Selon l’UFC-Que Choisir, un litre sur d'eau sur cinq est perdue dans les fuites en France

Réparation d'un réseau d'eau par des canalisateurs

L’association UFC-Que Choisir a appelé le gouvernement à "mettre en œuvre un véritable plan de rénovation des réseaux d'eau", face à la perte d’un milliard de m3 d'eau potable (20%) du fait de fuites en France.




Ce plan de rénovation des réseaux d'eau, demandé mardi 27 juin par l'UFC-Que Choisir, pourra être "financé grâce à un rééquilibrage des redevances payées par les acteurs professionnels, au premier rang desquels l'agriculture intensive", souligne l'association de défense des consommateurs.

 

L'UFC, qui a analysé les données de l'Observatoire national des services publics d'eau et d'assainissement, "sonne l'alarme sur le niveau considérable des pertes d'eau potable et la faiblesse des mesures prises pour y remédier", dans un contexte de sècheresse où "l'eau doit être plus que jamais économisée".

 

Des taux de fuites jusqu'à 35,5% en agglomération et 50% dans les communes rurales

 

"De nombreuses agglomérations montrent qu'il est possible" de maîtriser les fuites, souligne l'enquête : Cholet (0%), Saint-Malo (0,9%), Saint-Brieuc (1,3%), Fréjus (2,1%)...

 

Mais sur l'ensemble de la France, un litre sur cinq distribués (19,9%) est perdu, soit un milliard de m³ par an, équivalent à la consommation cumulée de Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nice, soit 18,5 millions d'habitants, souligne l'UFC-Que Choisir.

 

Douze agglomérations ont des taux de fuites supérieurs d'au moins 10 points à la limite légale de 15%, fixée en 2012. Un litre sur trois disparaît même à Évreux (35,5%), Aix-les-Bains (30,5%), Cavaillon (30,3%), Amiens (30,3%) et Sens (30%), selon l'association.

 

Pour les communes rurales, l'autorisation peut monter à 35%, du fait de leurs budgets limités, réseaux ramifiés et étendus etc. Mais dans les faits, c'est un litre sur deux perdu dans environ un quart des communes de moins de 1.000 habitants. L'association "presse" donc les pouvoirs publics de renforcer les aides venues des Agences de l'eau aux collectivités prioritaires, et d'augmenter le budget des Agences en relevant les redevances prélèvement payées par les acteurs professionnels.

 

Aujourd'hui les aides venues des Agences de l'eau sont "limitées en raison de l'inéquité des contributions des différents acteurs" : les utilisateurs de l'eau sont censés contribuer en proportion de leurs pollutions et des volumes qu'ils prélèvent, mais la contribution de l'agriculture intensive est comprise entre 2% et 15% alors qu'elle représente 48% des consommations nettes (et au moins 80% en été).

 

"Si l'on ajoute les montants que l'agriculture devrait payer pour les pollutions dont elle est responsable, cela représente un manque de financement considérable pour les agences de l'ordre de 1,6 milliard d'euros par an", estime l'UFC-Que Choisir.

 

Le plan Eau largement insuffisant pour réparer le réseau

 

"Dans le cadre du plan Eau, le président de la République a bien évoqué le sujet des fuites, mais pour proposer des mesures dérisoires. Alors que les experts exigent 2,5 à 3 milliards annuels, le président a annoncé 180 millions, abondés par une augmentation des redevances payées en grande partie par les consommateurs et ciblés sur les plus petites communes... bref, une goutte d'eau!", souligne encore l'association.

 

Enfin, il faudrait développer l'appui technique des départements aux petites communes. L'aide des services de l'État en matière d'ingénierie (connaissance de l'état des réseaux, maîtrise d'ouvrage...) a été supprimée en 2016, laissant les plus petites communes démunies, déplore l'enquête. Selon elle, le réseau est composé à 55% de canalisations en matériaux fragiles (fonte grise, PVC collé, amiante-ciment), et pour partie très anciennes.

 

En 2019, les Assises de l'Eau ont fixé un objectif de renouvellement de 1% par an, mais aujourd'hui le taux réel est de 0,67% : à ce rythme, il faudrait 150 ans pour renouveler le réseau, quand ces matériaux durent 50 à 80 ans, note l'UFC.




Source : batirama.com & AFP / Image © Les Canalisateurs - Sylvain Barthélémy

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Usystem Roof OS (ex. Trilatte) & Usystem Roof OS Comfort
Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (186 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits