Sika: du rififi chez les actionnaires

Sika: du rififi chez les actionnaires

Un groupe d'actionnaires de Sika demande que les conditions de la prise de contrôle de Saint-Gobain, à laquelle ils s'opposent, soit examinée.






La fondation Bill & Melinda Gates, la société de gestion Cascade Investment L.L.C (appartenant à Bill Gates) ainsi que les sociétés d'investissements Fidelity Worldwide Investment et Threadneedle Investments vont demander l'approbation par les actionnaires d'une procédure de contrôle spécial et la nomination d'un comité d'experts, pour examiner notamment les échanges ayant eu lieu entre les héritiers fondateurs, qui contrôlent 52% des droits de vote, et Saint-Gobain.

 

Cette assemblée générale des actionnaires de Sika doit se tenir au printemps mais sa date n'a pas encore été arrêtée.

 

Les actionnaires mécontents, qui détiennent 8,16% du capital et 4,62% des droits de vote de Sika, ont envoyé une lettre au groupe suisse dans laquelle ils "font à nouveau part de leurs inquiétudes concernant l'avenir de Sika dans le cadre du plan présenté par Saint-Gobain".

 

Début décembre, Saint-Gobain, spécialiste des matériaux de construction, avait annoncé qu'il proposait d'offrir 2,75 milliards de francs suisses (2,3 milliards d'euros) à cinq héritiers du groupe en échange de 16,1% du capital. Le groupe familial qui possédait Sika a obtenu un très bon prix pour ses parts, dont ne bénéficieront pas les autres actionnaires, car la réglementation suisse n'oblige pas l'acquéreur à lancer une OPA sur le solde du capital à la suite du changement de contrôle.

 

"Le groupe d'actionnaires constate que l'approche prônée par Saint-Gobain n'a pas évolué et rien n'indique que Saint-Gobain a compris et entendu les inquiétudes légitimes exprimées", ajoute le groupe d'actionnaires, dans la lettre reçue mercredi par Sika.

 

Leur première demande de résolution porte sur "l'approbation par les actionnaires d'un contrôle spécial", une procédure prévue par le droit suisse qui donne aux actionnaires le pouvoir de vérifier si les intérêts de la société ont été protégés et si le conseil d'administration a rempli ses devoirs. "Ce contrôle spécial aurait pour objet d'examiner si, au cours des 24 derniers mois, l'entreprise, et plus particulièrement les représentants de Schenker-Winkler Holding AG (la holding des héritiers, ndlr) au sein du conseil d'administration, ont communiqué des informations non publiques aux actionnaires vendeurs et à Saint-Gobain", expliquent-ils.

 

La seconde demande de résolution porte sur "la nomination d'un comité d'experts", qui aurait pour mission "d'enquêter et de passer en revue les actions du conseil d'administration et de la direction de Sika ayant trait à Schenker-Winkler Holding AG et/ou Saint-Gobain".

 

"Le conseil d'administration de Sika examinera ces demandes et propositions, et fera part de ses commentaires en temps voulu", conclut le groupe suisse. Pour être adoptées, les deux résolutions devront recueillir une simple majorité du capital (et non pas des droits de vote) de Sika.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

103 PRODUIT(S) POUR Sika France S.A





















Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (375 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans