Rugby, nouveau laboratoire, climatisation tertiaire : dernières nouvelles de Mitsubishi Electric

Rugby, nouveau laboratoire, climatisation tertiaire : dernières nouvelles de Mitsubishi Electric

Mitsubishi Electric soutient la Coupe du Monde de Rugby en France en 2023, aménage un laboratoire de recherche près de Paris et dispose, enfin, d’une vraie solution de climatisation en grand tertiaire





Fondé en 1921, Mitsubishi Electric est un leader mondial dans la production et la vente d’équipements électriques et électroniques. Avec près de 120 000 salariés dont 2 000 chercheurs, le groupe, présent dans 36 pays et sur les 5 continents, réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 40 milliards d’euros.

 

Mitsubishi Electric est implanté en France depuis 1975 et comprend 450 collaborateurs pour un CA de plus de 500 millions d’euros. La division Chauffage Climatisation, l’activité la plus importante du groupe en termes d’effectifs et de chiffre d’affaires, est implantée en France depuis 1991.

 

Elle adresse ses solutions aux marchés de l’habitat, du tertiaire et de l’industrie. Pour la France, cette division compte 320 personnes pour 400 millions d’euros de CA.

 

Un nouveau siège social en France

 

Le 8 novembre dernier, Mitsubishi Electric a réuni les journalistes à son nouveau siège social – WA21 Online – à Rueil-Malmaison pour leur apprendre une grande nouvelle.

 

Un mot d’abord sur le bâtiment WA21. Le « WA », notion bien connue au Japon fait référence à l’harmonie, tandis le « 21 » renvoie au centenaire de l’entreprise (1921-2021), ainsi qu’à son année d’emménagement à Rueil-Malmaison.

 


Bénéficiant d’une conception à la pointe des méthodes de constructions modernes (enveloppe bioclimatique, climatisation peu énergivore, excellente qualité d’air intérieur et Gestion Technique du Bâtiment performante), cet immeuble RT2012-30% est certifié HQE Excellent et BREEAM Very Good.

 

9000 m² de bureaux à proximité du RER

 

Mitsubishi Electric occupe près de la moitié de la surface de l’édifice qui représente en totalité 18 200 m2 sur 7 niveaux. Propriété du Crédit Agricole Assurance, le bâtiment a été restructuré et agrandi par son architecte d’origine Jean-Paul Viguier en 2019. Il est desservi par le RER A et 7 lignes de bus.

 

La GTB pilote automatiquement :

 

  • la température : le chauffage et le rafraichissement sont assurés par un plafond actif dans lequel circule de l’eau chaude ou glacée dont la température est régulée par des groupes réversibles Climaveneta, entreprise italienne propriété de Mitsubishi Electric ;

 

  • l’éclairage : des capteurs de luminosité ajustent en permanence l’éclairage à 300 lux dans les zones de bureau. Les fenêtres sont équipées de stores vénitiens, contrôlés par des sondes mesurant l’ensoleillement des façades ;

 

  • la qualité d’air : des sondes de CO2 ajustent l’apport d’air neuf en fonction de l’occupation. En cas de pandémie, ce système de contrôle est mis à l’arrêt, la ventilation passe en 100% d’air neuf et son débit est augmenté.

 

Accueil des clients et partenaires

 

En plus des collaborateurs, les bureaux de Mitsubishi Electric ont également vocation à accueillir des partenaires, des clients et des prestataires. Le premier étage leur réserve trois espaces distincts :

 

  • Mitsubishi Electric Académy: un espace de 140 m2 modulable en 3 salles de cours et un espace de 280 m2 de formation pratique avec des systèmes en fonctionnement ;

 

  • Mitsubishi Electric Gallery : un showroom organisé autour de 4 pôles (Corporate, Factory automation, Automotive, solutions pour le tertiaire et le résidentiel), également conçu comme un outil commercial pour les clients ;

 

  • Mitsubishi Electric Coffee : un espace de travail et de relaxation dédié aux réunions informelles, aux présentations clients et aux coworking.

 

L’immeuble comprend aussi des espaces de réunions (salles et boxes) équipés pour la visio-conférence ainsi que le MITSUBISHI-LAB-DIGITAL, une pièce dédiée à la production de contenus digitaux (e-learning, tutoriels, réseaux sociaux, photographie numérique, …).

 

La Grande Nouvelle Rugby

 

Mitsubishi Electric est fournisseur de la Coupe du Monde de Rugby 2023 qui se tiendra en France du 8 septembre au 28 octobre 2023. Cela ne veut pas dire du tout que le groupe fournira des systèmes de climatisation, mais juste qu’il a payé suffisamment pour faire partie des sponsors de second rang de cette coupe du monde.

 

En France, la coupe du monde de rugby se déroulera en 48 matches dans 10 villes et 9 stades : Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Saint-Denis, Saint-Etienne et Toulouse. En 2019, l’événement au Japon avait réuni près de 2 millions de spectateurs et 1 milliard de téléspectateurs.

 

Cet évènement, pour lequel Mitsubishi Electric a acheté 2700 places dans les divers stades, fournira à l’entreprise de multiples occasions de réunir ses 25 distributeurs, les 6 000 installateurs membres de son club, les 4 000 autres installateurs ayant un compte auprès de l’entreprise, ainsi que ses partenaires Bureaux d'étude et Maîtres d’Ouvrage. Il n’y aura pas de place pour tout le monde.

 

Mitsubishi a acheté de nombreuses places pour d’autres compétitions de Rugby, comme le Tournoi des 6 Nations et le Top 14, pour commencer ses animations dès 2022.

 

Un nouveau laboratoire européen près de Paris

 

Didier Metz, Directeur de la Division Chauffage et Climatisation de Mitsubishi Electric France, a par ailleurs annoncé la création d’un nouveau laboratoire européen à Nanterre, consacré au développement des ENR.

 

Il se situe tout près du siège social de Daikin France, mais c’est un hasard. Ce laboratoire aura deux grands domaines d’activité. La première, de nature marketing et quasi-sociologique, consistera à synthétiser les besoins tant techniques que culturels des différents pays européens en matière de pompes à chaleur.

 

Par exemple, en France, les Pac sont largement installées à l’extérieur, tandis qu’aux Pays-Bas, elles sont plutôt posées au sous-sol, etc. Cette première activité accueillera des stagiaires japonais pour ses séjours de trois mois à un an, afin de leur donner une culture chauffage, qu’ils diffuseront ensuite dans le groupe.

 

La seconde activité, plutôt technique, sera pilotée par un japonais et commencera par le développement de solutions de productions d’ECS associées à des mutlisplits, des monosplits et des pompes à chaleur, avec interfaçage possible avec des capteurs solaires thermiques et/ou photovoltaïques.

 

Cette activité s’occupera également du développement de solutions de ventilation tempérée et préparera les machines Mitsubishi Electric à un raccordement à des réseaux intelligents (Smart grids), dont Mitsubishi Electric envisage le rapide développement. Enfin, le laboratoire se penchera sur l’ergonomie des systèmes, vue sous l’angle de leur maintenance.

 

Didier Metz se déclare par ailleurs convaincu que tous les constructeurs de pompes à chaleur air/eau vont dans les années qui viennent s’orienter vers des solutions monobloc extérieures chargées en R290 (propane). C’est, selon lui, un excellent fluide thermodynamique, et son GWP très faible le classe parmi les solutions pérennes.

 

Généralisation du Hyper Heating sur les pompes à chaleur et les climatiseurs à détente directe

 

Mitsubishi Electric a annoncé la généralisation du système Hyper-Heat ou Hyper-Heating à toutes leurs gammes de Pac air/eau et à détente directe d’ici le début de l’année 2022.

 

Hyper-heat combine inverter étendu et réinjection de gaz et de liquide pour garantir un fonctionnement des machines air/eau et air/air jusqu’à -30°C extérieur, sans perte de puissance, ni baisse de la température de départ d’eau.

 

 

Pour le logement collectif et l’hôtellerie, Mitsubishi Electric prépare une Pac spéciale production d’ECS, de 40 kW de puissance et fonctionnant au CO2. Il s’agit d’une modification du système Yuzen, associé à des ballons de stockage d’ECS fourni par des partenaires et à un échangeur intermédiaire, afin d’atteindre le plus large ΔT entre la température de départ et de retour du fluide, garant d’une bonne performance dans un système au CO2. Une telle machine est déjà disponible aux Etats-Unis sous la marque Mitsubish Trane. ©Mitsubishi Trane

 

Pour 2022, le fabricant prépare aussi une solution de chauffage collectif et de production d’ECS collective au CO2 avec des machines à condensation par air, installées en cascade.

 

Le groupe dispose déjà d’une offre de Pac géothermiques eau glycolée/eau, non-encore disponible en France, mais qui pourrait se révéler intéressante avec l’arrivée de la RE2020.

 

Une vraie solution pour le grand tertiaire

 

Le Règlement européen F-Gaz, la norme EN 278 ont sévèrement restreint les solutions pérennes pour la climatisation des immeubles de bureaux.

 

D’une part, le F-Gaz pousse au développement de fluides à faible GWP, la plupart classés A2L (légèrement inflammable) comme le R32 (GWP = 675) ou classés A3 (franchement inflammable), comme le propane R290 (GWP = 3).

 

D’autre part, la norme EN 278 et les règlementations françaises imposent des contraintes d’installation importantes pour les systèmes transportant des fluides A2L et a fortiori A3 à travers un bâtiment.

 

Enfin, le R410A, en raison de son GWP de 2088, très élevé, est en fin de vie et il n’est pas prudent d’installer aujourd’hui des DRV au R410A en grand tertiaire.

 

Deux solutions sont disponibles : revenir aux systèmes à eau glacée ou bien adopter le système hybride de Mitsubishi Electric, plaisamment baptisé DRV HVRF CMB-WM AA/AB.

 

 

 

Misubishi Electric a complètement Mistubishé la production chez Climavenata et RC Group, les deux industriels italiens achetés il y a trois ans. Fin 2021, les premiers groupes d’eau glacée réversibles et froid seul seront disponibles dans les deux marques avec des compresseurs à vis de grande puissance au HFO1234ze ou bien avec des compresseurs scroll au R32, fabriqués par Mitsubishi Electric. ©PP

 

 

 

La solution de DRV hybride de Mitsubishi associe fluide R32 et eau dans un système ou le fluide circule entre le groupe extérieur et des boîtiers de répartition fluide/eau. Ensuite, les unités intérieures sont directement alimentées en eau, chaude ou glacée, selon qu’elles sont en demande de chauffage ou de rafraîchissement. Ce système, avec seulement deux tubes de fluides, permet tout de même de chauffer et de rafraîchir simultanément, derrière chaque boîtier de répartition, et de récupérer la chaleur. ©PP

 

 

 

Dans une solution DRV Hybride, le réseau de R32 est limité et peut facilement être adapté aux exigences de sécurité dictées par la règlementation. La quantité de fluide, à puissance comparable, est nettement inférieure à celle d’un DRV classique. Ce qui est bon à la fois pour le règlement F-Gaz et pour la prochaine RE2020. ©PP

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (1035 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



La ferronerie d'art