Ouvrages olympiques : du bois et du béton bas carbone

Ouvrages olympiques : du bois et du béton bas carbone

Il reste 40 mois avant de livrer 58 ouvrages olympiques, un délai très court pour gérer l’ensemble des projets. Quels visages auront ces bâtiments ? La maîtrise d’ouvrage (Solidéo) apporte des réponses



Légende : Côté Saint-Denis, les travaux préparatoires du Village des athlètes entrent dans une nouvelle phase, avec la viabilisation des terrains et les terrassements du secteur Universeine. Afin de délimiter l’emprise du chantier, des palissades vont progressivement être déployées sur site en juin-juillet entraînant des modifications sur la circulation piétonne et les stationnements © Solideo / Sennse- C.

 

La construction des ouvrages olympiques n’est pas une mince affaire. Elle comprend des projets très divers, dont des infrastructures (12 opérations), des opérations d’aménagement (4) et la réalisation de sites d’entraînement (15) et de compétition (13). voir le site des projet des ouvrages olympiques

 

Elle implique aussi 29 maîtres d’ouvrages publics et privés. Et 50% des demandes de permis de construire seront déposées, à la fin du mois de juillet, annonce la Solidéo.

 

Or, certaines opérations comprennent des spécificités et donc des contraintes à gérer. C’est le cas du village des Athlètes (Ville de Saint-Denis, Saint-Ouen sur Seine et Ile Saint-Denis) qui accueillera des athlètes et les sportifs durant toute la période des Jeux. Il laissera ensuite place à un quartier de ville durable avec des logements, des commerces, des équipements et des espaces verts. Une « réversibilité » qui génère des contraintes parfois sur le plan des matériaux à mettre en oeuvre.

 

Les quatre engagements pris par la Solidéo

 

« La question des matériaux est à regarder à l’aune de la question environnementale et des contraintes propres au chantier dont les délais et les coûts », rappellent Henri Specht, directeur du projet du Village Olympique et Paralympique et Antoine du Souich, directeur de la stratégie et de l’innovation 

 

Rappelons que ces ouvrages qui se veulent référents respectent 4 types d’engagements pris par la Solidéo : Ville durable (accord de Paris sur le Climat, incluant le respect de la biodiversité), Accessibilité universelle, Emplois et économie locale et Innovation et technologie (ville sobre et inclusive).

 

Si le bois demeure au cœur des projets, notamment en termes d’intentions de la Solidéo, (voir second article : Le bois ne se taillera pas la part du lion), il ne sera pas le seul matériau utilisé, loin de là. Le béton aura de toute évidence sa part dans les éléments de structure, dont les fondations et les planchers des ouvrages. Mais pas n’importe quel béton.

 

Une question de Stratégie environnementale

 

« La question de la stratégie environnementale est au cœur de notre réflexion » explique Antoine du Souich, directeur de la stratégie et de l’innovation. Les travaux déjà en cours impliquent en effet les opérations de déconstruction, de terrassement et de dépollution.

 

« Le niveau de réemploi des matériaux est très élevé », soulignent les responsables de la Solidéo qui citent un partenariat avec la place de marché Backacia, société spécialisée dans le réemploi de matériaux et déchets du BTP.

 

En effet, les matériaux retraités ont été utilisés en couche d’assise des chaussées. Dans le même esprit, la quasi totalité des terres polluées ou traditionnelles ont voyagé par transport fluvial à partir des ports de Saint-Ouen et de Saint-Denis.

 

 

La déchets et gravats issus de la démolition des ouvrages existants dans la perspective de l’aménagement du quartier ont été traités dans le cadre d’un partenariat avec la place de marché Backacia  © SOLIDEO / Sennse- C. Badet

 

Le bois privilégié pour les bâtiments inférieurs à 28 m de hauteur

 

Quant aux bâtiments, un principe simple a été retenu : les bâtiments inférieurs à 28 m de hauteur privilégieront la structure bois (planchers et poteaux-poutres en bois et façade à ossature bois). Concernant les projets qui seront au-delà de 28 m, ils seront construits selon le principe de mixité : structure en béton et façade à ossature bois

 

Le principe de réversibilité de nombreux projets (comme le village des Athlètes qui verra des bureaux se transformer en logements) implique l’utilisation de poteaux-poutres plutôt que la réalisation de voiles béton, rappelle néanmoins la Solidéo.

 

Si la part des bâtiments de plus de 28 m n’est pas encore détaillée par la Solidéo, elle indique toutefois, que le volume bois mis en œuvre sur le village en structure et façade sera de 30 000 m3 au total (voir l’article : Village Olympique : la véritable part du bois)

 

Du béton bas carbone dans les ouvrages olympiques

 

Concernant l’usage du béton dans les ouvrages olympiques, des principes clairs ont été établis par la maîtrise d’ouvrage de Solideo. Il s’agira de béton bas carbone. Il faudra donc mieux faire que les bétons utilisant les ciment CEM I (contenant au moins 95% de clinker). Rappelons que ce clincker est obtenu par la combinaison chimique à très haute température de calcaire et d’argile.
 

Les bétons contenant des CEM II (65 % de clinker au moins) et CEM III (contenant entre 36 et 80 % de laitier de haut fourneau) seront donc privilégiés. Intérêt : ils permettent de réduire les émissions de CO2 grâce à la substitution du clinker par d’autres constituants.

 

De fait, un travail important est mené par chacun des groupements conduits par les Majors du BTP (5 ont été sélectionnés à ce jour) pour maximiser l’utilisation du béton bas carbone, selon la Solideo

 

Calcul de l’impact carbone sur une période de 50 ans

 

« L’Assistance à la maitrise d’ouvrage épluche les Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) et donc les bilans carbone des différents matériaux », soulignent les responsables de la Solidéo. Les indicateurs ont été mis en place et se basent sur le cycle de l’impact carbone sur une période de 50 ans.

 

Autre principe affirmé par les représentants de la Solideo : le matériau béton n’est pas utilisé à la place du bois. « Le sujet constant est de maximiser l’usage du bois sous contrainte économique, c’est-à-dire en respectant l’enveloppe budgétaire » insistent-ils. Et d’ajouter : « Nous sommes d’accord que le bois en construction présente des qualités sans équivalent par rapport aux autres modes constructifs ».

 

Ce qui ne les empêche pas d’affirmer qu’ils seront attentifs sur les projets qui utilisent du béton afin de faire progresser la filière et ses opérateurs qui répondraient aux usages du béton bas carbone.

 

Réduire le volume du béton employé

 

« Concernant les bâtiments employant du béton, la démarche a consisté à réduire le volume utilisé, d’où le choix de privilégier le système poteaux-poutres plutôt que le voile béton, qui implique une économie de ressource » insistent les responsables de la Solidéo.

 

Autre question soulevée : celle des infrastructures, de type parking et qui recourent à l’utilisation de béton. « Il faut se positionner par rapport à ses questions d’infrastructure et faire un raisonnement global afin de réduire les volumes de m3 de béton employés.

 

Un véritable bilan carbone suppose de prendre en compte non seulement les superstructures mais aussi les infrastructures. Notre volonté est de laisser un héritage intellectuel pour faciliter l’évolution du Bâtiment vers la neutralité carbone » concluent-ils.

 


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

 

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par A003
  • 0
  • 0

Ciment Bas Carbone? Quand les cimentiers verdissent artificiellement leurs 8% d'émission de GES à l'échelle mondiale.. https://www.lesechos.fr/industrie-services/immobilier-btp/quand-le-ciment-et-lacier-verdissent-par-un-artifice-de-comptage-du-co2-1175912

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1421 votants)
Oui
Non
 

Boutique



La ferronerie d'art