Les gros investissements de Socla, spécialiste du transport de l’eau

Les gros investissements de Socla, spécialiste du transport de l’eau

Socla produit des dispositifs de gestion de l’eau potable, des eaux de piscine, des eaux industrielles, de l’eau de mer et d’autres fluides et investit près d’un million d’euros dans son usine



Acquise par le groupe américain Watts en 2011, SOCLA ou la SOCiété des CLApets a été créée en 1951 à Châlons-sur-Saône. Son usine et centre de développement est aujourd’hui installé à Virey-le-Grand (71).

 

Socla s’est renforcée au fil des années et des acquisitions. Par exemple, l’acquisition de Desbordes en 2003, lui a apporté des régulateurs et de pression et les fameuses vannes d’équilibrage de Desbordes. En 2006, l’ajout de BAR a apporté des actionneurs pneumatiques et en 2008, l’acquisition de Valpes a ajouté des actionneurs électriques à l’offre Socla.

 

Aujourd’hui dans son usine de 20 600 m² couverts, Socla fabrique principalement quatre types de vannes.

 

Et utilise pour cela de la fonte, de l’acier, de l’acier inoxydable, du laiton, du PP (polypropylène), du PVC et du POM (PolyOxyMéthylène, membre de la famille des acétates).

 

 

Les dispositifs anti-pollution

 

 

 

Tout d’abord, pour la protection des réseaux d’eau potable, Socla fabrique une gamme étendue de clapets anti-pollution, avec contrôle d’étanchéité et dispositif de vidange des circuits. Socla fabrique également à Virey-le-Grand des disconnecteurs hydrauliques, dont le fameux BA2860 qui, du DN15 au DN50, fait office de référence.

 

 

Les disconnecteurs hydrauliques Socla sont devenus un standard du marché. ©PP

 

 

 

 

Pour le non-retour, une description particulièrement poétique qui signifie protéger tout retour d’eau et éviter ainsi de contaminer ou polluer un réseau d’eau destiné à la consommation humaine, Socla fabrique des clapets anti-pollution, depuis les tout petits clapets incorporables EB en matière de synthèse, jusqu’aux plus large EA453 à bride PN10, disponibles jusqu’au DN250.

 

 

4 à 5 millions de clapets sont fabriqués par Socla chaque année dans l’usine de Virey-le-Grand. ©PP

 

 

La réglementation impose un entretient annuel de ces dispositifs anti-pollution. Socla a développé pour cela, l’application Digisco a destination des entreprises de maintenance. Digisco se compose d’une application web pour l’organisation des interventions sur le terrain, puis d’une application mobile, compatible Android et iOS, dédiée aux techniciens pour remplir les ­fiches de maintenance et générer, directement depuis leurs smartphones, des documents PDF à remettre aux propriétaires des dispositifs anti-pollution.

 

Pour les entreprises, Digisco a un prix qui varie de 10€ HT/mois pour un seul utilisateur simultané à 120 € HT/mois pour 10 utilisateurs connectés simultanément, en passant par 69€ HT/mois pour 2 utilisateurs simultanés et 99€ HT/mois pour 3 utilisateurs.

 

 

Les vannes de régulation et les vannes de coupure

 

 

Ensuite, Socla fabrique des vannes de régulation automatiques, des anti-béliers des réducteurs de pression. Par exemple, la gamme de stabilisateurs aval C101 contrôle et maintient une pression aval réduite et préréglée, quelles que soient les variations de la pression amont et de la demande. Tout cela du DN 40 au DN 300 et pour des pressions amont pouvant atteindre 25 bar.

 

 

La plupart des produits d’équilibrage de pression Socla sont standardisés en fonction des pressions, des diamètres et des liquides transportés. Environ 15% de la production, en revanche, consiste en des produits sur-mesures, assemblés ety réglés en fonction du cahier des charges précis des clients. ©PP

 

 

Socla produit également des vannes de coupure sous forme de vannes papillon allant du DN32 au DN300 dans la gamme SYLAX manuelle, jusqu’au DN350 pour les vannes papillon SYLAX à motorisation électrique ou pneumatique.

 

 

L’usine Socla ne comporte pas de fonderie. Elle reçoit les pièces brutes, assure leur usinage et les assemble. ©PP

 

 

L’usine assemble jusqu’à 1500 vannes papillons par jour. Le jour de notre visite, cependant, l’usine n’assemblera que 500 vannes papillons : un chargement de 25 000 corps de vannes est bloqué à cause des difficultés de transport et ne sera livré que la semaine suivante.

 

 

 

 

D’importants investissements

 

 

L’usine emploie 204 personnes et, fin mai 2021, environ 15 postes étaient ouverts en recrutement, depuis un(e) responsable supply-chain, jusqu’à des postes de fabrication, des magasiniers, des techniciens qualité, …

 

Socla a investi 900 000 € dans l’usine de Virey-le-Grand :

- 450 000 € ont été consacrés à l’automatisation de la production de clapets incorporables, à la fois pour augmenter la productivité et pour supprimer l’emploi d’encres à solvant dans le marquage des produits.

- 300 000 € ont amélioré l’usinage des vannes papillons de gros diamètre, au-delà de 400 mm,

- 140 000 € ont contribué à la réduction de l’empreinte carbone de l’usine en récupérant la chaleur du compresseur équipant le laboratoire d’analyse pour chauffer les locaux. Les sources lumineuses ont été remplacées par des Leds dimmables avec gestion de la lumière en fonction de la luminosité ambiante. Ce simple relamping a abouti à une réduction de consommation d’énergie de 548 516 kWh/an.

 

D’autres investissements sont prévus pour récupérer la chaleur des fours de cuisson des peintures. L’usine devrait également s’équiper des panneaux photovoltaïques sur des ombrières de parking.

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Comptez vous mettre en place des mesures pour réduire votre consommation énergétique ? (17 votants)
Oui, c'est une urgence.
Non, on en fait déjà assez.
 

Articles

Agenda

Boutique


Les enduits de façade - NF DTU 26.1

Guide des couvertures en climat de montagne