La taxation des fluides frigorigènes menace les pompes à chaleur

La taxation des fluides frigorigènes menace les pompes à chaleur

2012 a été une année morose pour les pompes à chaleur, année marquée par de très nombreux indicateurs négatifs. Le projet du ministère de l’écologie fait peser de nouvelles menaces.







L’Association PAC & Clim’Infoa présenté son enquête annuelle, portant notamment sur les pompes à chaleur mises sur le marché résidentiel français en 2012. Des chiffres peu réjouissants, pour ne pas dire alarmants.

 

En effet, du côté des PAC aérothermiques, les machines de 5 à 10 kW, qui représentent 37% du marché, ont diminué de -2% et celles de 10 à 20 kW, qui en représentent l’essentiel avec 60%, ont baissé de 4%. De son côté, le marché des PAC haute température, essentiellement installées en rénovation, n’a augmenté que de 2%.

 

Les résultats sont encore plus négatifs du côté du marché de la géothermie, qui ne montre aucun signe de reprise et accuse encore une baisse, à -17%  en global pour 2012 (et même -50%, entre Septembre et Décembre).

 

Chauffe-eau thermodynamiques en hausse

 

Et si le seul segment en hausse en fin d’année est le marché des PAC sol/eau avec +30%, ces appareils ne représentent que la plus petite portion du marché de la géothermie (10%). Les PAC sol/sol ont diminué de 32% sur l’année, les PAC eau glycolée/eau de 15% et les PAC eau/eau de 24%.

 

Enfin, le marché des chauffe-eau thermodynamiques a connu une hausse de 31% par rapport à 2011. Toutefois, la hausse s’est à nouveau atténuée par rapport à la période Janvier/août 2012, qui était marqué par une progression de 37%.

 

Bien qu’elle soit descendue à un niveau très bas, les professionnels estiment que la demande de PAC ne devrait pas connaître de remontée de croissance en 2013. Les raisons sont multiples.

 

Un projet dangereux pour le secteur

 

La mauvaise conjoncture que connait le secteur de la construction, avec une forte baisse des permis de construire en 2012 (- 11% en maisons individuelles) et des mises en chantier en 2012 (- 17% en maisons individuelles), impacte ainsi le marché de la pompe à chaleur.

 

Ensuite, une menace plane sur le secteur avec le nouveau projet du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie portant sur la taxation des fluides frigorigènes. S’il était confirmé, ce projet provoquerait une augmentation du prix des matériels de l’ordre de 10% à 30 % selon les appareils, la charge de fluide et le type d’HFC utilisé.

 

Les professionnels s’inquiètent fort, estimant qu’une telle hausse des prix ne manquerait pas de donner un sérieux coup de frein à l’ensemble de ces activités avec toutes les conséquences industrielles induites.

 

Enfin, les différents segments du marché de la géothermie trouvent les raisons de leur dépression dans leurs difficultés de mise en oeuvre, grevés par leurs lourdeurs administratives et leur coût de forage.

 

 

Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

2 Commentaires


- -
  • par Riton
  • 0
  • 0

L'idée de taxer la moindre action, tous les politiques l'ont mais les idées pour inciter les clients à investir dans de la nouvelle technologie très chère, personne ne l'a ! Donc leur téhorie est facile mais pas la pratique, comme d'habitude !


bronze
  • par archi
  • 0
  • 0

La taxation des HFC ne devrait pas être vue comme un problème mais un encouragement à réaliser enfin un transfert de technologies performantes, sûres et maîtrisées comme le CO2, utilisé comme frigogène depuis plus de 15 ans par l’industrie grand public (réfrigérateurs et congélateur Miele par exemple).

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (198 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Installations électriques et de communication des bâtiments d’habitation