Le torchis : un ancêtre un peu délicat...

Le torchis : un ancêtre un peu délicat...

Ce matériau à base de terre n’est pas nouveau mais sa technique de mise en œuvre s’est un peu perdue avec l’arrivée des produits manufacturés modernes



sinistre_torchis_4.jpg
Une nouvelle demande pour des produits biologiques et naturellement isolants se développe de plus en plus : encore faut-il connaître les règles d’application pour éviter de dommageables sinistres.Une entreprise locale a été sollicitée pour restaurer le bâtiment d’un ancien corps de ferme. Il s’agit d’une bâtisse en colombages avec du torchis en remplissage. Le client souhaitait que la restauration intègre les mêmes matériaux en conservant les bois apparents. Les torchis existants étaient trop dégradés pour pouvoir être conservés lors de ces travaux. Compte tenu d’une absence de protection efficace pendant de longues années, l’ossature bois était également dégradée et plusieurs pièces ont dû être remplacées par des bois neufs. L’entreprise est donc intervenue dans ce contexte, en appliquant un torchis entre une ossature complètement restaurée.

Fissures de décollement


Deux hivers seulement après la mise en œuvre de torchis entre les colombages d’une ancienne ferme, les premiers dommages sont apparus sous deux formes différentes :
- des fissures de décollements dans l’épaisseur des panneaux de remplissage se sont  développées, notamment en rive. Les parties atteintes sonnent le creux?;
- une fissuration anarchique de l’enduit de finition semblable à un faïençage est perceptible sur la façade sud.

Le torchis, cet ancêtre un peu oublié


Les exigences de confort et les contraintes d’exploitation anciennes ne sont pas toujours conciliables avec les standards modernes. Les besoins en termes d’étanchéité ne sont pas les mêmes (présence d’équipements sensibles à l’humidité tels que plaques de plâtre) et les modes de chauffage sont également bien différents. Il ne faut pas oublier non plus l’évolution des critères esthétiques. En effet, si auparavant l’ensemble était souvent recouvert d’un parement protecteur avec des clins en bois, aujourd’hui les maîtres d’ouvrages préfèrent souvent des colombages apparents à l’intérieur comme à l’extérieur : difficile dans un tel cas de maintenir une étanchéité “parfaite” des parois ! Enfin, il faut bien le reconnaître, les règles d’application d’un tel produit restaient, pour l’essentiel, orales, règles qui, faute de pratique régulière et répandue se transmettaient difficilement… La mise en œuvre de ce type de produit nécessite pourtant une réelle expérience du produit et des règles professionnelles ont vu le jour depuis 2012.


Le diagnostic : un enduit insuffisant


Les premiers décollements ont eu lieu essentiellement près des angles formés par l’ossature en bois des colombages. L’enrobage du lattage a été insuffisant et la partie de torchis extérieure n’a pas été suffisamment liée à la partie intérieure pendant la mise en œuvre. En séchant, les deux parties se sont partiellement séparées. Cette lacune a été aggravée par deux phénomènes :
- une rétention d’eau sur des appuis bois saillants présentant des contre-pentes?;
- l’insuffisance d’épaisseur de l’enduit protecteur.
Cette insuffisance d’enduit est aussi à l’origine du deuxième dommage précité, à savoir le faïençage de l’enduit : appliqué en épaisseur trop fine et sur un support trop frais, le retrait des matériaux s’est rapidement manifesté par un vaste réseau de fissures laissant même parfois apparaître les striures sur le torchis en-dessous. Ce retrait a été, bien sûr, plus marqué sur la façade la plus exposée au sud.


L. Drillet (Socabat Rouen), Fondation Excellence SMA

 

Que fallait-il faire ?

 

• Le lattage doit être parfaitement stable et sans jeux notamment dans les angles.
• L’application doit se faire par petites surfaces simultanément côté extérieur et côté intérieur pour bien enrober les bois supports et rendre la paroi homogène de chaque côté.
• Les rétentions d’eau sur les éléments saillants doivent être évitées.
• L’enduit doit être appliqué en plus fortes épaisseurs et maintenu par empochements à 45° dans le support en torchis, les simples striures ne suffisant pas à elles seules à assurer son maintien. Cet enduit ne peut être appliqué qu’après séchage complet du torchis (ce séchage peut être long suivant les conditions climatiques, jusqu’à 12 mois).

 

Règles Professionnelles


Plus généralement, il faut suivre et s'approprier les Règles professionnelles pour la mise en oeuvre des enduits sur terre crue, acceptées depuis mars 2012 par la Commission Prévention Produits de l'Agence Qualité Construction (C2P), (voir ici-
Les conseils de mise en œuvre, la durée maximale d’application et les épaisseurs des produits y sont largement décrits

 




 

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Plancher Rayonnant Electrique (PRE)