À Interclima 2022, la question des fluides frigorifiques divise

À Interclima 2022, la question des fluides frigorifiques divise

La Commission Européenne ne lâche rien sur la révision du Règlement F-Gaz. A Interclima, les fabricants présente du R32, du R290 et du R452B.

FLEXIClean & SKINReflex : les isolants d’EDILIANS, nouvelle génération !


Lundi 3 octobre 2022, premier jour du Mondial du Bâtiment à la Porte de Versailles à Paris. Les pompes à chaleur sont mises en avant par les exposants, comme l’une des réponses à la fois à la crise énergétique née de la guerre en Ukraine et à l’urgence climatique.

 

D’ailleurs, à travers son plan RepowerEU, approuvé par tous les Etats Membres, la Commission Européenne vise à doubler le taux de déploiement des pompes à chaleur hydrauliques (air/eau et eau/eau), de manière à atteindre 60 millions de pompes à chaleur installées dans l’Union Européenne d’ici 2030. Ce qui, selon l’AFCE, impose une étape à 20 millions de pac en 2027.

 

 

Plusieurs règlementations pèsent sur le déploiement des pompes à chaleur

 

 

En même temps que se déroule ce scénario extrêmement volontariste, trois règlementations européennes influent sur la technologie des pompes à chaleur et sur leur conception.

 

La première est la Directive ecoDesign, qui prévoit l’augmentation de l’efficacité énergétique des appareils consommant de l’énergie. En ce qui concerne les pompes à chaleur, de nouveaux paliers d’efficacité énergétique sont prévus en 2025 et 2027 pour le chauffage des locaux et la production d’eau chaude sanitaire, en 2027 pour la climatisation.

 

La Directive ecoDesign est organisée par groupes de produits. Vous en trouverez ici le détail, en anglais seulement.

 

Seconde règlementation européenne, le règlement Reach est en cours de révision. Reach a été adopté pour mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques liés aux substances chimiques, tout en favorisant la compétitivité de l'industrie chimique de l'UE. Il concerne les pompes à chaleur dans la mesure où certains HFC et certains nouveaux fluides à faible GWP (Global Warming Power ou contribution à l’effet de serre) comme des HFO sont susceptibles de se dégrader en TFA (acide trifluoroacétique et ses sels).

 

Les TFA et PTFA sont considérés comme très dangereux pour la santé humaine et se dégradent extrêmement lentement dans l’environnement. Le HFO-1234yf, par exemple, produit 100% e TFA en se dégradant dans l’atmosphère, contre 20% au maximum pour le R134a. La révision en cours du règlement Reach propose de bannir les substances susceptibles de produire des TFA et PTFA.

 

 

La révision du Règlement F-Gaz

 

 

Troisième règlementation européenne pesant sur les fluides frigorifiques et les pompes à chaleur : le Règlement F-Gaz qui prévoit une réduction jusqu’à 2030 des gaz fluorés – les HFC - mis sur le marché en Europe. Le Règlement F-Gaz est en cours de révision.

 

La proposition de révision prévoit notamment d’inclure les inhalateurs doseurs dans le quota de HFC et introduit de nouvelles interdictions : à partir de 2025, le GWP des fluides utilisés dans les pompes à chaleur monobloc devra être inférieur à 150, à partir de 2027, il devra être inférieur à 150 pour les appareils biblocs et splits (mono-, bi-, multisplits) jusqu’à 12 kW de puissance et inférieur à 750 pour des puissances supérieures à 12 kW.

 

Traduites en prescriptions pour les pompes à chaleur à eau et pour les climatiseurs air/air, ces interdictions signifient que le R32, qui devient le fluide majeur dans les pompes à chaleur en remplacement du R410A, sera écarté des systèmes dont la puissance est inférieure à 12 kW dès 2025 pour les pacs monoblocs, dès 2027 pour les pacs biblocs et les splits à détente directe.

 

Lors du récent colloque de l’AFCE, le 29 septembre, Arno Kaschl de la DG Clima de la Commission Européenne est resté ferme sur ce calendrier. Les fabricants, de leur côté, se divisent entre ceux qui ont déjà adopté le R290 (propane, GWP = 3) pour leurs pacs monoblocs, comme Saunier-Duval, le groupe Vaillant dans son ensemble, Viessmann, … et ceux qui campent sur leur choix du R32, soulignant qu’en raison de la révision de REACH, ils ne pourront sans doute pas adopter les HFO, et mettant en avant le classement A3 (franchement explosif) du propane.

 

Pour les systèmes à détente directe, dont les multisplits et les mini-VRF, la seule réponse que l’on croise à Interclima, c’est le R32.

 

 

Atlantic choisit le R452B, pour l’instant

 

 

Le groupe Atlantic, pour sa nouvelle pac Ixtra M mono bloc extérieure, a retenu le R452B. Mais les responsables pompes à chaleur admettent qu’il s’agit d’un fluide de transition. Ils se préparent au R290, mais souhaitent accompagner ses développements par une très solide formation à la fois des installateurs et des entreprises de maintenance.

 

 

Ixtra M est disponible en six modèles, dont les puissances varient de 9 à 17 kW, avec, en plus un appoint par résistance électrique de 6 ou de 9 kW selon les modèles. Ces pac affichent une efficacité énergétique saisonnière de 128 à 135% pour un départ chauffage à 55°C. Elles sont avant tout conçues pour remplacer le parc des pompes à chaleur vieillissantes et pour le remplacement des chaudières fioul. ©PP

 

 

Bosch et Vaillant ménagent la chèvre et le chou

 

 

Les fabricants européens Bosch Thermotechnologie et Vaillant poussent des pac au R290, mais aussi au R32. Et campent sur le R32 pour leurs multisplits, fabriqués par Midea et Haier.

 

 

Chez Bosch, la pac 5800 AW (AW : Air/Water ou air/eau) offre une gamme de 7 à 12 kW et atteint 65°C de température de départ d’eau, sans l’aide d’une résistance électrique jusqu’à -20°C. Dans le même temps, Bosch dévoile sa nouvelle gamme de pac Compress 3000 AWP au R32. Avec des modèles monobloc de 16 à 90 kW, ces pac sont cascadables jusqu’à 1 MW, associables avec des chaudières Bosch et gérées par la même régulation. ©PP

 

 

Panasonic rompt le front asiatique en faveur du R32

 

 

Le japonais Panasonic, qui a de grandes ambitions sur le marché de la pac en Europe – son usine en Tchéquie produit pour l’instant 500 000 pac/an, mais va voir sa capacité progressivement étendue à 1 million de pac/an d’ici 2030 – profite du salon Interclima 2022 pour dévoiler deux nouvelles gammes de pac Aquarea : la série K au R32 et, surtout, la série L au R290.

 

 

A gauche des pac Panasonic Aquarea L (R290), à droite un modèle de la série K au R32. La série L, qui sera commercialisée en Europe, dont en France, dès avril 2023, comportera trois modèles de 5, 7 et 9 kW en monophasé et trois modèles de 9, 12 et 15 kW en triphasé. ©PP

 

 

Au-delà de sa gamme Aquarea L, Panasonic compte introduire d’autres systèmes au R290, au fur et à mesure que les règlementations seront adaptées en Europe pour rendre l’emploi du propane, sinon facile, du moins possible.

 

Dans notre prochain article sur Interclima 2022, nous examinerons plus en détail toutes les solutions de chauffage que l’on peut découvrir sur le salon



Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
Hors-série BATIMAT

Produits



Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (3 votants)
Oui, le Gouvernement a simplifié les choses.
Non, on n'y comprend toujours rien.
 

Articles

Nouveautés Produits



Boutique