NF DTU 43.11 – Etanchéité des toitures-terrasses et toitures inclinées

Photo d'un couvreur à côté d'un toit

Retrouvez dans cette fiche l’essentiel du NF DTU 43.11 relatif à l’étanchéité des toitures-terrasses et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie en climat de montagne. Photo © nikitabuida sur Freepik




Domaine d’application

Le NF DTU 43.11 "Etanchéité des toitures-terrasses et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie en climat de montagne" donne les prescriptions de mise en œuvre :

  • des ouvrages d’étanchéité de toitures-terrasses (de pente maximale égale à 5 %) et de toitures inclinées (de pente supérieure à 5 %) réalisés sur des éléments porteurs en maçonnerie (conformes au NF DTU 20.12) qui comprennent :
    • un revêtement d’étanchéité ;
    • des ouvrages particuliers comportant notamment noues, relevés, isolation thermique dans la hauteur des relevés, etc. ;   
    • éventuellement un pare-vapeur, des panneaux isolants non porteurs, une protection lourde ;
  • des ouvrages d’aménagement des toitures-terrasses jardins en complément des ouvrages d’étanchéité visés au point au-dessus. Ces premiers comportent :
    • le mélange de plantation ;
    • les végétaux ;
    • les zones stériles ;
    • les revêtements de circulation, murets, etc. ;
    • le système d’arrosage intégré ;
    • tout moyen de protection des végétaux.

 

Le NF DTU 43.11 vise également les rampes, les escaliers et les gradins.

 

Les éléments visés sont les toitures des bâtiments d’usage courant, hors celles sur locaux à température contrôlée inférieure à 0°C, situés dans toutes les zones françaises de climat de montagne, à l’exclusion des zones tropicales ou cycloniques, qui répondent notamment aux conditions suivantes :

  • les pentes admises des parties courantes ne doivent pas dépasser 5 % ;
  • la pente dans les noues ou caniveaux doit être supérieure ou égale à 1 % ;
  • le gros œuvre doit être réalisé conformément au NF DTU 20.12 ;
  • la distance minimale entre ouvrages émergents voisins doit être respectée ;
  • un porte-neige doit être prévu en cas de toiture comportant une autoprotection apparente, quelle que soit la pente de la toiture.

 

Le NF DTU 43.11 ne vise pas :

  • les ouvrages :
    • sans protection lourde et dont la dépression de vent à l’état-limite ultime (ELU) affectant la toiture est supérieure à 4712 Pa ;
    • recevant du matériel roulant tels que des appareils d’entretien, de nettoyage ou de manutention ;
    • dont la hauteur des relevés est supérieure à 1 m ;
  • les toitures-terrasses :
    • accessibles aux véhicules lourds dont la charge à l’essieu est supérieure à 135 kN ;
    • jardins dont la hauteur des reliefs est supérieure à 4 m.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle d’avril 2014.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre d’une étanchéité des toitures-terrasses et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie en climat de montagne (pare-vapeur, isolation thermique, revêtement d’étanchéité, protection d’étanchéité, ouvrages annexes, etc.) sont données dans la partie 1-2 "Critères généraux de choix des matériaux" du NF DTU 43.11.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Données essentielles

 

Avant la réalisation des travaux, l’entrepreneur doit avoir les données suivantes en sa possession :

  • L’altitude de l’accès au bâtiment et la localisation géographique ;
  • Les informations nécessaires pour l’application de l’Eurocode 1 ;
  • Les plans des toitures et coupes nécessaires ;
  • La destination de chacune des toitures concernées ;
  • Les sollicitations admissibles par l’élément porteur ;
  • La classe d’hygrométrie et le type de chauffage des locaux sous-jacents ;
  • L’existence ou non d’un porte-neige.

 

Partie courante (y compris noues)

 

La mise en œuvre des ouvrages d’étanchéité ne peut se faire qu’après achèvement complet du gros œuvre des parties courantes et des ouvrages particuliers tels que reliefs, acrotères, souches, pénétrations, etc. Selon la saison, un délai d’attente entre 8 jours et 3 semaines sera nécessaire avant l’intervention de l’entrepreneur d’étanchéité.

 

Les travaux d’étanchéité ne doivent être réalisés qu’à partir d’une température de la surface d’application au moins égale à + 2°C. Par ailleurs, pour les éléments porteurs de type D, un pontage des joints sur appuis devra être réalisé si le pare-vapeur ou le revêtement d’étanchéité est posé en semi-indépendance ou en adhérence.

 

Si l’isolant est placé sous le revêtement d’étanchéité, un pare-vapeur doit être prévu. Sa constitution sera dépendante de l’hygrométrie et de la présence d’éléments chauffants dans l’élément porteur.

 

Pour ce qui est des isolants thermiques, le NF DTU 43.11 vise ceux en panneaux de liège, utilisés en un ou plusieurs lits sous le revêtement d’étanchéité, ou les autres isolants non porteurs supports d’étanchéité. S’ils sont posés en un seul lit, les joints doivent être décalés dans un sens. En cas de pose en plusieurs lits, chacun de ces derniers est disposé en quinconce, les joints de deux lits successifs ne devant pas être superposés.

 

Leur fixation se fait par collage à l’enduit à chaud (EAC) pour le liège. Pour les autres isolants, les fixations mécaniques ne sont pas admises pour les cas suivants :

  • sur plancher comportant des corps creux ;
  • sur dalle mince en béton précontraint ;
  • sur plancher comportant une distribution électrique noyée ;
  • sur locaux à très forte hygrométrie.

 

Quant aux revêtements d’étanchéité, le NF DTU 43.11 vise ceux en asphalte ou les systèmes bicouches à base de bitume modifié par élastomère SBS (appelés "bicouche bitume SBS"). Leur mise en œuvre dépendra du support du revêtement d’étanchéité, de la protection envisagée et du type du revêtement d’étanchéité lui-même. Ce dernier sera choisi selon la destination de la toiture. Des tableaux sont donnés dans l’article 7 pour aider à ces choix.

 

Concernant la mise en œuvre, un recouvrement de 10 cm devra être respecté entre lés qu’il s’agisse de la couche d’indépendance ou de semi-indépendance, sauf en cas d’écran perforé soudable où le recouvrement des lés de la couche de semi-indépendance est facultatif.

 

Les joints de reprise des couches successives d’asphalte doivent être décalés d’au moins 10 cm les uns des autres.

 

La mise en œuvre des revêtements bicouches bitume SBS doit respecter les prescriptions suivantes :

  • les feuilles d’étanchéité d’une même couche doivent se recouvrir sur au moins 6 cm ;  
  • la pose peut se faire à lits parallèles ou croisés ;
  • les feuilles d’étanchéité doivent être soudées en plein. Au moins une des faces en regard des couches supérieures et inférieures doit comporter un film thermofusible ;
  • des valeurs minimales seront à respecter pour l’épaisseur de la couche supérieure, celle de la couche inférieure, l’épaisseur totale du revêtement ainsi que la résistance à la déchirure au clou de chaque couche selon la composition du système retenu. Les données sont rassemblées dans le tableau 6 du NF DTU 43.11.

 

Le NF DTU 43.11 donne les caractéristiques des divers revêtements qu’il vise. Par exemple, pour les revêtements en asphalte, qu’ils soient destinés aux toitures inaccessibles ou techniques, aux toitures-terrasses accessibles aux piétons ou aux voitures ou aux toitures-terrasses jardins :

  • le revêtement en asphalte ne peut être appliqué que sur un support de pente inférieure ou égale à 3 % ;
  • la couche d’indépendance est constituée soit d’une feuille de papier entre-deux sans fil si le support est en maçonnerie, soit d’une double couche de papier kraft ou d’une feuille de papier entre-deux sans fil si le support est un panneau isolant non porteur ;
  • le revêtement est mis en œuvre soit directement sur l’élément porteur, soit sur un isolant thermique, compatible avec l’asphalte.

 

Afin d’aider à la préservation du revêtement contre l’action des agents atmosphériques et des dégradations provenant des sollicitations mécaniques, des dispositifs de protection de l’étanchéité seront mis en place. Le choix du type de protection, sa constitution et sa mise en œuvre seront fonction de la destination de la toiture et de la nature du revêtement d’étanchéité.

 

Le NF DTU 43.11 traite également de la mise en œuvre des relevés, retombées et étanchéité des caniveaux dans son article 8. Les ouvrages particuliers tels que rives sans acrotères, bandes de rives insérées ou joints de dilatation sont traités dans son article 9.

 

A l’achèvement des travaux, et selon les prescriptions des documents particuliers du marché, une épreuve d’étanchéité à l’eau doit être réalisée par terrasse. Un procès-verbal en sera dressé.

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 43.11. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com / Photo © nikitabuida sur Freepik

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (34 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits