Construction multi-étages en bois : la vague verte se poursuit en 2020 et après…

Construction multi-étages en bois : la vague verte se poursuit en 2020 et après…

La crise sanitaire et économique a bouleversé les plannings des chantiers d’immeubles multi-étages en bois mais la « vague verte » devrait se poursuivre avec de futurs projets.



 

Légende photo : A St Denis, le Curve pourtant très avancé a pris deux mois et demi de retard à cause du Covid, mais sa livraison interviendra à la rentrée 2020. ©Arthur Weidmann.

 

En 2020, les projets d’immeubles multi-étage français en bois en cours de réalisation sont nombreux et traduisent différentes approches de la mixité. Imposant davantage par sa surface de bureaux (51 000 m2) que par son élévation ou la part du bois finalement réduite, l’Origine, grand projet tertiaire d’Icade à Nanterre après le Pulse de St Denis, vise une livraison avant la fin de l’année.

 

Phénomène marquant de l’année 2019, la combinaison poussée du bois et du béton a abouti à la livraison, à Paris, du siège de l’Urssaf IDF début février 2020 (le « 007 »). Le bâtiment en structure bois, composé de 7 niveaux en superstructure posée sur des boîtes à ressort, associe des dalles de plancher en béton forain à une structure poteau-poutre en BLC.

 

Poussant encore plus loin l’association bois-béton pour les plancher, la tour Treed It, 37 m, destinée à accueillir 220 logements étudiants, a vu sa structure terminée juste avant le Covid. Selon l’agence Art’Ur, les vicissitudes de l’épidémie devraient repousser la mise en service après la rentrée 2020. La résidence Abélia de Woodeum en R+4 à Bry-sur-Marne est également en cours de montage.

 

Le défi du village Olympique : massifier la construction bois

 

Sous réserve de cas de force majeure, la construction multi-étage avance sur la voie de la massification, préparant la performance du bois aux Jeux Olympiques. Réaliser l’Arboretum préfigure le défi du Village Olympique.

 

A Bordeaux, un nouveau quartier d’Euratlantique, intégralement construit en bois, résistera éventuellement à la remise à plat induite par la vague verte des élections municipales.

 

L’année 2021 réserve quelques morceaux de choix. L’agence Art&Build, solidement implantée sur ce créneau de l’immobilier tertiaire multi-étage, en France et à l’international, travaille actuellement sur un immense projet au Technocentre de Renault.

 

Steven Ware, le spécialiste de la construction bois multi-étage, qui a déjà signé Opalia à Paris et Kibori à Nantes, est confiant : « Renault, c'est notre premier projet en bois où notre cabinet ne perd pas d'argent.

 

S’ajoute d’ailleurs, en cours d’études, le campus Engie à La Garenne Colombes, 136000m², R+4 à R+7 en bois, socle en béton ». A noter que Art&Build vient d’obtenir le permis de construire du nouveau bâtiment d’accueil ‘Agora’ de l’ENVA, à 95% en structure bois, sur le terrain juxtant le nouveau siège de l’ONF, au cœur du campus ENVA a Maisons Alfort. La livraison est prévue dès 2021 en conception/construction.

 

 

L’immense chantier Art&Build du Technocentre de Renault bat son plein. ©Art&Build

 

Des projets de logements collectifs en bois

 

Le promoteur REI aligne sans interruption des projets de logements collectifs multi-étage qui se distinguent notamment par une évolution vers le recours exclusif au bois français. Black Pearl en R+5 à Champigny-sur-Marne est livré, de même que l’Hester en R+4 à Rosny-sous-Bois.

 

Par contre, la tour Wood’Up dans le 13e à Paris (14 étages), avec l’agence LAN, ne semble pas encore bouger, tout comme la tour commune de WOA (15 étages). Dans le même quartier, le Spot (50 m, 15 étages, agence Moreau Kusunoki) en est au DET Visa avec une date de livraison estimée à avril 2022.

 

Woodeum n’attend de son côté que l’aboutissement de la commercialisation pour lancer l’exécution de nombreux projets multi-étage dont la conception est ficelée : Idesia, 52 logements R+9 en accession à la ZAC des Tartres à St Denis, Petraea à Rueil-Malmaison (jusqu’à R+8), Olea à Pantin, Persea à Noisy-le-Grand.

 

Quant à l’ilôt C2 sud de la phase 2 de la Confluence, à Lyon, où Woodeum et UTEI sont associés aux architectes Hardel et Le Bihan et aux Lyonnais Insolites, la livraison du projet attribué en 2018 était initialement prévue en 2021. Le projet se dénomme désormais Albizzia Confluence.

 

 

Le campus Engie à La Garenne Colombes, 136 000m², R+4 à R+7 en bois, socle en béton…©SCAU, Chaix et Morel, Art&Build

 

Les fleurons du bois : Hypérion à Bordeaux, le siège de l’ONF, le Haut-bois….

 

Prévu pour le premier trimestre 2020, le début des travaux du futur nouveau siège de l’ONF, à Maison-Alfort (architecte : Vincent Lavergne) est tombé en plein confinement et l’installation de l’ONF dans ces locaux, initialement prévue en juillet 2021, doit être marquée d’un point d’interrogation.

 

Mais le siège du bailleur Podeliha, à Angers, sera livré sans aucun doute, avec sa combinaison originale de plancher en CLT et de façades minérales. 2021 sera également, enfin, l’année de la tour Hypérion qui culmine à 57 m et relève le défi technique de généreux balcons.

 

A Strasbourg, juste à côté de l’ensemble Sensations, record de France de hauteur en bois à R+11, l’opération Greenwood devrait être livrée au second trimestre et comprendra 98 logements, répartis sur 7 étages. D’autres opérations devraient suivre sur les différents lots de l’Ilôt bois à Strasbourg, qui sait confortés par la nouvelle municipalité verte. Parmi eux, le projet dessiné par l’agence A+Architecture, livrable en 2022, qui culmine à R+6.

 

A Grenoble, le Haut-Bois, porté par le bailleur Actis, est entré en phase construction peu avant le confinement et devrait déboucher avant fin 2021. A Monaco, la Villa Carmelha devrait superposer 9 étages en bois à 47 m d’ici 2022, une première pour le rocher.

 

 

Représentation remontant à 2018 d’un projet de tour destiné à s’élever jusqu’à 80 m et 25 étages, en principe à livrer en 2022. ©Shigeru Ban Architect

 

Poussée internationale : des projets bois à 100 m de hauteur

 

Cette poussée continue du bois multi-étages n’est pas un phénomène spécifique au marché français, loin de là. A Amsterdam, une immense tour est en construction actuellement, le Haut, qui culminera bientôt à 73 mètres !

 

Quant à la capitale flamande, Anvers, l’architecte Shigeru Ban doit y construire d’ici 2022 une tour résidentielle de 80 mètres de haut, un projet du promoteur immobilier Triple Living, à ériger en 24 mois par la société belge WoodShapers.

 

A l’échelle internationale, le « pavillon bleu » de la tour en bois se rapproche de plus en plus de la barre symbolique des 100 mètres. Reste à savoir si une telle compétition a un sens, ou jusqu’à quelle hauteur les tours vertes le restent.



Source : batirama.com/ Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1421 votants)
Oui
Non
 

Boutique