La Fédération du négoce appelle à réouvrir les points de vente le 23 mars

La Fédération du négoce appelle à réouvrir les points de vente le 23 mars

La Fédération du Négoce de Bois et des Matériaux de construction et son président appellent à la réouverture partielle des points de vente le 23 mars.



En dépit du confinement imposé aux Français, le Gouvernement a vivement souhaité que le Bâtiment poursuive son activité et que les chantiers restent ouverts. Mais pour être approvisionné, un chantier doit souvent se fournir auprès d'un négociant en matériaux.

 

Après la publication de la liste des établissement autorisés à rester ouverts (mentionnant surtout des commerces de détail et des locations de machines et équipements pour la construction), la FNBM, la Fédération des négociants en bois et matériaux, a obtenu l'autorisation de poursuivre la livraison des matériaux, le retrait de matériaux étant également autorisé. Avec une restriction : seule la clientèle professionnelle bénéficie de cette dérogation.

 

Que font les grossistes ?

 

Les agences des négoces ont tout d'abord accepté de jouer le jeu, en permettant notamment à leurs clients de passer leurs commandes en ligne et de venir les enlever devant les agences, à travers les drives pour celles qui en sont équipées.

 

Toutefois, les grossistes en matériaux de construction, en sanitaire, chauffage et ventilation ont rapidement durci leurs positions. Nombreux sont ceux, en effet, qui ont décidé d’une fermeture totale, pour protéger leurs salariés et leurs clients. Depuis le 17 mars à 12 heures, Doras Matériaux de Construction n’accepte aucune commande, n’effectue aucune vente et n’assure aucune livraison.

 

Chez Brossette, les livraisons sont suspendues depuis le 17 mars, les salles d’exposition et les libres-services sont fermés. "Certaines agences restent ouvertes en service réduit exclusivement pour nos clients en compte afin de récupérer uniquement les commandes préalablement passées par internet, email, téléphone ou fax" peut-on lire sur les sites internet. Sur toutes les agences Brossette en France, le 19 mars, seules 12 sont ouvertes en service réduit : à Evreux, à Marcq-en-Baroeul et 10 en Île de France.

 

 

Les grossistes, lorsqu’ils rouvriront leurs magasins s’attendent à des ruptures de stocks. Ceux qui, comme CLIM+ par exemple, sont spécialisés dans des matériels et systèmes presque exclusivement fabriqués en Chine, en Thaïlande et dans d’autres pays asiatiques, seront sans doute plus touchés que les grossistes en matériaux de construction. ©PP

 

 

 

Les activités de recyclage se sont arrêtées entièrement. Pour commencer, elles ne sont plus alimentées par les déposes et les démolitions de bâtiments. Ensuite, le tri final est souvent manuel et difficile à sanitariser. ©PP

 

Fermeture progressive des agences et poins de vente

 

Mêmes dispositions chez la Plateforme du Bâtiment, commandes en ligne, … et retrait dans les agences ouvertes : 23 en Île de France et 23 autres dans tout le reste du pays. Nicolas Godet, Directeur Général de Point.P indique que depuis lundi soir, toutes les agences sont fermées. Même chose chez Chausson Matériaux, agences fermées et les commandes depuis le site et l’appli Chausson sont suspendues.

 

Au sein des groupements, c’est chacun pour soi parmi les adhérents. Chez BigMat, par exemple, certains annoncent la fermeture de leurs agences. Les Matériaux du Haut-Doubs ferment leur 4 agences du 17 mars jusqu’à nouvel ordre. Toujas & Coll arrêtent leurs activités jusqu’à nouvel ordre. Tandis que Girandon, membre du réseau BigMat, indique une fermeture totale au moins jusqu’au 3 avril inclus.

 

BigMat Etellin, en revanche, autorise la commande à distance. Le client est prévenu quand la commande est prête à l’enlèvement sur le parking. Il vient la chercher mais ne sort pas de son véhicule : les équipes Etellin chargent et le client s’en va sans mettre le pied, ni le nez surtout, hors de son véhicule.

 

La Fédération du négoce maintient sa position

 

Le 19 mars à 18 heures, la FNBM (Fédération du Négoce de Bois et des Matériaux de construction) a publié un court communiqué, indiquant «  … le FNBM accompagnera les adhérents qui étudient ou travaillent à la possibilité d’une reprise ». Accompagnera ?  C’est-à-dire ? Contacté par messagerie Linkedin, Frank Bernigaud, le Président de la FNBM, a indiqué que sa position était réfléchie et rendue à l’issue de longues négociations et de discussions dans la profession.

 

Accompagner, selon lui, signifie diffuser les bonnes pratiques et des conseils. Il souligne que les clients des distributeurs ont le droit de travailler et que certains chantiers sont prioritaires, notamment tous les chantiers de réparation et de maintenance dans les hôpitaux

 

Le lendemain, le président de la FNBM appelle ses adhérents à réouvrir partiellement leurs agences dès le 23 mars. Ce sera bien sûr "en mode réduit" précise Franck Bernigaud, c'est à dire, une réouverture partielle avec inévitablement un effectif réduit... Une réouverture proposée et qui sera à la libre appréciation de chaque adhérent.

 

 

 

L’usine Saint-Gobain Isover Orange continue sa production à 25% de sa capacité. ©PP

 

Et les industriels ?

 

Encore faudra-t-il que les négociants puissent être approvisionnés par leurs fournisseurs. Dans le groupe Saint-Gobain, par exemple, les usines de Saint-Gobain PAM qui fabrique des canalisations en fonte ont fermé le 17 mars au soir. Seule une petite équipe maintient l’outil industriel et 6 personnes au service expédition assurent les enlèvements qui restent.

 

L’usine Saint-Gobain Isover Orange, qui fabrique des isolants en laine de verre, peut livrer, mais les commandes ont très fortement chuté. L’usine continue à produire au ralenti, à environ 25% de sa capacité nominale depuis le début de la semaine, avec des mesures de sécurité sanitaire renforcées. Mais elle peut repartir très vite si nécessaire.

 

Aliaxis France – qui possède les marques Nicoll et Girpi – a fermé ses usines. L’usine Vaillant Saunier Duval à Nantes ne veut pas s'exprimer. L’usine Bosch elm leblanc de Drancy et celle de Saint-Thégonnec tournaient encore le 20 mars, avec une seule équipe. Des réunions ont lieu chaque jour pour décider ou pas de la poursuite de l’activité. Chez Atlantic, les usines tournent aussi au ralenti. Si les grossistes reprennent leur activité comme le souhaite Frank Bernigaud, il s’attend tout de même à des ruptures de stocks sur certains produits.

 

 

 

Vendredi 20 mars, l’usine Bosch elm leblanc de Drancy produisait toujours, mais avec une seule équipe au lieu de deux. ©PP

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (687 votants)
Oui
Non
 

Boutique


Façades rideaux - NF DTU 33.1

Ventilation double flux dans le résidentiel