Le gros œuvre surfe sur le bas carbone

Panneaux solaires photovoltaïques Easy Roof Integration coloris Full Black par Edilians sur couverture maison individuelle. © Loïc Lagnieu

Au sein d'un marché de la construction sous tension, les fabricants peuvent gagner des parts de marché en valorisant des systèmes constructifs bas carbone apportant un gain en productivité lors de la mise en œuvre.




Au sein d'un marché de la construction sous tension du fait des déboires de la construction neuve et des signaux contradictoires envoyés par le gouvernement en rénovation, les fabricants peuvent gagner des parts de marché en valorisant des systèmes constructifs bas carbone apportant un gain en productivité lors de la mise en œuvre.

Les différentes filières du gros œuvre ont démontré ces dernières années leur capacité à faire évoluer les systèmes constructifs et les habitudes de travail, pour répondre à un double défi, celui de l'évolution réglementaire avec l'arrivée de la RE 2020 et celui des crises successives de ces dernières années, en particulier sur le prix des matériaux et la pénurie de main-d'œuvre. L'espace d'exposition du salon Nordat illustre la diversité et la qualité des réponses constructives développées par les industriels, que ce soit en produits structurels comme le béton de bois TimberRoc de CCB Greentech ou les blocs de béton cellulaire Ytong de Xella, en isolation avec la nouvelle ouate de cellulose de Soprema, la laine de roche insufflée en couverture de Rockwool mais aussi en solutions préfabriquées comme le plancher Seacoustic de SEAC.

 

 

Course au bas carbone pour les produits structurels

Les blocs en béton cellulaire Ytong de Xella sont destinés à la maçonnerie de murs de façade ou de refend. Disponibles de 15 à 42 cm d’épaisseur, ces blocs sont montés à joint mince au mortier-colle. L'usage du nouveau bloc Ytong compact 15, de résistance thermique R de 1,36 m².K/W, sorti en 2022, plus léger et plus économique que le modèle compact 20, est limité à des maisons individuelles de plain-pied (voir CTA 16/23-794_V1 publié en Juillet 2023). Il faut passer en 20 cm d'épaisseur pour construire plus d'un étage. "Notre offre produits est entièrement structurée et répond aux exigences de la réglementation RE 2020. Le bloc Ytong Compact 15 est essentiellement commercialisé en maison individuelle et de plain-pied pour le neuf mais aussi en rénovation pour des surélévations", assure Capucine Chevalier, la responsable marketing et communication de Xella France.

Outre les blocs courants, la gamme comporte des linteaux, des coffres de volets roulants, des blocs U et U coquilles et des blocs d'angle. Le béton cellulaire en 15 ou 20 cm d'épaisseur est adapté pour être posé en surélévation ou en attique sur une structure existante du fait de sa légèreté. "Nous avons publié des FDES spécifiques pour nos produits et en début d'année, nous avons annoncé un gain de - 35 % sur l'empreinte carbone aussi bien sur les gammes Ytong que Siporex pour l'aménagement intérieur. Ce gain a été obtenu en améliorant la formulation et en travaillant le process industriel, par exemple en récupérant la chaleur de la cuisson des blocs en autoclave pour chauffer les locaux", complète Capucine Chevalier.

 

Maison individuelle construite en Ytong Compact 15 à Belfort-du-Quercy (46) livrée en 2022 au constructeur de maisons individuelles Quercy Habitat. © Xella

 

 

Faciliter la pose de l'isolant

Commercialisé depuis 2023, le système Rockin Bag System de Rockwool est une innovation sur le segment de l'isolation des combles aménagés. Il est composé de laine de roche nodulée Rockin L (conductivité thermique λ de 0,036 W/m.K), d'un sac Rockbag dans lequel est insufflée la laine de roche et d'adhésif. Auparavant le fabricant fournissait essentiellement un système de pose traditionnelle à partir de panneaux en laine de roche Rockcomble en une ou deux couches. "Ce nouveau système est innovant car il permet d'isoler des combles en venant travailler par l'extérieur, sans faire de travaux à l'intérieur et sans dépose totale de la couverture. Le principe est d'isoler la couverture par bandes horizontales successives d’un ou deux mètres de largeur. L'artisan dépose quelques tuiles ou ardoises, insère un sac entre les chevrons, y fait une petite incision pour venir insuffler la laine de roche, puis referme le sac et repose les tuiles ou ardoises. C'est disruptif, beaucoup plus simple et rapide", confie Vincent Marcolla, Marketing Product Manager chez Rockwool France. Le chantier prend quelques jours au lieu de plusieurs semaines dans le cas d'une approche de type Sarking. L'artisan doit obligatoirement avoir suivi une formation qualifiante chez Rockwool soit en centre de formation, soit en étant accompagné sur un premier chantier.

Sous Atex du CSTB, le système relève de la technique courante. Il suscite de l'intérêt dans les régions Nord-Ouest pour les couvertures en ardoise. Des précautions sont à prendre, ainsi si un écran pare-pluie ou de sous-toiture est déjà en place, il n'est pas préconisé d'utiliser ce système pour ne pas avoir à découper l'écran. Le Rockbag lui-même est composé de trois parties : côté intérieur, il est blanc avec des propriétés pare-vapeur, en haut il est noir avec des propriétés pare-pluie et ses surfaces latérales sont constituées de grilles de compression souple qui laisse passer l'air lorsqu'on insuffle la laine. Il est nécessaire de prévoir une lame d'air ventilée entre les sacs et la couverture par la pose de liteaux. Incombustible, la laine de roche insufflée est protégée de l'humidité et forme une isolation durable pour l'hiver et pour le confort d'été avec un gain de 3° C de confort thermique à l’intérieur de la maison, soit plus de 20 % d’économies d’énergie et une bonne performance en déphasage de la laine de roche, grâce à sa densité de 55 kg/m3 qui apporte de l'atténuation acoustique. Le marché visé est essentiellement celui de l'habitat individuel mais aussi du petit collectif, des maisons groupées, plus largement tout type de bâtiments avec combles aménagées.

 

 

Les atouts de la préfabrication

Dès 2004, pour le marché de la rénovation des planchers intermédiaires des maisons individuelles, des logements collectifs et des ERP, Rector lançait Rectolight, un plancher intermédiaire combinant poutrelles en béton précontraint, entrevous légers en bois biosourcés et table de compression. Plus récemment avec son partenaire Rsoft, Rector a construit une offre composée de prémurs et prédalles en béton préfabriqué à impact carbone réduit, dont la performance est garantie par des FDES individuelles. Cette offre intègre des formulations béton à faible intensité carbone, des armatures issues d’aciers recyclés et profite d’un processus de fabrication et d’étuvage optimisé afin de garantir la qualité et la performance de ses produits.

 

En allégeant l’empreinte environnementale des constructions neuves, l’offre Rsoft bas carbone de Rector va permettre aux maîtrises d’ouvrage de construire dès maintenant des bâtiments atteignant les seuils carbone 2025 de la RE2020. © Rector

 

 

Le plancher mixte bois/béton Seacoustic de SEAC est une solution Plancher Structure mixte bois Béton bas carbone et biosourcé destinée aussi bien au neuf qu'à la réhabilitation en surélévation. Le plancher EBS (entrevous bois SEAC) déjà commercialisé par l'industriel pour la maison individuelle est aujourd’hui industrialisé et préfabriqué et vise le marché de l'habitat collectif et du tertiaire avec un premier beau projet à Périgueux d'un immeuble en R+4 de 8 000 m2. Les entrevous brevetés et fabriqués en France par Engelvin (filiale de SEAC) sont en bois moulé.

"Dans l'habitat individuel, nous livrons des composants qui sont assemblés sur site pour des questions de manipulation. Sur les chantiers en collectif et tertiaire où se trouvent des équipements de levage et de manutention, nous livrons une prédalle Seacoustic préassemblée en usine, qui répond à la réglementation incendie pour chaque typologie de bâtiment (logement, tertiaire, ERP). L’évolution du produit vers le logement collectif est la performance acoustique apportée par un simple faux plafond permettant de répondre à la réglementation, il peut y être associer une laine minérale pour atteindre les objectifs de labels les plus exigeants en collectif", avance Francis Delbreuve, chargé de Prescription chez SEAC. Typiquement, le plancher mixte intègre une dalle de compression d'épaisseur de 5 à 8 cm pour la troisième famille qui apporte l'inertie thermique nécessaire. Ce produit structurel bénéficie de la mixité des matériaux employés. il est plus léger d'environ 250 à 300 kg/m2 qu’une dalle béton de 20 cm permettant des réductions de structure de l’ordre de 20 à 30 %.




Source : batirama.com / François Ploye

L'auteur de cet article

photo auteur François Ploye
François Ploye, de formation ingénieur ECP, est journaliste freelance de la presse écrite depuis plus de vingt ans. Après une première expérience professionnelle en maquette numérique 3D et en effets visuels, il a poursuivi sa carrière comme journaliste à la suite de l'écriture d'un livre sur les changements climatiques publié en 2000. Après de premières collaborations (Jeune Afrique, Sonovision, 01 Informatique...), il s'est spécialisé depuis quinze ans dans l'écriture d'articles pour le bâtiment, les énergies renouvelables, l'architecture et la ville. Avec un engagement, celui d'accompagner les mutations d'un secteur confronté à de multiples défis environnementaux et sociétaux.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Produits


Biofib' Chanvre
Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

DarkFighterX

DAK Poutrelle