Edycem veut généraliser le béton bas carbone

Edycem veut généraliser le béton bas carbone

Edycem vend désormais son Béton Prêt à l’Emploi (BPE) classique au même prix que le béton Vitaliss classe C, selon le Vitascore, à plus faible charge carbone.




Edycem, la branche "infiniment béton" du groupe Hérige, fait partie des trois premiers fabricants de BPE (Béton Prêt à l’emploi) non-rattachés à l’un des majors du ciment, aux côtés de BSM (Béton Solutions Mobiles) en Île-de-France et de BHR (Béton Hamard René) dans l’Ouest.

 

 

36 centrales à béton

 

 

Aujourd’hui, Edycem exploite 36 centrales à béton, implantées de Quimper au Bassin d’Arcachon. Elles produisent 3 millions de m³ de béton par an, dont 1 million de m³ de BPE. L’entreprise compte deux autres activités. Une usine de préfabrication béton en Vendée fabrique des blocs béton, dont le Vertical Bloc, une gamme de blocs à bancher calibrés, et des produits d’aménagement extérieur. ©Edycem

 

 

Depuis mai 2022, une troisième activité s’est ajoutée au portefeuille d’Edycem : l’achat d’Audoin & Fils Bétons apporté une plateforme de 13 ha près de Bordeaux, consacrée à l’accueil de gravats, leur tri, leur lavage et recyclage en granulats réutilisables pour la production de béton.

 

 

Pour sa part le groupe Hérige emploie environ 3.000 personnes pour un chiffres d’affaires 2022 de 792,9 M€. L’activité menuiserie industrielle pèse pour 25% dans ce CA et le négoce de matériaux pour 50%. ©Edycem

 

 

Un contexte bien particulier

 

 

Nous avons rencontré Olivier Collin, directeur général d’Edycem depuis 2021, qui nous a expliqué la stratégie de l’entreprise. Il a commencé par brosser le contexte très spécial de ce 2022 et les changements importants à venir dans l’organisation des marchés du ciment et du béton. ©Edycem

 

 

Pour commencer, a-il-rappelé, nous sommes entrés en 2021 dans la quatrième phase des quotas carbone ETS (European Trading System) qui ont créé un marché d’échange de quotas carbone en Europe. Les allocations de quotas gratuits vont diminuer au cours de cette période, notamment ceux alloués aux cimentiers. Ce qui pourrait pousser les prix des ciments à la hausse et, en tout état de cause, incite la filière ciment et béton à décarboner un maximum et le plus vite possible.

 

La guerre russe en Ukraine a influé sur les prix de l’énergie et des matières premières. 2022 a été l’année la plus chaude et la plus ensoleillée jamais enregistrée : on ne peut pas baisser les bras dans la marche vers la vertitude !

 

En France, la RE2020 et son calcul carbone sont entrés en vigueur et des étapes de sévérisation sont prévues qui abaisseront les plafonds d’empreinte carbone des bâtiments neufs, l’indicateur Icconstruction, en 2025, 2028, … La mise en place de la ZAN (Zéro articifialisation Nette) a commencé.

 

La REP Bâtiment – plus exactement, la REP PMCB pour Produits et Matériaux de Construction du Bâtiment - entre en vigueur au mois de mai 2023. Edycem est prêt. L’entreprise a adhéré à l’éco-organisme Valobat au titre du BPE et à Ecominero pour son activité de préfabrication béton, par l’intermédiaire d’un GIE créé par la FIB (Fédération de l’Industrie du Béton).   

 

Enfin, la conjoncture s’annonce très maussade pour la construction de maisons individuelles neuves en 2023. Mais, dans le même temps, l’environnement règlementaire du béton a été modifié, notamment en ce qui concerne l’emploi de granulats recyclés pour la fabrication de béton.

 

 

Une évolution des normes sur l’emploi des granulats recyclés

 

 

La version 2014 de la norme NF EN 206/CN permettait déjà l’utilisation de granulats recyclés dans du béton neuf, mais en proportions relativement réduites et pour un nombre d’usages restreint. Le programme de recherche Recybeton a proposé de nombreuses modifications qui sont, pour partie, inscrites dans les Eurocodes EC2, dans la norme NF P 18-545 "Granulats – Eléments de définition, conformité et codification" d’octobre 2021 et dans la nouvelle version 2022 de la norme NF EN 206+A2/CN.

 

La norme NF EN 206+A2/CN:2022 distingue désormais les granulats recyclés "purs", résultant de la transformation de matériaux inorganiques antérieurement utilisé dans la construction, et les granulats "de prémélange" qui résultent du mélange entre des granulats recycles purs et des granulats "neufs" dans des proportions définies.

 

Les granulats de prémélange sont désignés par les lettres Tx suivies d’un nombre. Par exemple, Tx10 signifie que ces granulats de prémélange contiennent 10% de granulats recyclés purs. Si les nouvelles normes élargissent les emplois des granulats recyclés, ils demeurent interdits pour la fabrication de structures en béton précontraint.

 

Les nouveaux Eurocodes EC2 prennent en compte les granulats recyclés dans le dimensionnement des ouvrages en béton, à travers leur "taux massique". C’est-à-dire la masse de granulats recyclés (sables + gravillons)/masse totale de granulats. Il permet de définir huit classes de taux de substitution de granulats recyclés dans le béton.

 

Bref, les concepteurs, sous certaines conditions, peuvent désormais employer davantage de granulats recyclés dans leurs ouvrages en béton. Cette nouvelle règlementation est récente et suscite une forte demande d’information de la part des entreprises.

 

Du coup, les réunions d’information et d’échange "La Fabriq by Edycem", organisées par Edycem connaissent un grand succès. Elles rassemblent les BE structures, les BE des entreprises générales de toutes tailles, les architectes, … et permettent de faire le point sur la décarbonation des béton, l’emploi de granulats recyclés, la RE2020, ...

 

Deux premières réunions, rassemblant plus de 80 personnes chacune, ont été organisées à La Roche-sur-Yon et à Nantes, d’autres sont prévues en Bretagne et dans le Bordelais. Edycem va utiliser la belle salle de réunion au sommet de son nouveau siège Edy’Fix pour organiser une session "La Fabriq by Edycem", toutes les deux semaines environ.

 

 

Bientôt dix ans d’efforts de décarbonation des bétons

 

 

Edycem s’est lancé dans la décarbonation des bétons depuis presque 10 ans en initiant une collaboration avec l’Ecole Centrale de Nantes qui se poursuit toujours aujourd’hui. Démarré sur le thème des bétons éco-responsable, cette collaboration qui prend la forme de travaux de recherches et de financement de thèses, s’est élargie en 2019 à l’étude des liants ternaires et au comportement, en fonction des applications, des bétons qui en contiennent.

 

En 2022, l'entreprise finance quatre nouvelles thèses, toujours sur les liants ternaires recomposés dans les centrales à béton. Edycem, à lissue des travaux précédents avec Centrale Nantes, a d’ailleurs lancé des formulations "Made by Edycem".

 

La première application de Made by Edycem a été la formulation performancielle des massifs – les socles – employés pour la construction d’éoliennes terrestres. Ce qui fournit l’occasion d’un test grandeur nature des bétons conçus grâce à une formulation performancielle. Le but est de démontrer que cette approche débouche sur des bétons aussi performants en termes de durabilité, voire meilleurs, que les bétons traditionnels.

 

Edycem répond, avec la même méthode, sur d’autres affaires, notamment la construction de stations d’épuration ou des fondations profondes.

 

 

La stratégie Vitaliss

 

 

Les travaux avec Centrale Nantes ont également abouti à une gamme de béton à contenu carbone allégé : la gamme Vitaliss. Ainsi qu’à un outil d’évaluation de leur charge carbone, propre à Edycem : le Vitascore.

 

 

Le Vitascore comporte cinq classes de réduction d’émission carbone :

  • Classe C : de -20 à -30% de CO2 par rapport à un béton classique que l’on pourrait appeler "D",
  • Classe B : de -31 à -40% de CO2,
  • Classe A : de -41 à -50% de CO2,
  • Classe A+ : une réduction de CO2 supérieure à 51%,
  • Classe A+ "0% Clinker" : un béton formulé à partir d’un liant "disruptif" sans clinker du tout. ©Edycem

 

 

Edycem et les autres industriels du béton utilisent le mot disruptif pour désigner des liants sans clinker qui remplacent le ciment. Edycem annonce clairement son objectif à l’horizon 2030 : 90% des bétons commercialisés par l’entreprises seront des béton à empreinte carbone réduite, dont 40% avec un score A ou A+.

 

 

Dans le même temps, Edycem souhaite rendre accessible à tous cette offre de bétons à empreinte carbone réduite et indique que dès cette année, le béton classé C sera vendu au même prix que le béton classique, soit environ 100 € HT/m³. Bref, le Vitaliss C, avec ses 20 à 30% de charge de CO2 en moins, devient le nouveau béton standard pour Edycem. ©Edycem

 

 

Dans un béton, 70% du coût vient des matières premières. Le fait qu’Edycem ne soit pas rattaché à un cimentier donne plus de souplesse à stratégie d’achat dans sa quête de liants à faible charge carbone.

 

 

Quel plan d’action ?

 

 

Pour atteindre ses ambitieux objectifs, Olivier Collin engage Edycem dans plusieurs directions en même temps. Il entend pousser encore l’innovation, à la fois en continuant la collaboration avec Centrale Nantes et en écoutant attentivement les demandes de ses clients et partenaires à la faveur des multiples réunions "La Fabriq by Edycem". Un nouveau directeur de l’innovation vient d’ailleurs d’être recruté chez Edycem.

 

Cela passe aussi par des investissements dans les centrales à béton Edycem, créant de nouveaux silos pour que divers liants bas carbone puisse être fabriqués dans toutes les centrales à béton de l’entreprise.

 

Ensuite, comme de nombreuses entreprises, Edycem rencontre des difficultés de recrutement. Olivier Collin entend donc augmenter l’attractivité de la marque, comme on dit maintenant. C’est une stratégie multiforme, mais elle passe notamment par le recrutement d’alternants – un pied dans les études, l’autre dans l’entreprise. Edycem compte 11 alternants dans ses effectifs en ce début 2023.

 

Tout les collaborateurs Edycem ont également été formés à la fresque du climat, à la fois pour mieux assurer leur prise de conscience des enjeux des évolutions climatiques et pour renforcer l’image de la marque Edycem.

 

Enfin, à la fois grâce au nouveau laboratoire installé au rez-de-chaussée du bâtiment Edy’Fix et de Centrale Nantes, Edycem a entrepris de systématiquement tester le comportement des liants disruptifs – ceux dont la charge carbone est inférieure à 350 kg CO2/tonne, contre 600 à 700 kg CO2/tonne pour les liants classiques.

 

Tout ça dans le but de rédiger un guide d’usage des liants et bétons bas carbone à destination des clients de l’entreprise. Comme les tests en laboratoires durent 3 à 6 mois pour obtenir des résultats concluants, Edycem a lancé une nouvelle thèse avec Centrale Nantes sur une approche prédictive destinée à raccourcir les durées d’essais, tout en obtenant une bonne qualité de preuve.

 



Source : batirama.com / Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits

Utherm Sarking K Anti-Slide & Utherm Sarking K Comfort Anti-Slide

Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (33 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits