Paris : encore 100 millions de recettes en moins à cause de l'immobilier

La crise du marché de l'immobilier a fait fondre les recettes de la mairie de Paris. © wirestock / Freepik

La crise du marché de l'immobilier n'en finit plus de faire fondre les recettes de la mairie de Paris : encore 100 millions d'euros de plus, venant s'ajouter aux 300 millions de fin 2023 ...




C'est Paul Simondon, l'adjoint en charge des finances, du budget, de la finance verte et des affaires funéraires qui le révèle : la crise du marché de l'immobilier n'en finit plus de faire fondre les recettes de la mairie de Paris ! Encore 100 millions d'euros de plus, venant s'ajouter aux 300 millions de fin 2023, sachant que le budget de fonctionnement de la première collectivité de France s'élève à 10,1 milliards d'euros, en dépenses et en recettes.

Inscrite dans le budget supplémentaire qui sera soumis au Conseil de Paris à partir de lundi, cette nouvelle baisse des recettes de fonctionnement est liée à la poursuite de la "crise du secteur immobilier, qui a des conséquences très fortes sur tous les départements de France", a souligné Paul Simondon lors d'un point presse.

 

 

 

À l'automne 2023, les droits de mutation à titre onéreux de la Ville, autrement appelés "frais de notaire", avaient déjà baissé de 295 millions, à 1,45 milliard d'euros, sur un total d'environ 6 milliards de recettes fiscales.

Pour la députée MoDem Maud Gatel, l'exécutif de la maire PS Anne Hidalgo avait avant cela "refusé, dans le budget supplémentaire (2023), de réviser ses prévisions, laissant penser à un problème d'insincérité". Cette nouvelle baisse de 100 millions "était évidemment prévisible au mois de décembre", a abondé la sénatrice LR Marie-Claire Carrère-Gée, soulignant que l'exécutif de gauche, avec 86 millions d'euros de dépenses supplémentaires de fonctionnement, "creuse" de près de "200 millions l'écart entre les recettes et les dépenses".

Pour Paul Simondon, la ville de Paris peut encore compter sur 385 millions d'euros d'épargne brute. "L'opposition est dans son rôle quand elle dit qu'on n'a pas été assez pessimistes", a-t-il commenté, disant adapter son budget "à la réalité". Parmi les 86 millions de dépenses nouvelles, "rien" ne concerne les Jeux olympiques, a-t-il précisé : les réparations du pont de Sully, endommagé en janvier par une péniche, ont par exemple coûté 6 millions d'euros.




Source : batirama.com / AFP / Laure Pophillat

L'auteur de cet article

photo auteur Laure Pophillat
Laure Pophillat est rédactrice web polyvalente depuis plusieurs années. Curieuse, éclectique et investigatrice, tous les thèmes pertinents (et donc passionnants) l’intéressent ! Pour Bâtirama, elle rédige avec bonheur sur un large spectre de sujets couvrant l’entièreté de la filière BTP (actualités, conjoncture, réformes, innovations, etc.). Elle apprécie notamment réaliser des portraits de femmes et d’hommes engagés, inspirés et inspirants, dans un environnement, celui du BTP, toujours en mouvement.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Selon vous, le BTP est-il un secteur innovant ? (5 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

BARRIÈRE ÉCLUSE BASCULANTE TYPE SG2