  • des locaux à ambiance agressive ;
  • des bâtiments frigorifiques et des locaux à ambiance régulée ;
  • des constructions :
    • à colombages comportant des remplissages ;
    • par technique poteaux-poutres ;
  • des solivages et chevronnages posés pièce par pièce sur site ;
  • des ouvrages dont les éléments porteurs de structure font appel à d’autres principes (exemples : murs en madriers ou en rondins empilés, procédés isolants supports de couverture ou de bardage, éléments porteurs en plaques assurant seuls la stabilité) ;
  • des éléments de fondation en bois ;
  • des cloisons de distribution entre locaux.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de mai 2019.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à l’exécution des maisons et bâtiments à ossature en bois (bois et matériaux dérivés, isolants, films d’étanchéité ou de pare-vapeur / pare-pluie, matériaux de fixation ou d’assemblage, etc.) sont précisées dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 31.2.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Avant toute mise en œuvre, les supports admissibles doivent respecter certaines tolérances dimensionnelles, selon le type de surface, sur la planéité horizontale / verticale, la planéité générale, l’équerrage, les dimensions, etc.

Les essences de bois choisies doivent être compatibles avec la longévité souhaitée pour l’ouvrage concerné. Selon leur destination, la classe d’emploi des bois, au sens de la norme NF EN 335, sera notamment :

 

  • 2 ou 3.2 si les éléments sont au contact d’ouvrages en béton ou en maçonnerie ;
  • 3.1 s’il s’agit d’un support de la bavette de l’appui de baie ;
  • 2 pour une pièce d’encadrement horizontale au niveau du linteau.

 

Les ouvrages réalisés selon le présent NF DTU doivent être justifiés mécaniquement selon l’Eurocode 5. La justification devra notamment concerner les reprises des descentes de charges, la stabilité des chevêtres des portes et des fenêtres ainsi que leurs linteaux, les fixations des murs de soubassement, le contreventement et les ancrages des murs à ossature bois, etc.

Une attention doit être portée en cas de joint de dilatation présent sur le support en béton du mur à ossature en bois. Dans ce cas, ce dernier doit être rompu au droit du joint.

 

Conception et fabrication des parois verticales

 

Les éléments de structure en bois massifs constituant l’ossature doivent avoir une épaisseur de plus de 36 mm, ceux en lamibois une épaisseur minimale de 30 mm à moins de comporter deux plis croisés. Auquel cas, les éléments d’ossature en lamibois peuvent avoir une épaisseur comprise entre 30 et 35 mm.

 

Concernant la largeur des éléments, elle doit être de 95 mm au minimum, à l’humidité en service, pour un élancement de la section inférieur ou égal à :

 

  • 10 pour les éléments en lamibois ;
  • 6 pour tous les autres matériaux utilisés en ossature.

 

L’humidité, quant à elle, ne doit pas dépasser 18 % au moment de l’assemblage des éléments d’ossature.

 

Pour former l’ossature, les montants sont assemblés aux traverses par au moins deux pointes (crantées, torsadées ou annelées) ou des vis enfoncées d’au moins la valeur de l’épaisseur de la pièce à fixer dans le dernier élément assemblé.

 

Les panneaux de contreventement doivent être fixés à l’ossature sur toute leur périphérie à l’aide de pointes et agrafes enfoncées d’au moins 35 mm dans le bois d’ossature. En cas d’utilisation de vis, ces dernières doivent être enfoncées de 25 mm minimum dans le bois d’ossature.

 

En cas de présence d’un chevêtre, ce dernier doit comporter :

 

  • un montant latéral continue de chaque côté de l’ouverture, sur la hauteur du mur ;
  • une traverse d’appui en cas d’allège dans l’élément de mur à ossature bois ;
  • une traverse de linteau ;
  • un linteau ;
  • des montants d’appui calepinés à la trame des montants d’ossature du mur, dont l’espacement sous les traverses d’appui ou au-dessus des linteaux, doit être d’au plus 600 mm.

 

Les dimensions des éléments de mur à ossature bois doivent respecter certaines tolérances dont :

 

Elément considéré Tolérances
Longueur ± 1 mm/m sur la cote nominale avec une limite de ± 5 mm
Hauteur ± 3 mm sur la cote nominale
Épaisseur ± 2 mm sur la cote nominale
Rectitude des bords 1 mm/m

 

Les éléments structuraux en bois ne doivent jamais reposer directement sur le sol mais être à une distance minimale de 200 mm du sol fini extérieur.

 

Selon la planéité du support, une lisse basse entre le support et la paroi sera à prévoir, à un minimum de 20 cm au-dessus du sol fini. Sa fixation à l’ouvrage de soubassement sera dépendant des charges mais avec une fixation à chaque extrémité au minimum.

 

Les murs intérieurs et extérieurs doivent, eux, être fixés en partie inférieure. Les montants situés aux extrémités de chaque paroi pleine doivent être ancrés au niveau inférieur (y compris soubassement).

 

Concernant les raccordements des éléments de structure, leur reprise des efforts doit être justifiée.

 

Un chaînage doit être prévu à tous les niveaux, constitué par une lisse haute rapportée.

 

Encadrements de baies

 

Les prescriptions concernant leur mise en œuvre fait l’objet du chapitre 15 du présent NF DTU.

 

Ouvrages d’isolation

 

Cette partie prend en compte la mise en œuvre des produits d’isolation thermique, pour les parois en contact avec l’extérieur ou un local non chauffé, et/ou acoustique.

La zone de mise en œuvre doit être hors d’eau, les bois et panneaux doivent être à l’état sec et les isolants protégés des reprises d’humidité et des intempéries.

Les isolants entre montants doivent être semi-rigides, d’une épaisseur égale au plus à la largeur des montants.

Des spécifications complémentaires de mise en œuvre des isolants et du film pare-vapeur peuvent être prises selon leur localisation (voir article 9 du NF DTU 31.2).

 

Tolérances

 

Les tolérances que doivent respecter les murs à ossature bois mis en œuvre sont notamment :

 

Elément considéré Tolérances
Faux-aplomb (verticalité) 5 mm sur une hauteur d’étage ou h/600 (h = hauteur d’étage)
Désaffleurement entre éléments de structure de mur adjacents ou superposés Inférieur ou égal à 3 mm
Planéité entre 2 éléments de structure de mur superposés, sous la règle de 2 m Flèche inférieure ou égale à 5 mm

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 31.2. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Maurice Juliéron
  • 0
  • 0

Prescriptions particulières pour les maisons à ossature bois construites en régions sismiques et cycloniques. Remerciements

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Comptez vous mettre en place des mesures pour réduire votre consommation énergétique ? (79 votants)
Oui, c'est une urgence.
Non, on en fait déjà assez.
 

Articles

Agenda

Boutique

Toitures-terrasses