Il s’engage pour l’avenir du métier de couvreur

Il s’engage pour l’avenir du métier de couvreur

L'entrepreneur du mois : Jérôme Dufait

Jérôme Dufait dirige l’institut supérieur des Compagnons de la couverture. Soucieux de l’avenir de son métier, il s’investit au quotidien pour le faire évoluer. En marge, il joue les experts pour hisser au plus haut niveau international les meilleurs apprentis Français dans le cadre des Olympiades des métiers.






À seulement 26 ans, Jérôme Dufait affiche une expérience professionnelle que d'autres mettraient une vie à acquérir. Meilleur apprenti couvreur de France à 20 ans, ce compagnon a multiplié pendant trois ans, les stages professionnels dans les meilleures entreprises de France, d'Allemagne et de Hollande. « J'ai travaillé dans des structures très différentes les unes des autres et sur des marchés divers. L'objectif étant d'acquérir le maximum de connaissances dans toutes les spécificités de la couverture », confie Jérôme Dufait. Restauration de monuments historiques ou de bâtiments traditionnels, couverture en cuivre ou métallique, titane ou zinc, acier ou inox, tuiles plates ou vernissées, ardoise, travaux d'étanchéité... son Tour de France (et d'Europe) a été plus que bénéfique.

Chef d'entreprise


Sa motivation et son enthousiasme sont vite détectés dans les plus hautes instances de la Confrérie des Compagnons du Devoir. Tant et si bien qu'à 23 ans, on lui propose la direction de la Maison des Compagnons de Nantes. « La mission de Prévôt (responsable d'un centre de formation, ndlr) m'intéressait alors j'ai arrêté de taper sur du zinc pour enfiler un costume », s'amuse-t-il. Le jeune couvreur se retrouve à la tête d'une véritable entreprise : 120 apprentis dans 25 métiers, 170 professionnels adultes itinérants en formation continue, 27 salariés à gérer... « L'aventure a duré 18 mois. Puis j'ai été à nouveau sollicité pour me recentrer sur mon métier de couvreur en prenant la direction de l'institut supérieur des Compagnons de la couverture à Paris. » Finie la gestion du personnel et des apprentis.

Recherche, formation, mémoire


« Ma mission est de développer l'activité couverture au sein des Compagnons du Devoir, de la faire évoluer techniquement en partenariat avec les industriels, le CSTB, les organisations professionnelles, d'améliorer les contenus des formations... » Côté rencontre, Jérôme Dufait multiplie aussi les actions au sein de la Fédération internationale des Couvreurs. « Nous montons des partenariats avec les autres pays comme la Pologne et la Croatie et engageons des actions de formations avec les Suisses et les Tchèques.» Outre les travaux de recherches, la formation et les échanges internationaux, Jérôme Dufait supervise la rédaction d'un ouvrage spécifique à la couverture traditionnelle pour les monuments historiques et les bâtiments classés. « Mon prédécesseur avait répondu à un appel d'offre du ministère de la Culture pour la rédaction de ce livre. Cela fait maintenant 18 mois qu'on y travaille. » Voilà qui devrait encore contribuer à accroître la notoriété des Compagnons du Devoir.


Source : batirama.com / Céline Jappé

 

Il coache les jeunes couvreurs Français


Comme s’il n’était pas déjà suffisamment occupé, Jérôme Dufait joue les experts auprès du Comité Français des Olympiades des Métiers (COFOM). Une action bénévole, engagée par son prédécesseur, qu’il a souhaité poursuivre. « Cela me change du quotidien à l’Institut. J’assure un soutien technique et logistique pour la préparation des épreuves régionales et surtout pour la phase de sélection nationale. J’ai monté une équipe de travail spécifique avec des collègues formateurs et techniciens. Nous incitons les jeunes à participer, nous leur montrons l’évolution du métier tout en préservant les savoir-faire. » Pour preuve, la maquette qui sera présentée lors de la finale nationale intégrera un système solaire et des accessoires de toiture en cuivre. Après la finale nationale, les trois meilleurs jeunes couvreurs de France se préparent pour la finale internationale qui aura lieu en septembre au Canada. « Je les suis de très près pendant les 4 à 5 semaines de préparation technique. » Un coach sur mesure pour ces jeunes apprentis au talent prometteur. Avec l’espoir qu’ils suivent ses traces et transmettent à leur tour, tout ce qu’ils ont appris.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (890 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5