L’envolée du prix des pellets pèse sur l’offre des chaudières à bois

Une chaudière à granulés de bois de marque Perge

Les ventes de chaudières à pellets ont baissé de 30 à 50% en 2022, sans repartir en 2023. Les chaudières à bûches ont en partie pris le relai. A BePositive, Perge, fabricant de chaudières français, décrit le marché.




Au salon BePositive qui s'est tenu à Lyon du 21 au 23 mars, nous avons commencé nôtre exploration des chaudières bois par le stand des chaudières Perge. C’est l’un des rares fabricants de chaudières encore parfaitement français, une entreprise familiale. William Perge, la troisième génération de la famille Perge, est entré dans l’entreprise en 2022. Le cœur de clientèle des chaudières Perge est le particulier en milieu rural. Autant dire ceux qui, en grande majorité, se chauffent au fioul et sont donc frappés de plein fouet par l’interdiction de vendre des chaudières fioul neuves. Ce qui donne à l’entreprise un point de vue unique sur l’évolution de ce marché spécifique.

 

 

Par quoi remplacer les chaudières fioul en milieu rural ?

 

 

Chaudières Perge est une entreprise familiale. Le grand-père, Maurice Perge, grand amateur de motos et fondateur de l’entreprise, est malheureusement décédé en février 2022. Mais William Perge, à gauche, son petit-fils, est entré dans l’entreprise en 2022 et s’occupe du sud de la France. Sa mère, Ariane Perge, est directrice commerciale et marketing. Son père, Franck Perge, préside l’entreprise Chaudières Perge. L’usine, toujours installée à Portes-les-Valence (Drôme), a été agrandie de 2.500 m² l’an dernier. Cette année, l’entreprise installe 2.500 m² de panneaux photovoltaïques sur son toit. Ils sont destinés à l’autoconsommation et à la revente du surplus pour faire face à l’augmentation des coûts de l’électricité. ©PP

 

 

Le verdict d’Ariance Perge est sans appel : l’envolée du prix des pellets en 2022 a fait sensiblement baisser les ventes de chaudières à granulés de bois. Autant l’année 2021 avait été exceptionnelle pour ces chaudières, grâce à leur facilité d’utilisation et leur qualité de produits de combustion, autant 2022 a marqué un arrêt brutal, puis une chute des ventes qui ne remontent pas encore au début de 2023.

 

Elle voit, en revanche, une augmentation nettes des ventes de chaudières bois-bûches pour deux applications : en relève d’une chaudière fioul vieillissante et, ce qui est très nouveau selon elle, en relève de chaudières à granulés de bois. Le prix du granulé (600 €/t) et celui du fioul (1,28 €/litre) sont en effet sensiblement identiques en ce début d’année 2023. Les clients qui s’étaient équipés d’une chaudière à granulés en remplacement d’une chaudière fioul veulent désormais faire des économies en installant une chaudière bois bûches en relève, notamment s’ils ont accès à une ressource en bois locale et peu coûteuse. Chaudières Perge a même développé un kit de relève – hydraulique + électronique et régulation –, à partir de leur kit antérieur qui se chargeait du couplage d’une chaudière fioul et d’une chaudière bûches. Le nouveau kit assure le pilotage d’une chaudière à granulés Perge OptiPellet et d’une chaudière à bûches Perge MC Classique. Les deux générateurs ne fonctionnent jamais ensemble, mais en relève l’un de l’autre. La chaudière à granulé se met en route lorsque les besoins à la fois de chauffage et d’eau chaude sanitaire sont inférieurs à la puissance de la chaudière à bûches.

 

 

La chaudière à bois MC Classique de Perge, un modèle d’entrée de gamme à tirage naturel de 20 ou 40 kW, chauffage seul ou chauffage et ECS par ballon séparé, qui peut fonctionner sans ballon tampon et revient environ à 4.500 € au client final. Plus de 60.000 de ces chaudières MC Classique sont installées et Chaudières Perge assure toujours la réparabilité. Depuis l’augmentation du prix du granulé, Chaudières Perge vend 150 chaudières bois-bûches par mois. Ce qui est beaucoup pour l’entreprise. ©PP

 

 

La vente des chaudières à granulés a été sévèrement impactée par l’augmentation du prix des pellets. Malgré leur évidente facilité d’emploi : chargement automatique, excellente qualité des produits de combustion, régulation très précise, possibilité de chauffage et de production d’ECS par ballon séparé, … ©PP, ©Chaudières Perge

 

 

Selon Ariane Perge, le fioul F30 – il est toujours possible d’acheter des chaudières neuves conçues pour le fioul F30 – est à peine plus cher que le fioul classique. Bolloré Energy vend Calorza, son biofioul F30, seulement 1 c€/l plus cher que le fioul classique, par exemple. Mais les chaudières adaptées au fioul F30 coûtent environ 15% de plus que les meilleures chaudières fioul et leurs ventes ne décollent pas vraiment. Chez Perge, les chaudières sont pourtant prêtes : la chaudière biofioul Perge Optitherm Connect+ tourne déjà avec du fioul F55 dans un centre de test.

 

Enfin, Chaudières Perge est devenu centre de formation Qualit’ENR et assure notamment des formations Qualipac et Qualibois directement, ainsi que des formations Qualisol et QualiPV en association avec un autre centre de formation. Perge propose des pac hybrides et ce qu’on lui achère le plus se sont des pac hybrides fioul, même si le marché national est plutôt orienté vers les pac hybrides gaz. Perge a changé de fournisseur pour l’unité extérieure de sa pac hybride. Il travaillait auparavant avec GREE qui lui laissait peu de choix dans la sélection des composants de la pac. La nouvelle unité extérieure est une pac monobloc au R32, avec liaison en eau vers la chaudière et leur pilote commun. A la demande de Perge, elle embarque un inverter Panasonic pour le pilotage du ventilateur, un échangeur à plaques Alfa-Laval et un compresseur Mitsubishi Electric. Elle communique en Modbus filaire, un protocole bien maîtrisé par les installateurs.



Source : batirama.com / Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
2 Commentaires
logo
- -
  • par PERGE
  • 05/04/2023 11:40:12

Bonjour Arnaud, Nous vous remercions pour votre commentaire, très intéressant. Nous sommes d'accord avec vous et soutenons l'utilisation d'un bio combustible fiable et puissant dans les territoires. https://www.perge-chaudierebiofioul.com/solutions-fioul La plupart des foyers qui optent pour un chauffage avec une chaudière à bois à tirage naturel n'achètent pas le bois. Ils habitent dans des coins boisés et arrivent à se fournir en bois rien qu'en entretenant les parcelles proches. Ils sont aussi nombreux à coupler les deux énergies apportant ainsi une relève sûre et commode au bois.

logo
- -
  • par ArnaudBzH
  • 28/03/2023 18:14:54

Beaucoup de ceux qui ont remplacés leur chaudière fioul pour succomber au mirage du pellet peu cher s'en sont mordus les doigts l'an dernier. Et pour cause, la grosse pénurie de pellets à l'automne dernier combinée à l'envolée des prix (sac de 15 kg dont le prix a été multiplié par 3 en l'espace de seulement 2-3 ans) ont rendu l'investissement pas du tout rentable. En octobre novembre, le coût du kWh PCI était aussi élevé, voire plus élevé qu'un kWh d'électricité, et bien plus cher qu'1 kWh PCI de fioul! Du jamais vu. Les prix ont baissé légèrement depuis, mais bien trop peu pour rendre le pellet vraiment attractif. La demande est trop forte, c'est l'arroseur arrosé! Pour le bois bûches, on se dirige vers la même "catastrophe" dans les régions où le bois est peu abondant (comme le grand ouest par exemple). Ainsi, en 2-3 ans, la corde de bois (volume de 3 m3 en longueur de 2 m, où 2.4 m3 en 50 cm) est passée elle aussi de 220-240 € à 400-440 € !!! ET pareil, grosse pénurie à l'automne dernier. Mon conseil: tant que votre ancienne chaudière fioul ou gaz fonctionne, ne la changez surtout pas pour du bois!

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (160 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
PRB RÉVOMUR M