Colas invente la route solaire

Colas invente la route solaire

WattWay est une véritable route. Tous les véhicules peuvent l’emprunter y compris les poids lourds. Son "petit" Plus : elle produit de l'électricité !





WattWay est un concept de revêtement routier photovoltaïque. Une dalle WattWay de 1,7 x 0,7 m comprend des cellules photovoltaïques en silicium polycristallin très classique, enrobées dans de mystérieuses résines transparentes qui laissent passer la lumière et offre une extraordinaire résistance à la pression, à l'abrasion et aux vibrations.

 

Dans le procédé WattWay, l'essentiel de l'innovation est concentré dans ces résines. WattWay est protégé par deux brevets mondiaux. Son développement a commencé en 2005, a été remis sur le métier en 2010, lorsque le fournisseur de cellules en silicium amorphe utilisées dans les premiers produits, a fait faillite.

 

 

WattWay de Colas ne mesure que 3 mm d'épaisseur et se colle sur la route existante.

 

Collés sur la route

 

Aujourd'hui, les dalles WattWay contiennent des cellules en silicium polycristallin, la matière la plus couramment employée dans le monde pour fabriquer des panneaux photovoltaïques. Côté mise en œuvre, les dalles WattWay sont tout simplement collées sur la route, sur les circulations des parkings, sur les trottoirs.

 

Ce qui évite de consommer des terres agricoles pour produire de l'électricité, disait Colas en visant les fermes photovoltaïques. Cela évite également tout travaux de destruction, ne condamne pas d'espace urbain.

 

WattWay a été développé en partenariat étroit avec l'Ines (Institut national de l'énergie solaire). Trois démonstrateurs à l'échelle 1 ont été réalisés pour faire rouler des véhicules dessus, les faire freiner, bref simuler tout ce qui peut se passer sur une route.

 

Un banc de vieillissement a également été installé. Il a vérifié qu'après 1 million de passages de roue, WattWay demeure fonctionnel. Cela correspond à environ 15 à 20 ans sur une route moyenne, soit largement autant qu'un revêtement bitumé classique. La couche supérieure de résine du panneau WattWay est mélangée à des granulés de verre recyclé, de manière à éviter que la surface ne soit glissante.

 

 

L'essentiel de l'innovation réside dans les résines utilisées pour encapsuler les cellules photovoltaïques en silicium polycristallin.

 

15% de rendement

 

Colas n'est pas très disert sur les aspects techniques de WattWay. Mais l'entreprise a tout de même précisé que les connexions électriques étaient conçues de manière à ce qu'une ombre projetée sur une partie d'un panneau WattWay n'empêche pas le reste du panneau de continuer à fonctionner.

 

Colas a également indiqué que le rendement nominal des panneaux WattWay atteignait 15%. Les panneaux polycristallins classiques se situent plutôt à 18 – 19%, mais la position horizontale de WattWay et les résines transparentes qui retiennent une partie de la lumière descendent son rendement à 15%.

 

Ce que Colas traduit en expliquant que 1 km linéaire de route WattWay éclaire une ville de 5000 habitants. Ou encore que 20 m² de route suffisent pour couvrir la consommation électrique annuelle d'une maison, hors chauffage électrique.

 

Bien que Colas annonce une commercialisation immédiate, l'entreprise n'a pas souhaité indiquer de prix des panneaux, ni de coût d'un km² de route. Colas a malgré tout indiqué que son but était de s'aligner sur le prix des panneaux photovoltaïques classiques : de l'ordre de 0,65 à 1 € HT/Wc aujourd'hui sur le marché mondial. Ils n'en sont sans doute pas là, mais il n'y a pas de raison de douter qu'ils y parviennent.

 

 

WattWay atteint 15% de rendement nominal. Ce qui est très honorable.

 

Vers une fabrication industrielle

 

Les panneaux WattWay sont pour l'instant fabriqués par l'Ines dans l'un de ces ateliers. Colas cherche un partenaire industriel pour étendre les volumes produits et réduire les coûts. Mais aucun partenariat n'est finalisé pour l'instant. Colas envisage deux marchés pour WattWay : les centres urbains et les zones rurales non-alimentées en électricité.

 

Lors de la conférence de presse de lancement, mardi 13 octobre, Hervé Le Bouc, le directeur général de Colas, a rappelé à plusieurs reprises que l'Inde compte environ 200 millions de personnes sans électricité. Le marché visé par Colas est donc mondial.

 

En même temps, Colas appartient au groupe Bouygues et l'on peut imaginer d'autres emplois de WattWay dans le bâtiment : des dalles collées sur l'ITE en façade, des dalles collées sur l'étanchéité des toitures terrasses sans que cela nuise à leur accessibilité, des dalles utilisées en bardage, en garde-corps, etc. Dans la mesure où une dalle WattWay ne contient aucune surface vitrée, tout en présentant une très forte résistance mécanique, tout est concevable.

 

 

Pour l'instant, tous les panneaux WattWay sont fabriqués par L'INES à Chambéry. Colas recherche un partenaire pour l'industrialisation.

 

La route 2.0 selon Colas

 

WattWay ne constitue que le premier pas de Colas vers sa vision de la route connectée. L'entreprise fabrique déjà un certain nombre de capteurs noyés dans le bitume des routes. Elle envisage de les utiliser avec ses routes solaires pour récolter des informations sur l'état des routes, de la circulation, etc.

 

Elle imagine même que la surface de la route puisse afficher des informations grâce à des milliers de LEDs incorporées dans la surface de ses dalles WattWay et alimentées par la route solaire. En attendant, Colas s'est associé avec une start-up américaine issue du MIT (Massachusetts Institute of Technlogy) pour mettre au point une solution statique de recharge des véhicules électriques par induction.

 

Il suffit que la sous-face du véhicule soit équipée et qu'il se place au-dessus d'une plaque à induction alimentée par la route solaire pour que la recharge s'effectue. Sans aucun branchement. Colas imagine des parkings d'autoroute couverts de WattWays, proposant quelques plaques à induction pour la recharge des véhicules électriques. Ce qui pourrait constituer une bonne réponse à leur autonomie limitée pour l'instant.

 

 

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi / Illustrations doc. Colas

Articles qui devraient vous intéresser

3 Commentaires


- -
  • par domijoub
  • 0
  • 0

Bonjour, en produit dérivé, pourquoi pas des dalles 50x50 pour les terrasses et jardins ?


- -
  • par Millebulles
  • 0
  • 0

Très beau projet, les routes, interconnectées comme un réseau électrique, avec Paris (et sa région) au centre du système : "revêtement non végétal exploitable" et ré-injectable dans les moyens de déplacement "à induction", les ratios "besoin routier" et "surface exploitable" convergent (la boucle est bouclée).


- -
  • par RIESTERER Max
  • 1
  • 0

Plein d'ouvertures techniques. A suivre

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Techniques et pratique de la chaux