Quelles évolutions pour les éléments de maçonnerie ?

Quelles évolutions pour les éléments de maçonnerie ?

Philippe Leblond, rapporteur du groupe spécialisé n°16 au CSTB, évoque les mutations et les défis auxquels sont confrontés les éléments de maçonnerie.




Philippe Leblond rappelle que les blocs classiques traditionnels sont loin de disparaître !

 

 

  1. Philippe Leblond : « Depuis deux ans, le secteur enregistre une augmentation du nombre d’avis techniques déposés (30 par an en moyenne). Ils concernent la mise au point de procédés variés et l’adaptation de la maçonnerie aux règles Eurocode  (réglementation sismique notamment) »

 

Bâtirama : Quel a été l’impact de la réglementation thermique sur les éléments de maçonnerie ?


Philippe Leblond : La réglementation thermique a joué un grand rôle dans les innovations de la maçonnerie. En effet, les éléments de maçonnerie cherchent à participer le plus possible à l’isolation de la structure afin de réduire la part de l’isolation rapportée. Les industriels ont adopté différentes stratégies en fonction des produits fabriqués.

 

Comment les matériaux traditionnels ont-ils innové ?


Les matériaux traditionnels utilisent des formes plus complexes afin d’augmenter leurs performances thermiques. On est ainsi passé d’éléments de 4 alvéoles à des éléments comportant plusieurs dizaines d’alvéoles. On obtient des performances thermiques très intéressantes même avec de la maçonnerie standard de 20 cm de largeur.

 

Les matériaux traditionnels, blocs béton ou briques, ont également innové en intégrant des produits isolants dans leurs alvéoles. On en voit de plus en plus, et ils affichent des performances intéressantes. C’est le cas des blocs en béton de granulats légers remplis d’isolant car ils sont légers et performants sur le plan thermique.

 

La composition des éléments de maçonnerie a-t-elle été revue ?


Oui, en utilisant du béton de granulats légers ou en intégrant des éléments organiques (bois, chanvre) afin d’alléger le béton et diminuer la conductivité thermique du matériau. Certains blocs à base de copeaux de bois ou de chanvre ont fait l’objet d’ATEx (Appréciation technique d'expérimentation). Ils seront amenés à prendre des parts de marché (eco construction, ndlr) car ils comportent des éléments renouvelables ou recyclés.

Certaines innovations concernent-elles la mise en œuvre des matériaux ?


On voit beaucoup de nouveautés en matière de blocs de coffrage, dans lequel on coule du béton, visés par le NF DTU 20.1 (relatif aux petits éléments de maçonnerie). Ces blocs coffrants peuvent être en polystyrène, en bois ou en béton avec un isolant intégré. Leur objectif est d’obtenir une paroi isolée à 100 %.

 

Une autre innovation concerne les éléments de murs maçonnés prêts à monter sur chantier, assemblés en usine. Il s’agit de petits éléments en brique ou en béton cellulaire prémontés en usine sur une hauteur d’étage que l’on amène sur le chantier. C’est une évolution explorée par certains fabricants actuellement…

 

Enfin, ajoutons que l’on a vu apparaître des éléments montés à la colle Polyuréthanne, comme certaines briques. Aujourd’hui, les éléments sont soit montés au mortier classique, soit au mortier colle. Or, le nouveau joint en PU a un effet négatif négligeable sur les aspects thermiques puisque la maçonnerie génère moins de ponts thermiques…

Les blocs classiques traditionnels ont-ils encore un avenir ?


Oui, bien sûr car ils sont de bons supports d’isolation rapportée. Ils peuvent donc s’adapter aux réglementations thermiques à venir et ont l’avantage d’être compétitifs en termes de coûts. Ils peuvent intégrer facilement des isolants dans leurs alvéoles pour améliorer leurs performances thermiques.

 

Lors du salon Bâtimat, quels stands irez vous visiter ?


J’irai voir le secteur de la maçonnerie pour constater les évolutions présentées, mais pas seulement. La maçonnerie est un support et il est intéressant de voir les évolutions des matériaux en interaction directe comme les enduits ou les isolants par exemple. De même, il y a de nombreuses innovations liées à la maçonnerie, comme des systèmes de chauffage intégrés dans les parois verticales. Il est donc intéressant de regarder l’ensemble des contraintes du système support jusqu’à sa finition et de voir quelles solutions sont proposées…

*Produits et procédés spéciaux pour la maçonnerie




 

  1. Natur bloc : « De nouveaux blocs utilisent du béton de granulats légers ou intègrent des éléments organiques (bois, chanvre) afin d’alléger le béton et diminuer la conductivité thermique du matériau » ©Alkern
     

 

 


Source : batirama.com / Propos recueillis par F. Leroy

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (33 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

Filtre compact easyCompact