Les élus écologistes de Paris demandent l'arrêt des travaux de la Tour Triangle

Les élus écologistes de Paris demandent l'arrêt des travaux de la Tour Triangle

Les élus écologistes demandent à Anne Hidalgo l'arrêt des travaux de la Tour Triangle après la perquisition menée le 20 juillet à l'Hôtel de Ville dans le cadre des investigations sur des soupçons de favoritisme.



"Sans préjuger des suites de l'information judiciaire, il apparaît urgent de suspendre préventivement les travaux de construction avant que ceux-ci ne soient trop avancés", estiment-ils dans deux lettres adressées jeudi à la maire de Paris Anne Hidalgo et au procureur national financier Jean-François Bohnert.

 

Menée jusque dans le bureau de la maire, alors absente, la perquisition fait suite à l'information judiciaire ouverte en mars par le parquet national financier (PNF) pour des soupçons de favoritisme dans le contrat d'exploitation du Parc des expositions, dans le sud de Paris. La Ville de Paris avait résilié le contrat de concession attribué à la société Viparis, puis lui avait à nouveau confié l'exploitation du complexe événementiel via un bail emphytéotique d'une durée de cinquante ans.

 

"Si la justice devait conclure à l'illégalité du marché public d'exploitation et prononcer sa nullité, cela voudrait dire que la Tour Triangle aurait été construite sur le fondement d'une infraction pénale", estiment les écologistes, qui s'opposent à cette tour controversée dont la construction a débuté en février, sept ans après le feu vert du Conseil de Paris.

 

Fin 2021, les Verts s'étaient alliés à l'opposition de droite et du centre pour tenter d'empêcher le début des travaux, mais les textes votés à la majorité du Conseil n'étaient pas contraignants. La cheffe de l'opposition LR, Rachida Dati, avait signalé à la justice en juillet 2020 le projet de construction de la tour, qui doit s'étirer sur 42 étages et 180 m de haut, dans le périmètre du Parc des expositions.

 

L'association Anticor avait déposé une plainte avec constitution de partie civile en février 2021. Personne à la mairie n'est à ce stade "mis en cause, encore moins mis en examen", avait souligné mercredi le cabinet de la maire, dans ce dossier qui remonte aux années 2010. A cette époque, Bertrand Delanoë était maire de Paris, Anne Hidalgo sa première adjointe en charge de l'urbanisme et la Première ministre Elisabeth Borne directrice à l'urbanisme.



Source : batirama.com & AFP / Image du projet © Herzog & de Meuron

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Comptez vous mettre en place des mesures pour réduire votre consommation énergétique ? (79 votants)
Oui, c'est une urgence.
Non, on en fait déjà assez.
 

Articles

Agenda

Boutique


Amélioration acoustique

Ventilation double flux dans le résidentiel