L’usine Viessmann de Faulquemont a 50 ans et hâte l’avènement d’un monde tout ENR

L’usine Viessmann de Faulquemont a 50 ans et hâte l’avènement d’un monde tout ENR

Viessmann investit résolument dans les énergies renouvelables, dans le stockage d’électricité en batterie et renforce la capacité son usine de Faulquemont.



Créé en 2017, Viessmann est déjà centenaire, toujours entreprise familiale et compte 12 750 salariés dans le monde. La structure exclusivement familiale du groupe Viessmann lui autorise à la fois une sérénité en l’absence d’actionnaires militants qui veulent maximiser leur retour sur investissement et une profondeur d’analyse. Quand une entreprise dit qu’elle prépare les 50 années à venir, en général, ce ne sont que des mots. Chez Viessmann, un vrai industriel, c’est un plan.

 

 

Un milliard d’investissements sur trois ans

 

 

Le 11 mai, Viessmann a en effet annoncé un plan d’investissement d’un milliard d’euros sur trois ans, dans les pompes à chaleurs, les solutions vertes le développement des capacités de production, dont celles de l’usine de Faulquemont, dans la recherche sur les réfrigérants naturels.

 

Ce que Viessmann appelle solutions vertes, ce sont le solaire thermique, le solaire photovoltaïque, le biogaz et autres gaz verts dont l’hydrogène, la biomasse, les pompes à chaleur, le stockage d’énergie à la fois sous forme de chaleur et dans des batteries électriques, les réseaux de chaleur et le pilotage de l’ensemble pour maximiser l’autoconsommation d’énergie.

 

Dans le cadre de ces investissements, Viessmann envisage également de nouer de nouveaux partenariats. Ce qui signifie sans doute deux choses différentes : poursuivre les acquisitions pour augmenter le savoir-faire de l’entreprise dans des domaines qu’elle considère comme stratégiques, s’associer à d’autres industriels pour fabriquer certains produits.

 

En attendant, le groupe Viessmann a atteint un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros en 2021, en augmentation de 21% par rapport à 2020, avec une croissance de 41% des ventes de pompes à chaleur.

 

En France, le chiffres d’affaires de Viessmann atteint 268 M€, en augmentation de 25% par rapport à 2020. Un tiers du CA en France est réalisé avec des solutions ENR.

 

Construite à partir de mai 1972, l’usine de Faulquemont vient d’atteindre ses 50 ans. Viessmann voulait s’implanter plus près de ses clients sur le marché français. Mais, en réalité, l’usine de Faulquemont est vite devenue un centre d’exportation vers tous les marchés du groupe.

 

 

A l’origine, l’usine de Faulquemont fabriquait des ballons, mais elle s’est mise au solaire thermique dès 2007. Pour bien marquer cette spécificité, l’usine a été équipées en capteurs solaires thermiques tubulaires sous vide : 1800 tubes dans des capteurs Vitosol SP2, soit 180 m² de capteurs et une puissance de 110 kW. Depuis sa mise en service, cette installation a produit 743 355 MWh de chaleur. ©PP

 

 

 

 

En 2006, l’usine de Faulquemont est devenue le centre de compétence du groupe pour le solaire thermique, à la fois en ce qui concerne la production et la R&D. Si la France est exportatrice nette de capteurs solaires thermiques, c’est entièrement attribuable à cette usine qui exporte plus de 98% de sa production. ©PP

 

 

En 2021, la ligne de production des capteurs plans, avec leur fameux revêtement anti-surchauffe qui évite le drain-back plus complexe, a été entièrement réaménagée et largement robotisée, notamment pour réduire la pénibilité du travail des opératrices qui ne lèvent plus de charges et travaillent désormais toujours à hauteur d’homme. Cette ligne produit désormais un capteur plan toutes les 1’30’’. ©PP

 

 

 

 

L’usine de Faulquemont a commencé par la production de ballons

 

 

Faulquemont, le troisième plus important centre de production dans le monde pour Viessmann, s’étend sur 80 000 m², compte 498 salariés. En France, Viessmann, ce sont deux entités : l’usine de Faulquemont « Viessmann Faulquemont SAS » et Viessmann France SAS qui s’occupe du marché français. Remarquons au passage que Viessmann France n’achète que 8% de la production de l’usine de Faulquemont.

 

A l’origine Faulquemont fabriquait des ballons. Les premières machines installées ont été d’énormes presse qui formaient les viroles : le fond et le sommet des ballon.

 

 

Les dirigeants de l’usine et les acheteurs ont senti monter les difficultés d’approvisionnement dès le début du confinement et ont approvisionné bien plus de matières premières que d’habitude, de manière à ne pas ralentir la production de ballons. ©PP

 

 

Les premiers ballons étaient émaillés, le second grand équipement de l’usine a donc été le four de cuisson de l’émail. Aujourd’hui, Faulquemont fabrique des ballons de 16,5 à 2000 litres, émaillés ou en acier inoxydable, avec ou sans échangeurs, des stockages de chaleur en eau morte, des préparateurs d’eau chaude sanitaire, des ballons thermodynamiques, … ©PP

 

 

 

 

Le développement des pompes à chaleur double service a entraîné l’augmentation de la production de préparateurs d’ECS associés, comme ce préparateur de 190 l. ©PP

 

 

La production des ballons en acier inoxydable atteint aujourd’hui 26 500 pièces par an, dont 30% exportés vers les Etats-Unis. ©PP

 

 

Faulquemont produit également des ballons thermodynamiques domestiques. La fabrication a commencé en 2013, au rythme de 1000 par an. Entre 2015 et 2022, elle a augmenté jusqu’à 15 000 ballons/an. Ils sont pour l’instant chargés en HFO1234ze. Mais dès l’an prochain, une nouvelle génération de ballons passe au R290 et sera produite à 17 000 exemplaires dès 2023. La production doit être poussée jusqu’à 35 000 ballons par an en 2025. ©PP

 

 

Vitocharge, le stockage d’électricité en batterie

 

 

Ce qui mobilise l’usine, cependant, c’est l’augmentation de la production de Vitocharge VX3, le nouveau stockage d’électricité en batterie de Viessmann.

 

Vitocharge VX3 a commencé par une production en octobre 2020 au rythme de 25 par jour. En mai 2022, elle atteint déjà 50 unités par jour.

 

 

Le stockage Vitocharge VX3 se compose de deux parties : en haut, le module de pilotage avec un onduleur hybride qui gère les panneaux et pilote le stockage en chargement et déchargement, en bas, le stockage modulaire. ©PP

 

 

Tout commence avec une cellule Lithium-Fer-Phosphate, fabriquée en Asie. Un module de stockage contient jusqu’à 240 cellules. Vitocharge est équipable de 1 à 3 modules de stockage. Ce qui donne des capacités de stockage de 4, 6, 8 ou 12 kWh en monophasé, de 4 (2 modules) à 12 kWh (6 modules) en triphasé. A l’avenir, Viessmann proposera des Vitocharge cascadables. Vitocharge offre 70% de capacité de stockage au bout de 20 ans. ©PP

 

 

 

 

La capacité de production des modules est de 100 par jour pour l’instant. Elle atteindra 200 par jour fin mai 2022. Une nouvelle capacité de 400 batteries par jour sera ajoutée d’ici la fin de l’année 2022. Ce qui portera alors la production à 600 modules par jour. Ce qui se traduit par environ 150 systèmes Vitocharge par jour. ©PP

 

Nous sommes allés directement de l'usine de Faulquemont au salon Intersolar à Munich où nous avons retrouvé un stand Viessmann avec le nouveau stockage d'électricité, de nouvelles pompes à chaleur et un système de gestion  : ce sera dans notre prochain article.


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Avez-vous l’intention de voter aux élections législatives le 12 juin ? (75 votants)
Oui
Non
 

Boutique


Structures en bois lamellé croisé