Les JO-2024 seront alimentés par le réseau électrique, et non des groupes électrogènes

Le village olympique en construction, vu du ciel

Les Jeux olympiques de 2024, à Paris, seront alimentés par le réseau électrique et non par des groupes électrogènes comme cela se fait encore fréquemment pour de gros événements, ont souligné mercredi les organisateurs.




"L'ensemble des sites de compétition pour Paris 2024, les Jeux olympiques et paralympiques, seront alimentés par le réseau électrique", a indiqué lors d'une conférence de presse Frédéric Lebrun, directeur délégué énergie pour les JO. "Nous allons renoncer à l'utilisation des groupes électrogènes en matière d'alimentation électrique", a-t-il souligné.

 

Des groupes électrogènes - fonctionnant aux biocarburants - seront bien présents mais utilisés uniquement en cas de panne de l'alimentation. Actuellement, c'est souvent la logique inverse qui prévaut pour des événements comme des matchs de football, des concerts ou des festivals : l'alimentation principale est assurée par des groupes électrogènes fonctionnant aux énergies fossiles. Ainsi, les JO de Londres en 2012 avaient nécessité la combustion de 4 millions de litres de diesel, l'équivalent de quelque 200 camions-citernes.

 

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

 

"On réduit de 90% les émissions de CO2 par rapport à une alimentation diesel", a calculé Catherine Lescure, du gestionnaire du réseau de distribution électrique Enedis, qui devra réaliser un certain nombre de travaux de raccordement.

 

Même si EDF se vante de produire en France une électricité "à plus de 97% sans émission de CO2" grâce notamment au nucléaire et aux barrages hydrauliques, les organisateurs ont demandé pour l'occasion une électricité spécifiquement renouvelable.

 

Une électricité 100% renouvelable pour les Jeux Olympiques

 

"EDF va fournir 100% d'électricité renouvelable pour les Jeux", a ainsi souligné Gaëlle Salaün, directrice commerce Ile-de-France EDF.

 

Concrètement cela sera certifié par des "garanties d'origine", prouvant qu'une quantité d'électricité éolienne ou solaire équivalente à la quantité consommée a été injectée sur le réseau électrique français. Ces engagements sur l'électricité s'inscrivent dans une feuille de route plus large pour limiter l'impact environnemental des JO-2024. Les organisateurs prévoient l'émission de quelque 1,58 million de tonnes équivalent CO2, soit une très forte baisse par rapport aux 3,5 millions de tonnes en moyenne pour les précédents jeux d'été de Londres et de Rio (2016).




Source : batirama.com & AFP/ Photo - le village olympique en cours de construction - juillet 2022 © Airbus DS 2022.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (186 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits