Entretien exclusif avec Julien Pemezec, directeur général Woodeum x Pitch Immo

Le programme KI à Lyon de Pitch Immo. © Jigen

À l'été 2023, le groupe Altarea a fusionné ses marques Woodeum et Pitch Immo. En mai 2024, le promoteur immobilier bas carbone facilite l'accession à la propriété de logements bas carbone destinée aux primo-accédants.




À l'été 2023, le groupe Altarea a fusionné ses deux marques Woodeum et Pitch Immo. Moins d'un an après, en mai 2024, le promoteur immobilier bas carbone a lancé une offre financière Access facilitant l'accession à la propriété de logements bas carbone destinée aux primo-accédants. Le principe est que l'acheteur commence à rembourser son prêt une fois installé dans son logement.

 

Julien Pemezec est le directeur général de Woodeum et de Pitch Immo. © LinkedIn

 

 

 

F. P, pour Batirama : quelles sont les techniques constructives répondant à la RE2020 ?

Julien Pemezec : dès la création de Woodeum en 2014, l'empreinte carbone était dans nos réflexions et la mise en œuvre de nouvelles solutions constructives et d'exploitation a permis de diviser par deux le poids carbone de nos opérations par rapport à la RT2012. En remplaçant le béton par du bois massif, environ une tonne de carbone est économisée au m3. Ce procédé a déjà été mis en œuvre sur plus de 3 000 logements et ponctuellement en tertiaire. Suite à la fusion de Woodeum et de Pitch Immo, nous avons relancé de grands chantiers R&D pour développer un panel de solutions bas carbone et savoir répondre à minima au seuil 2028 de la RE2020 avec cinq ans d’avance. Dans un marché tendu, l'enjeu est aussi d'atteindre un coût de travaux suffisamment attractif pour s'adresser à tous, tout en s'adaptant aux savoir-faire industriels et aux spécificités locales. Le principe est de mettre le bon matériau au bon endroit en ayant recours au bois massif, mais aussi au béton bas carbone, et en mobilisant des systèmes hybridés de type bois et béton bas carbone ou bois et bio'bric.

 

 

F. P : Comment anticiper sur les prochains seuils carbone de la RE ?

J. P : La RE 2020 donne une trajectoire de décarbonation avec à l'horizon la neutralité carbone en 2050. Le critère carbone se traduit par une rupture industrielle demandant aux industriels d'organiser leurs productions, de décarboner en récupérant de la chaleur fatale ou en faisant des économies d'énergie et de ressources primaires. De nombreuses innovations alimentent les progrès en matériaux pour le gros œuvre. Nous construisons avec des panneaux en CLT en bois massif mais aussi avec du béton bas carbone pour les cages d'escalier et d'ascenseurs et les infras. Combiné à une très bonne isolation, le bois a comme atout sa faible inertie qui permet en été de ventiler facilement la nuit. Assez épais, les planchers bois combinent une structure en bois massif, une chape acoustique et un faux plafond isolé, et répondent ainsi aux exigences acoustiques réglementaires dans l'habitat. Enfin, le bois est bénéfique à la santé et nous tenons à avoir du bois apparent comme élément décoratif, dans les halls d'entrée et dans les logements, pour un des murs dans une pièce de vie.

 

 

F. P : des exemples de réalisations ?

J. P : Nous avons plusieurs opérations en démarrage qui répondent au seuil 2028 comme celui en cours à La Garenne-Colombes (92) et même une première à Taverny (95) en R+4 livrée en 2022 répondant au seuil 2031. L'économie circulaire est un levier de la décarbonation. Ainsi, sur le projet Evodia réalisé à Boulogne-Billancourt (92) par l'architecte François Leclercq, des éléments issus de la déconstruction du site sont réutilisés pour des éléments de décoration extérieure ou de dallage. Un autre projet KI à Lyon mixte bureaux et logements face à la gare de la Part-Dieu et fait la part belle à l'économie circulaire. La réduction de l'empreinte carbone passe aussi par un travail sur la logistique. Pour un chantier à Noisy-le-Grand, une partie de la structure bois a été transportée par la Seine, et pour le chantier Hosta situé au-dessus du périphérique parisien, une partie du transport s’est fait par train.

 



Source : batirama.com / François Ploye / Photo de Une © Jigen (le programme KI à Lyon de Pitch Immo, conçu par Sou Fujimoto et accompagné des cabinets d’architecture Dream et Exndo, illustre l'essor de l'économie circulaire avec le recyclage de 80 % des déchets et le réemploi de 72 % des ressources identifiées, comme 5 000 m² de faux-plafonds, 2 500 m² de murs rideaux vitrés, 500 portes de bureaux ou encore 2 500 m² de moquette).

L'auteur de cet article

photo auteur François Ploye
François Ploye, de formation ingénieur ECP, est journaliste freelance de la presse écrite depuis plus de vingt ans. Après une première expérience professionnelle en maquette numérique 3D et en effets visuels, il a poursuivi sa carrière comme journaliste à la suite de l'écriture d'un livre sur les changements climatiques publié en 2000. Après de premières collaborations (Jeune Afrique, Sonovision, 01 Informatique...), il s'est spécialisé depuis quinze ans dans l'écriture d'articles pour le bâtiment, les énergies renouvelables, l'architecture et la ville. Avec un engagement, celui d'accompagner les mutations d'un secteur confronté à de multiples défis environnementaux et sociétaux.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Selon vous, le BTP est-il un secteur innovant ? (5 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits